Cliquez ici Cliquez ici Galette2018 Cloud Drive Photos En savoir plus nav_WSMI18 En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici Jeux Vidéo



Affichage de 1-5 sur 5 commentaires(4 étoiles). Consulter les 19 commentaires
le 2 août 2015
BACK IN BLACK (1980) a été le plus gros succès du groupe et l’un des albums les plus vendus de l’histoire… Désormais sommité du monde du (hard) rock, AC/DC va donner l’impression pendant quinze ans d’user une formule, sans jamais néanmoins sombrer dans la médiocrité (ni le heavy métal !), mais empilant une série d’albums bien fades dont n’émergent que quelques plages (FOR THOSE ABOUT TO ROCK, HEATSEEKER, NERVOUS SHAKEDOWN), desservies la plupart du temps par une production mal sentie. Si le temps du redressement viendra en 1990 avec THE RAZORS EDGE (surtout, en fait, avec son morceau emblématique : le grandiose THUNDERSTRUCK), il faudra attendre cinq ans pour obtenir le nouveau et véritablement grand album d’AC/DC : BALLBREAKER.
Produit par le radar Rick Rubin, ce disque renoue avec le son live de la belle époque et remet AC/DC dans son contexte naturel : celui du rock tout court. Les compos tiennent superbement la route, le groupe injectant un sens dramatique inédit jusqu’ici dans le développement de ses riffs tordus (THE FUROR, WHISKEY ON THE ROCKS), atteignant une intensité de folie (énorme BURNIN' ALIVE), renouant avec le blues perverti (BOOGIE MAN) ou l’hymne paillard (COVER YOU IN OIL), et du coup - le retour au bercail du batteur Phil Rudd (parti en 1983) n’y est pas pour rien - retrouve non pas une seconde jeunesse, mais carrément la sienne !
Tops : HARD AS A ROCK, BURNIN' ALIVE, THE FUROR, WHISKEY ON THE ROCKS, BOOGIE MAN, HAIL CAESAR, BALLBREAKER
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 9 décembre 2014
Sortit en 1995,"ballbreaker" est vraiment un trés bon disque de la légende.Aprés un retour triomphale au début des 90's,les australiens remettent le couvert sur ce disque vraiment cool et digne de leur réputation.Riffs hard/blues,groove de dingue (la basse est terrible!),production en béton et un chant vraiment génial sur tout les titres de la rondelle.Rien à rajouter,ce disque est peut-étre le dernier grand album de ac/dc(j'adore aussi "black ice",et je n'ai toujours pas écouté le dernier!) mais il fait fier figure au coté de certains de ses ainés comme "razors edge" ou plus loin dans le temps "for those about a rock..."(je n'irais pas jusqu'à cité "back in black" quand méme!).Alors fans des australiens et de gros son hard rock,allez y!Ce disque est génial."hard as a rock"!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 4 juillet 2008
AC/DC a été bien avisé de confier cette nouvelle production à Rick Rubin et Mike Frasier afin de recentrer son "son" vers les racines si chère au petit écolier: Le Blues. Plus Rock que Hard, les Australiens nous offre un disque plutôt inspiré, tout en renouant effectivement avec ce Blues bien gras qui faisait le bonheur des afficionados de l'ère Bon Scott. Un plaisir ne venant jamais seul, on saluera aussi le retour inespéré DU batteur originel de la formation, roi du fond de temps et du tempo appuyé, j'ai bien sûr nommé Phil Rudd. Depuis son retour en grâce en 90, AC/DC prouve une nouvelle fois qu'il a encore de beaux restes. 15/20
33 commentaires| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 8 mai 2010
AC/DC avait pris du repos depuis la fin de son Razors Edge Tour (153 concerts dans 21 pays différents). Si on excepte leur participation à la bande originale du film "Last Action Hero" avec la chanson "Big Gun", on n'avait plus vu le célèbre groupe australien depuis quatre ans. Quatre années qui ont permis à Malcom, Angus et leurs copains de préparer méticuleusement ce nouvel album.

C'est donc là un quinzième opus toujours aussi électrique, et qui revient vers un blues plus appuyé, moins "heavy" que le précédent album. Dès le premier morceau "Hard As A Rock", les guitares crachent. Et jusqu'au onzième morceau, "Ballbreaker", c'est comme ça : torrents d'électricité traversés par la voix éraillées de Brian Johnson, style fidèle au hard bien dur des "Monsters of Rock" avec des titres cognants comme "Hail Caesar" ou "Burnin' Alive"... Beaucoup de poudre électrique et de cinglements de cymbales pour un disque satisfaisant, à écouter fort.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 11 mars 2010
AC/DC frappe fort là le batteur monsieur phil rudd est de retour est ça se sent et s'entends car le groupe se retrouve soudé, le feeling est de retour!!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)