undrgrnd Cliquez ici nav-sa-clothing-shoes Litte Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
20
4,0 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:11,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

BACK IN BLACK (1980) a été le plus gros succès du groupe et l’un des albums les plus vendus de l’histoire… Désormais sommité du monde du (hard) rock, AC/DC va donner l’impression pendant quinze ans d’user une formule, sans jamais néanmoins sombrer dans la médiocrité (ni le heavy métal !), mais empilant une série d’albums bien fades dont n’émergent que quelques plages (FOR THOSE ABOUT TO ROCK, HEATSEEKER, NERVOUS SHAKEDOWN), desservies la plupart du temps par une production mal sentie. Si le temps du redressement viendra en 1990 avec THE RAZORS EDGE (surtout, en fait, avec son morceau emblématique : le grandiose THUNDERSTRUCK), il faudra attendre cinq ans pour obtenir le nouveau et véritablement grand album d’AC/DC : BALLBREAKER.
Produit par le radar Rick Rubin, ce disque renoue avec le son live de la belle époque et remet AC/DC dans son contexte naturel : celui du rock tout court. Les compos tiennent superbement la route, le groupe injectant un sens dramatique inédit jusqu’ici dans le développement de ses riffs tordus (THE FUROR, WHISKEY ON THE ROCKS), atteignant une intensité de folie (énorme BURNIN' ALIVE), renouant avec le blues perverti (BOOGIE MAN) ou l’hymne paillard (COVER YOU IN OIL), et du coup - le retour au bercail du batteur Phil Rudd (parti en 1983) n’y est pas pour rien - retrouve non pas une seconde jeunesse, mais carrément la sienne !
Tops : HARD AS A ROCK, BURNIN' ALIVE, THE FUROR, WHISKEY ON THE ROCKS, BOOGIE MAN, HAIL CAESAR, BALLBREAKER
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 janvier 2015
J’ai découvert cet album « jeune adulte », lors de sa sortie en 1995. Sur les conseils d’un copain de lycée, je l’ai acheté, direct, sans l’écouter. Je ne l’ai jamais regretté. Leur collaboration avec le sorcier Rick Rubin fait mouche : l’album est travaillé, compte son lot de hits et autres titres incontournables, l’apport de Rick Rubin est indéniable, l’artwork est superbe (Marvel comics, pour les amateurs), et on notera enfin le retour du line-up « historique » avec Phil Rudd à la batterie et Cliff Williams à la basse…

Je pourrais détailler chaque titre et vous parler de cet album qui a bercé mes jeunes années pendant des heures.
Mais non, je vais faire au plus direct : si vous recherchez un album d’AC/DC créatif, au son qui change un peu, homogène et qui illustre bien ce que faisaient les Australiens à leur heure de gloire, c’est ce disque qu’il vous faut. Et si je devais tirer sur les titres les moins séduisants, ce serait sur : « The Honey Roll » ou « Caught With Your Pants Down ». Pas plus pour moi. Tout le reste fait de Ballbreaker l’un de mes albums favoris du combo australien. Oh, et leur dernier vrai (très) bon album jusqu’à présent !
Un must have dans ma collection, sans aucun doute…
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 octobre 2008
Phil Rudd est revenu et l'étincelle renait. Le courant n'était pas entièrement coupé, car on n'arrête pas comme ça les frères young, non, mais là, tout revient en place. Pas de production sur-produite, sur la voix, les guitares, la batterie ; non juste un groove minimaliste mais qui opère comme un coeur qui bat, et des mélodies accrocheuses qui jamais ne s'arrêtent.

Car dans Ballbreaker la pulsation est divine, le son est âpre, sec, tranchant. Les morceaux n'ont pas un tempo très rapide, mais ils claquent. Dés le premier morceau "hard as a rock" on sent que çà ne rigole plus et que cet album va remettre toutes les années 80 en place.
La voix de Brian Johnson est vive mais posée, tantôt rêche "the furror", "whiskey on the rocks", tantôt de velours "boogie man", angus Young toujours au sommet parait encore plus sensible dans ses solos, quant à Phil rudd, Cliff Williams et Malcolm Young, c'est de la rythmique d' orfèvre, du Beethoven pour rock'n'rollers.

Ce disque est vraiment bon, jusqu'à présent, peut-être le meilleur avec Johnson. C'est du blues passé au bulldozer, et ça redonne des forces pour toute une vie.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 mars 2016
Je ne suis pas aussi fan d AC/DC que ça... Pas autant que mon pote Thierry, que je salue...
J'adore la période bon Scott, bien sûr... Et back in black, pardi... For those about to rock, un peu moins... Après... Bof... Mais respect...

Et puis, et puis.... Arrive ce ballbreaker... Qui m a remis en forme !!! Sans doute plus bluesy que hard, oula !!!! C est du lourd... Et surtout c est inspiré ! Angus n a jamais été aussi raffiné... Quelle classe... ! Hard as rock, boogie man, burning alive... Travail soigné, son d enfer... (Je suis en train de me "le faire" au casque)... A noter le retour inespéré de mister rudd à la batterie, pas étranger à ce nouveau souffle...
Disque en fusion... À ne pas zapper...
Le stiff upper lip suivant sera fondu du même moule...et sur scène une tuerie...
Ensuite... Hélas... La pression est pour moi de nouveau retombée.
22 commentaires| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
AC/DC a été bien avisé de confier cette nouvelle production à Rick Rubin et Mike Frasier afin de recentrer son "son" vers les racines si chère au petit écolier: Le Blues. Plus Rock que Hard, les Australiens nous offre un disque plutôt inspiré, tout en renouant effectivement avec ce Blues bien gras qui faisait le bonheur des afficionados de l'ère Bon Scott. Un plaisir ne venant jamais seul, on saluera aussi le retour inespéré DU batteur originel de la formation, roi du fond de temps et du tempo appuyé, j'ai bien sûr nommé Phil Rudd. Depuis son retour en grâce en 90, AC/DC prouve une nouvelle fois qu'il a encore de beaux restes. 15/20
33 commentaires| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 mars 2015
l'album que je connais en CD est excellent, mais en version d'origine de 1995 vinyle ,c'est une catastrophe, l'éditeur du vinyle a créé un enfer, le disque est totalement inaudible sauf si vous poussez le volume au maximum, je suis très déçu de ce vinyle.
Heureusement que le groupe a d'autre disque en audition correcte voir parfaite.
A acheter pour les collectionneurs, mais ne vous attardez pas;
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Sortit en 1995,"ballbreaker" est vraiment un trés bon disque de la légende.Aprés un retour triomphale au début des 90's,les australiens remettent le couvert sur ce disque vraiment cool et digne de leur réputation.Riffs hard/blues,groove de dingue (la basse est terrible!),production en béton et un chant vraiment génial sur tout les titres de la rondelle.Rien à rajouter,ce disque est peut-étre le dernier grand album de ac/dc(j'adore aussi "black ice",et je n'ai toujours pas écouté le dernier!) mais il fait fier figure au coté de certains de ses ainés comme "razors edge" ou plus loin dans le temps "for those about a rock..."(je n'irais pas jusqu'à cité "back in black" quand méme!).Alors fans des australiens et de gros son hard rock,allez y!Ce disque est génial."hard as a rock"!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 mars 2003
Bien qu'il n'atteigne pas le niveau d'un Back in Black comme l'ont prétendu les médias à l'époque, Ballbreaker s'avère clairement représentatif de ce que le groupe sait faire de mieux. C'est peut être une redite de tous leurs précédent album, mais c'est très bien fait, le rytme ne faiblit jamais, le résultat étant qu'on sort de l'album snas s'être ennuyé une seconde ! Ceux qui ne connaissent pas AC/DC peuvent se le procurer sans hésitation, ils y trouveront tout ce qui a fait le succès de l'écolier épileptique. Quant aux habitués, ils remarqueront surtout l'effort de composition particulier qui confère à cet album une certaine personnalité et l'empêche de n'être qu'un parmi tant d'autres. Du très bon AC/DC.
0Commentaire| 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 avril 2009
Les internautes peuvent bien dire ce qu'ils veulent, cet album est un produit marketing, de qualité certes, très pro mais c'est "ac/dc le produit".On ne s'ennuie pas mais un peu quand même.
On est à plusieurs années lumière de "powerage" ou "highway to hell" de leur énergie sauvage et de leur créativité.
Retournez écouter "powerage" pour vous labourer les intestins et vous faire fondre le coeur.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 juillet 2015
Je l'ai acheté pour mon ami il en est content, c'est un groupe qui l'adore donc je ne regrette pas
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)