undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

3,5 sur 5 étoiles
6
3,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
2
Format: DVD|Modifier
Prix:9,24 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 16 février 2014
Je ne connaissais jusqu'alors Orson Welles (1915-1985) que de nom. "La Splendeur des Amberson" ("The Magnificent Ambersons" - 1942 - second film de Welles après "Citizen Kane"), d'après un roman de Booth Tarkington, malgré la mutilation scandaleuse dont il fut victime, est à n'en pas douter un chef-d'oeuvre du septième art.
Eugène Morgan (Joseph Cotten) revient dans sa ville natale après vingt ans d'absence. Lors d'un bal donné par la riche famille des Amberson, il retrouve son amour de jeunesse, Isabelle (Dolores Costello), qu'il aime toujours. Sa fille Lucy (Anne Baxter) tombe amoureuse de George (Tim Holt), le fils d'Isabelle. L'histoire est alors celle de la déliquescence d'une riche famille aristocratique au début du XXè siècle.
Sur les circonstances de l'oeuvre, je ne dirai que peu de mots (voir les autres commentaires). Welles commença à travailler pour la RKO à partir de 1939 ; mais celle-ci, plus soucieuse de spectacle que de génie, amputa le film de 42 minutes ; une autre fin fut tournée par Freddie Fleck et Robert Wise.
Le cinéma américain propose généralement des figures de duo amoureux ou de trio marivaudien ; on a ici affaire à un original quatuor. Mené à un rythme alerte, riche en trouvailles visuelles, en jeux d'ombre et de lumière, servi par une mise en scène exceptionnelle, "The Magnificent Ambersons" offre des séquences d'une rare beauté : citons, pour exemples, les quinze premières minutes, avec une succession rapide de plans, constituant un prologue très original ; la première longue scène, le bal, où l'on se voit se (re)former deux couples ; ou encore la séquence du traîneau, qui dégage une atmosphère magique.
Film balzacien, à coup sûr : la prépondérance du thème de l'argent, l'anatomie des passions (notamment de la relation mère / fils), la peinture critique d'un milieu social indiquent une proximité avec l'oeuvre du grand romancier français. Mais peut-être également film plus désenchanté : les propos du major Amberson semblent bien reprendre la sagesse de l'Ecclesiaste (Qo, 1, 2 : "Vanité des vanités et tout est vanité"). Un film mutilé certes, donc infidèle à toutes les intentions du réalisateur, mais malgré tout un très grand film.
22 commentaires| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
J'aimerais revenir sur l'article de Sébastopol, qui a très bien parlé de ce film magnifique, de son fond, mais a oublié un point essentiel. Si on peut trouver aujourd'hui le film un peu court, la description trop rapide ou simpliste de la chute des Amberson, c'est parce que le film n'a pas été monté comme Orson Welles le désirait.

Revenons deux ans en arrière... Après son émission de radio sur la "Guerre des Mondes", Welles est une star. Aussitôt les studios de Hollywood lui proposent le meilleur contrat qui soit : budget illimité et carte blanche totale pour réaliser le film de son choix. La suite on la connait. Ce film sera "Citizen Kane", dont le thème et la mise en scène boulverseront à jamais le cinéma, mais choqueront les décideurs hollywoodiens. Echec public et financier. Pour son second film, Welles est donc sous surveillance. A peine achevée "La Splendeur des Amberson" il s'envole pour le Brésil, afin de commencer un nouveau projet (qui ne verra jamais le jour...). Pendant ce temps, la RKO découvre le premier montage des "Amberson". Horreur ! Personne ne comprend rien ! le film est un bout à bout, seul Welles avait son plan de montage en tête. Affligé du résultat, la RKO coupe de 40 minutes le film, refait certaines scènes finales, propose un montage linéaire, triture la voix off. C'est Robert Wise, le monteur (et futur réalisateur de "West side Story") qui est chargé de la besogne.

On raconte que la seule fois où Orson Welles a pleuré, c'est en découvrant à la télé son film mutilé.

Voilà pourquoi ce film nous semble un peu bancal parfois, et l'issue un peu rapide, voire pas très claire. "La Splendeur des Amberson" n'en reste pas moins un chef d'oeuvre absolu, que je regarde avec plus de plaisir encore que "Citizen Kane". La mise en scène de Welles y est sans doute plus maîtrisée, car entièrement au service de l'histoire (dans "Citizen" certaines scènes son très expérimentales, welles découvrait l'outil cinéma, et s'est beaucoup amusé avec !) La profondeur de champs est encore utilisée jusqu'au paroxysme, le montage rapide et ludique (Eugène enfant et adulte face à la maison d'Isabelle). Welles joue sur l'opposition des blancs et des noirs (Isabelle et Eugène dansant seule), il joue sur la verticalité (la scène de dispute avec la tante dans l'escalier, tout en travelling verticaux est hallucinante), il laisse ces acteurs s'exprimer dans de longs plans fixes (le dialogue dans la cuisine) et maîtrise toujours autant la scénographie (la scène du bal est à ce titre exemplaire, et mille fois imitée depuis). Ce film est un régal pour les yeux, une exploration toujours plus profonde de la technique mise au service de la narration.

Maîtrise absolue sur le plan formel, et passant de la comédie la plus truculente, au drame le plus noir, Welles nous offre sans doute son chef d'oeuvre le plus sensible et le plus personnel.
33 commentaires| 20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 novembre 2004
Voici un des chefs-d'oeuvre d'Orson Welles qui raconte la grandeur et la décadence d'une famille américaine de la grande bourgeoisie durant la période qui a fait l'Amérique industrielle.
Un regard critique sur une société en mutation, qui nous renvoi à des temps plus contemporains; l'ensemble tourné avec la maestria d'un des grands cinéastes du siécle dernier.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 juillet 2009
Il n'est pas question de dire du mal de ce film, dont les commentaires précédents parlent très bien, mais de mettre en garde l'acheteur de cette édition Montparnasse, absolument lamentable : pas de contrastes, mauvaise définition, traits baveux, image floue, comme voilée, qui n'a manifestement pas bénéficié d'une restauration. On dirait un report de cassette video. La splendeur des Amberson et du film est saccagée par un travail d'édition parfaitement indigne d'un tel chef d'oeuvre. Très grosse déception...
55 commentaires| 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 décembre 2015
Superbe, ce film culte d'Orson Welles offert pour Noël en connaissance de cause, le bénéficiaire s'est dit comblé, et connaissait déjà la genèse du film (la fin a été revue par les studios).
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 décembre 2015
QUE DIRE QUI NE SOIT REPETITIF ET DONC SANS INTERËT TOUT CE QUE J'AI A DIRE C'ES T QUE J'ADORE ORSON WELLES THAT'S ALL !
11 commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,99 €
13,00 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)