undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles
5
4,6 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Prix:6,32 €+ 2,49 € expédition

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

MEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 28 février 2012
Ma grand-mère, 1er prix de conservatoire de Tours à l'unanimité reprochait à Rubinstein la force de son jeu. Entendez par là qu'il jouait à sa oreille trop fort, et qu'elle lui préférait des pianistes comme Yves Nat ou Sviatoslav Richter ; bon, je n'ai aucune prétention en la matière, même si j'apprends en ce moment la 1ère ballade de Chopin, et beaucoup de respect pour feu ma mamie chérie, mais le maître Polonais dont les œuvres ont bercé mon enfance rime avec Arthur Rubinstein. Ce dernier a littéralement étourdi mon cerveau ; plus aucun morceau de Chopin ne sonne juste (hormis peut-être Samson François dans le Scarbo du Gaspard de Ravel et encore, je plaisante!) s'il n'est joué par le roi Arthur. Ecoutez seulement les mazurkas, les sonates ou les nocturnes qui vous convaincront que sa patte est géniale, c'est le mot sans détours ni atermoiements romantiques. Un Chopin viril, tendre et sensible nous ait offert dans ses vibrantes ballades et ces scherzos fous (en demi teintes à mon goût mais néanmoins techniquement parfaits) qui nous convient à un voyage intemporel. A vos chaines ou vos claviers ! Parce qu'il nous faut à tous une interprétation exemplaire qui marque et inspire nos esprits. En bref, un enregistrement magistral qui frise l'excellence poétique.
11 commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 avril 2015
un super album un tres bon son vraiment j adore ce disque un super cd a recommander a conseiller pour amateur
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce SACD reproduit deux séries d'enregistrements réalisés en 1959 au début de l'ère stéréophonique.

C'est la troisième fois qu'Arthur Rubinstein enregistrait les quatre Scherzos au studio : cette version adopte des tempi prudents qui, sans menacer la nécessaire tension narrative, font un peu regretter l'ardeur de la première mouture londonienne gravée à l'ère du 78 tours.

Le pianiste polonais n'enregistra qu'une seule fois les Ballades. Son interprétation concilie la puissance architecturale et l'élégance de phrasés parfois un rien trop guindés, comme rendus réticents par une pâte de clavier trop inertielle. J'avoue que Kristian Zimerman ou Vlado Perlemuter me semblent avoir sondé plus profondément et finement la polyphonie de ces pages.
Dans l'absolu, je préfère entendre ces Ballades exaltées par le geste épique d'un Samson François, ou électrisées par l'énergie du live tel l'ultime concert de Stanislav Neuhaus le 18 janvier 1980.

Le style chopinien de Rubinstein m'est essentiel dans les Valses ou les Nocturnes, mais un peu moins dans ce répertoire fantasque que nous entendons ici.
Réécoutons le Scherzo n° 1 miraculeusement gravé par Vladimir Sofronitzky pour nous rappeler quelle démesure peut y embraser le clavier.
11 commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 avril 2005
Biensur Rubinstein reste ce génial pianiste, l'intérêt de cette collection rééditée en SACD est tout bonnement magnifique, intrigant quand on connait les mêmes interpétations dans leur mouture CD et ce, pour le naturel, l'absence de crispation ou d'aucune saturation, pourle soyeux, l'immédiaté du son, la bande passante semble comme beaucoup plus large. il faut l'écouter en Haute-Définition en DSD!
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 avril 2015
Ce grand interpréte de Chopin a tellement d ' élégance et de charme , que je lui pardonne tout .......tout son leg Chopin est à thésauriser , il est trés interressant de le comparer a lui meme au fil de sa longue carrière . à l ' époque de ce disque , un certain horowitz ( grand habitué du scherzo op 20 et des ballades ) faisait beaucoup parler de lui , ce qui a peut être un peu stressé Rubinstein .....quoi qu 'il en soit , laissez vous aller , vu le prix ....
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus