undrgrnd Cliquez ici HPALLL nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_Hercules Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles
44
4,6 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Un film génialement atypique sur l'amour et la mémoire. Charlie Kaufman nous avait déjà offert une balade cérébrale dans son scénario de "dans la peau de John Malkovitch", il récidive ici dans la tête de Jim Carrey. Une récidive doublée d'une rencontre prodigieuse avec Michel Gondry, car on peut qualifier ce duo de phénoménal au sens propre. Ce film est un phénomène ...

Il est phénoménal de poésie, de création, de simplicité et d'exigence.

En effet, comment rendre perceptible la mémoire qui s'efface sans effets spéciaux que Gondry refuse ? A force de génie, de travail, de liberté, de synergie; grâce à une équipe de professionnels orientés vers ce même but. Tout est dans la spontanéité, la disponibilité et le travail. Jim Carrey est touchant de sincérité et de simplicité, à la fois sobre et présent. Kate Winslet, méconnaissable, pétillant de l'énergie exubérante qui est habituellement celle de son partenaire, semble sortir d'une BD.

Comment décrire ces images d'une poésie surréaliste saisissante ? La qualité du moindre détail, l'importance de la lumière, l'absence d'artifices...Et la musique, souvent composée à la vue des images transmises au chef d'orchestre !

De la création pure, chaude, vivante et lumineuse qui nous parle de l'amour et de la mémoire, de l'amour au-delà de la mémoire, de cet écho qui reste de l' amour, qui existe et pourtant ne peut se situer nulle part.

Un très grand film à posséder, à voir et à revoir.
0Commentaire| 39 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 juillet 2007
Un film sur le souvenir, sur l'amour, sur le souvenir de l'amour. Effacez-tout mais laissez moi ce doux souvenir, d'avoir aimé, et d'avoir été aimé...
un film aussi sur le pourquoi, et le comment de l'attirance, ou une certaine prédestination (?)... Pourquoi sommes-nous attirés par cetaines personnes et pas d'autres. Pourquoi nos chemins se croisent-ils ?
Un film bien à part. Scénario peut-être pas facile à suivre en instantané. Mais absolument superbe. Un grand moment de bonheur.
0Commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 décembre 2005
Eternal Sunshine... est, ailleurs, dégagé de toute tentation du symbole, invitant plutôt à se baigner dans une matière tantôt fluide, tantôt épaisse, légère comme le plomb, aussi lisse que soudain rugueuse - un poème d'images trempées dans l'acide du temps : répétitions, étirements, brusques ralentissements, impressions de " déjà vu ", contractions et sauts d'images comme on saute d'une décennie à l'autre... Tout pourrait se résumer à son titre : juste un vers, pas plus, pour dire le désir, la pulsion d'aimer à travers un éclat de soleil ou un sourire qui naît.
Extraordinaire ! C’est Michel Gondry, artisan-clippeur et friand d’image, qui réalise ce merveilleux conte. Rien à reprocher. Des acteurs formidable : on voit que Jim Carrey peut enfin tenir un rôle sérieux sans être incrédule et aussi que Kate Winslet peut sortir des rôles de « jeunes femmes anglaise de bonne famille » (« Neverland » ; « Titanic ») et en tenir un complètement extraverti. Mais surtout Kristen Dunst qui tient un rôle formidable qu’on pourrait qualifié d’ « élément de résolution ». C’est en effet elle qui amène en douceur la fin du film. Mais aussi des images magiques : ici, on ne retrouve pas ce côté esthétique (comme dans « Lost in translation » ou bien « Kill Bill ») mais plutôt un aspect surréaliste. Les images vont et viennes, certaines colorées, d’autres moins. Gondry arrive a faire ses effets spéciaux avec seulement une caméra, rien d’autre... Et surtout, un scénario extraordinaire (écrit par Charlie Kaufdman, le scénariste de « Dans la peau de John Malkovich »). Ce film décalé marque le renouveau d’un genre : le conte.
0Commentaire| 20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 mars 2010
Ou comment faire dans le romantique sans être nunuche en une leçon.

Sur le papier, cela ressemble à la n-ième comédie romantique sirupeuse made in Hollywood.

On s'attendrait presque à voir Hugh Grant dans le 1er rôle. Non. C'est Jim Carrey, l'homme à la figure en pâte à modeler. Celui qui ferait passer De Funès pour Jean-Pierre Léaud.
Jim Carrey, l'Improbable. Celui qui sait faire autre chose que de la gaudriole depuis ... souvenez-vous : "The Truman Show".

Et grâce à lui et la délicieuse Kate Winslet, nous sommes partis en plein dans les rêves de réalité et d'amour perdus. Comme tant d'autres cherchent le Graal ou l'Arche d'Aliance, la vraie Quête ne serait-elle point celle de l'amour au quotidien, accessible à tous ?
Nous en sommes souvent si proche, et nous ne le savons pas, nous ne le réalisons pas. Ces deux-là sont touchants car ils nous ressemblent avec leurs imperfections, leurs doutes, leurs manies, névroses (hou ! le vilain mot !).
Ils passent à coté du Beau, ils cherchent à le bannir de leur vie, mais une Force instinctive leur donne une deuxième chance.

On a envie d'espérer avec eux. On souhaite de tout notre coeur espérer pour nous aussi.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Kate Winslet, dans le rôle de Clémentine, est méconnaissable. Elle joue le rôle d'une femme libérée, à l'allure d'adolescente qui choisit l'homme avec lequel elle veut être. Assez atypique comme scénario de départ. C'est elle qui aborde, qui désire un être un peu renfermé, timide et peu amène. Très vite, Joël va être charmé par cette fille impulsive et haute en couleurs.
Le scénario est vraiment original et questionne sur l'amour qu'on porte à un être, qu'on sait n'être pas éternel ou du moins inconstant. Alors que chacun connait le scénario à l'avance, si c'était à refaire, on recommencerait et avec le même. Mais pourquoi? Ne pourrions-nous pas être tenté d'effacer de la mémoire celle ou celui qu'on a aimé quand la douleur prend le dessus sur le plaisir? Le film essaie d'apporter une réponse à cette question. Quel rôle jouons-nous sur le choix de nos souvenirs? En amour, finalement, ne décide-t-on pas de ne garder que les bons moments, de travailler une mémoire affective positive, de cristalliser les instants de pur délice?
Le film questionne et les acteurs, surtout Kate Winslet, sont admirables, attachants. Une belle création, légère, un peu surréaliste sur l'amour et la mémoire.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 septembre 2005
"Eternal Sunshine" est un film magnifique à (re)voir absolument,
et pour une fois l'expression n'est pas galvaudée !
La réalisation est absolument vertigineuse, et bien que l'histoire soit très alambiquée (dans la droite lignée de "Dans la peau de John Malkovitch") , on ne peut qu'être emporté par le déroulement des faits, qui semblent crédibles et réels malgré les effets visuels hallucinants. Le rythme et la façon de filmer sont exemplaire, tout respire , tout vit , tout tourne et nous emporte.
Mention spéciale aux acteurs, incroyablement "vrais" et naturels, plus qu'ils ne le seront sans doute jamais dans aucun autre film américain.
Jim Carrey en particulier est méconnaissable sans sa panoplie de tics et grimaces : ici , c'est un trentenaire ordinaire qu'on a l'impression de connaître depuis toujours. A aucun moment on ne voit "Jim Carrey, l'acteur hollywoodien" mais bel et bien un type normal , attachant dans sa banalité et sa fragilité. Idem pour Kate winslet, il faut vraiment savoir que c'est elle, pour reconnaître "celle qui jouait dans Titanic" dans cette fille aux cheveux orange, pas très glamour et un peu dérangée... oubliez tous leurs précédents rôles, c'est celui-ci qui restera. La marque d'un grand film.
Michel Gondry réussit cet exploit de faire réellement passer ces "stars" pour des anonymes en les filmant à la limite du documentaire, débarrassés de tous leurs artifices. La caméra souvent à l'épaule donne un effet saisissant.
Du coup, on veut bien croire à tous les délires qui suivent.
Et à peine descendu du manège fou, on se laisse prendre, forcément, à la nostalgie des lendemains qui déchantent.
Et à la première occasion, on y remonte avec plaisir...
0Commentaire| 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 juillet 2011
Du fait de son côté alambiqué et atypique, j'y ai perdu le plaisir de l'émotion qu'aurait pu me procurer une belle romance.
A part ça, acteurs superbes: Jim Carrey, Kate Winslet et Kirsten Dunst, pour ma part.
Je n'aime pas le scénario en fait.

Ceci dit, ce film ouvre une porte vers une réflexion: que se passerait-t-il dans un couple usé, si on repartait VRAIMENT de zéro(on OUBLIE vraiment tout et on recommence) avec pour seule info, la liste des obstacles(points rédhibitoires d'incompatibilité mutuelle) auquel on risque plus que probablement d'être confronté (liste dont la véracité paraît alors même douteuse puisque l'on a vraiment tout oublié du passé).
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Vous pouvez incinérer votre dvd. Voici un transfert HD de toute beauté, j'entends par là absolument fidèle à la photographie d'origine. Le grain n'a pas été lissé et il apporte ici toute la matière à l'image voulue par Gondry. Nous sommes ici dans un espace onirique ou tout est mouvant. Rarement la forme et le fond se seront mariées chez Gondry avec une telle grâce. Les couleurs et contrastes s'offrent ici un bon coup de boost et ce petit chef d'oeuvre prend alors un tout nouveau relief en blu-ray.
Rachat indispensable donc pour tous les afficionados.
Eternal Sunshine est au film d'amour ce que Brazil est au film d'anticipation. Un film culte indéboulonnable. Un chaudron foisonnant d'idées novatrices, débarassé de tout cliché et porté par des acteurs magnifiques. Un petit miracle, comme il en arrive tous les 5 ou 10 ans.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 mai 2005
Petit bijou d'originalité l'un des films les plus beaux et originaux de 2004 arrive enfin en DVD. La nouvelle réalisation de Michel Gondry (Human Nature), basée sur un scénario de Charlie Kaufman (Dans la peau de John Malkovitch) est une bien belle surprise.
Sur une base scénaristique toute simple Joel tombe amoureux de Clémentine et clémentine de Joel puis après quelques années d'amour fou rien de va plus et Clémentine quitte Joel. C'est là ou l'originalité prends le dessus, Clementine désireuse de repartir à zéro se fait effacer tout souvenir de Joel et lui tente de faire de même. Mais son amour pour elle étant trop fort qu'il tente pendant son lent "effaçage de mémoire" de conserver un petit souvenir d'elle.
Traitant du sentiment d'amour dans son sens le plus large, sentiment qui nait d'une accumulation de moments d'affinité qui rendent bien plus dur l'oubli d'une relation que sa fin "physique" elle même, "Eternal sunshine" distille avec génie ces petits moments, agréables ou non, qui font les racines d'une relation et qui durant le film s'effritent, s'émiéttent et disparaissent irrémédiablement par des jeux de lumiéres, de flous et petites touches artistiques.
A la manière du contreversé "Dans la peau de john Malkovich" on assiste à une "incursion" dans la tête de Joel interprété par un Jim Carrey surprenant, un magnifique Kate Winslet, une sublime Kirsten Dunst et même un Elijah Wood à contre emploi.
Techniquement parlant l'image est vraiment magnifique, le son utilisé à merveille qui plus est sur un systeme home-cinéma et deux heures de bonus indispensables pour saisir la substantifique moelle de ce film exceptionnel : Les coulisses du film, Entretien avec Jim Carrey et le réalisateur Michel Gondry, Commentaire du réalisateur et du scénariste, Scènes inédites, Dans la tête de Gondry, Anatomie d'une scène : Saratoga Avenue, Une conversation avec Kate et Michel, Scènes inédites / entières.
Une superbe édition qui contrairement à beaucoup d'autres mérite son appelation de "collector".
0Commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 décembre 2005
Avez vous déjà aimé ? L'avez-vous déjà oublié ? Tous les détours, les méandres, les chemins biscornus auxquels on s'accroche pour ne pas assumer le poids de l'amour. Voilà une panoplie des trucs rigolos que l'on peut voir dans ce film. A éviter avec une ex, cela peut être douloureux.
Un chef-d'oeuvre visuel et narratif, avec ces mmoments perdus, ces émotions en pics, pour cette note finale, après toutes ces petites lâchetés qui nous font hommes et femmes des couples bien ordinaires et celui-là en ressort extraordinaire.
Que dire de plus ? Des comédiens heureux de ne pas être pris pour des ânes, un film où ils peuvent exprimés des fêlures, de l'émotion, des gens pas des clichés.
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)