Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos undrgrnd Rentrée scolaire Acheter Fire cliquez_ici Cliquez ici Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
18
4,0 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:14,99 €+ 2,49 € expédition
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 23 octobre 2004
album que je qualifie de suite logique de The Seeds Of Love, le Sgt Pepper du groupe, des melodies toujours aussi bien lechees, des arangements et surtout un son qui ne sont pas sans rappeler les Beatles, les voix de Smith et Orzabal en osmose (un peu facon Lennon/Mc Cartney)en resumé 14 ans d'attente mais le resultat et là, par contre si ils pouvaient nous gratifier d'une tournee en europe........ bref j'A D O R E
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
L'ultime ? Du titre au fait que, plus de 10 ans après sa sortie il n'ait toujours pas eu de successeur, c'est ainsi qu'est aujourd'hui souvent considéré cette fin heureuse en forme d'apothéose pop (une erreur Tears for Fears travaillant depuis plus de deux ans sur un hypothétique 7ème volume de leurs œuvres).
En l'occurrence, 15 ans après le triomphe de The Seeds Of Love, oubliant ses deux suites plus ou moins réussies, pour confirmer leur mue d'une new wave inspirée vers une perfect pop totalement assumée. Et donc, neuf ans tout de même après Raoul & the Kings of Spain, c'est exactement où ils ont laissé les choses 15 ans plus tôt qu'Orzabal et Smith les reprennent avec une inspiration qui fait toute la différence. Parce que cet 6ème œuvre, longue à l'accouchement, presque inattendue dans son implacable qualité, marque bel et bien le retour en grâce d'un duo qui avait fini par se perdre dans une facilité mélodique et compositionnelle à visée outrageusement radiophonique. La source, évidemment, vient des meilleurs du genres, ces Fab Four dont on n'aura décidément jamais fini de s'inspirer, pour un résultat ressemblant à un XTC débarrassé de toute trace d'ironie et donc d'une part de son intrinsèque "britannité" venue d'autres grands (les Kinks !). C'est évident dès la première chanson, l'impeccable et "pepperienne" chanson titre mais, vraiment, c'est toute la galette qui est infusée d'une écriture, d'un maniérisme directement hérité des précités (comme sur un Pullin' a Cloud très Macca en sa simplicité et douceur acoustique) mais aussi de l'Electric Light Orchestra de Jeff Lyne auxquels les deux compères empruntent une "orchestralité" qui leur va d'ailleurs merveilleusement au teint comme sur un Secret World d'exceptionnelle qualité.
Bref, sans rentrer dans le détail d'une tracklist sans le moindre faux-pas, en 14 chansons et une bonne heure, nous sommes transportés dans un petit monde multicolore et chatoyant où on ne s'ennuie pas une seule seconde. C'est dire si on attend avec impatience le retour (2015 ? 2016 ?) d'une formation qui, possédant le savoir-faire et le talent mélodique naturel, sait ravir les fans de belle pop harmonieuse et riche comme seuls les meilleurs savent le faire. Ce n'est d'ailleurs que logique, Tears for Fears en sont souvent et encore plus sur cet Everybody Loves a Happy Ending de compétition.

1. Everybody Loves a Happy Ending 4:21
2. Closest Thing to Heaven 3:36
3. Call Me Mellow 3:39
4. Size of Sorrow 4:43
5. Who Killed Tangerine? 5:33
6. Quiet Ones 4:22
7. Who You Are 3:41
8. The Devil 3:30
9. Secret World 5:12
10. Killing with Kindness 5:25
11. Ladybird 4:50
12. Last Days on Earth 5:41
Bonus
13. Pullin' a Cloud 2:48
14. Out of Control 5:08

Roland Orzabal - guitars, keyboards, lead vocals
Curt Smith - bass, keyboards, backing vocals, lead vocals ("Size of Sorrow", "Who You Are")
&
Charlton Pettus - keyboards
Fred Eltringham - drums
Brian Geltner - drums ("Size of Sorrow")
Rick Baptist - trumpet ("Everybody Loves a Happy Ending")
Kenny Siegal - guitar ("Size of Sorrow"), backing vocals ("Who Killed Tangerine?")
Gwen Snyder - backing vocals ("Who Killed Tangerine?")
Alexander Giglio - backing vocals ("Who Killed Tangerine?")
Julian Orzabal - crowd vocals ("Who Killed Tangerine?")
Laura Gray - crowd vocals ("Who Killed Tangerine?")
Paul Buckmaster - orchestra arrangement and conducting ("Secret World")
Bob Becker - viola ("Secret World")
Charlie Bisharat - violin ("Secret World")
Denyse Buffman - viola ("Secret World")
Eve Butler - violin ("Secret World")
Mario de Leon - violin ("Secret World")
Joel Derouin - violin ("Secret World")
Stefanie Fife - cello ("Secret World")
Armen Garabedian - violin ("Secret World")
Berj Garabedian - violin ("Secret World")
Barry Gold - cello ("Secret World")
Gary Grant - trumpet, flugelhorn ("Secret World")
Maurice Grants - cello ("Secret World")
Julian Hallmark - violin ("Secret World")
Vahe Hayrikyan - cello ("Secret World")
Norm Hughes - violin ("Secret World")
Suzie Katayama - cello, contracting ("Secret World")
Roland Kato - viola ("Secret World")
Peter Kent - violin ("Secret World")
Steve Kujala - flute ("Secret World")
Gayle Levant - harp ("Secret World")
Michael Markman - violin ("Secret World")
Miguel Martinez - cello ("Secret World")
Robert Matsuda - violin ("Secret World")
Carole Mukogawa - viola ("Secret World")
Sid Page - violin ("Secret World")
Sandra Park - violin ("Secret World")
Sara Parkins - violin ("Secret World")
Joel Peskin - baritone saxophone, tenor saxophone ("Secret World")
Bob Peterson - violin ("Secret World")
Karie Prescott - viola ("Secret World")
Dan Smith - cello ("Secret World")
Rudy Stein - cello ("Secret World")
Lesa Terry - violin ("Secret World")
Josefina Veraga - violin ("Secret World")
David Washburn - trumpet, flugelhorn ("Secret World")
Evan Wilson - viola ("Secret World")
John Wittenberg - violin ("Secret World")
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Le titre dit tout.
Orzabal et Smith semblent bien, en effet, avoir voulu avec cette production mettre un terme en beauté à une carrière qui les a vu passer du statut de stars branchouilles de la pop New Wave ("Shout"), à celui de jolis chanteurs à la mode obsédés par les Beatles ("Sowing the Seeds of Love"), avant de sombrer dans l'oubli compassé réservé aux représentants d'une époque révolue.
"Everybody Loves" constitue d'ailleurs une sorte de résumé idéal du parcours musical du duo.
Dès les deux premiers morceaux ce disque extrêmement riche annonce la couleur:
- "Everybody Loves" enchaîne les breaks psychédélisants et cite clairement les 4 de Liverpool (réveil matin de "Day in the Life" compris).
- "Closest thing to Heaven", quant à lui, renoue plus avec la tradition popisante sucrée du début des eighties sur fond de nappes de synthés analogiques et de choeurs plastifiés.
Après ce joli départ, le ton est donné, et jusqu'à la dernière mesure du dernier morceau on va ainsi osciller entre mélodies intemporelles et arrangements nostalgiques, avec des sonorités couvrant toute la palette pop depuis les guitares façon Byrds jusqu'aux synthés néo-romantiques.
La qualité de cet album réside d'ailleurs beaucoup dans les immenses talents d'arrangeur de Roland Orzabal qui n'a jamais autant brillé qu'ici. Sans pour autant minimiser les mérites de Curt Smith qui a largement participé à l'écriture et dont la voix scintille de mille feux, notamment dans des backing vocals dignes des meilleures réalisations de la pop mondiale, toutes époques confondues (ex: "Size of Sorrows").
Ce disque inventif, raffiné à l'extrême et gorgé de mélodies solaires a manifestement été réalisé avec une totale passion par ses deux auteurs. Il ne comporte aucun passage à vide et cumule des morceaux qui me font toujours frissonner chaque fois que je les écoute ("Quiet Ones", "Ladybird", "Who are You", "Secret World", etc.). Des moments de pop sublime à déguster au casque dans la solitude de la nuit.
Certains disent trouver cet album "lassant".
Après des dizaines et des dizaines d'écoutes qui m'ont procuré un plaisir toujours renouvelé au fil des ans, je ne peux qu'affirmer mon désaccord.
Dans un monde parfait, ce disque aurait mérité d'accéder aux premières places des charts internationaux.
Sainte Cécile et les programmateurs radio en ont décidé autrement.
44 commentaires| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 septembre 2008
Je l'avais raté à sa sortie et je le regrette. Il rejoint l'excellentissime album "Seeds of love" dont il emprunte le ton mélodieux et les compositions bien foutues. Un petit bémol, il me semble toutefois moins riche que "seeds..." et un peu plus lassant. Un bon albm à posséder par tout fan de TFF.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 novembre 2004
en cette fin d'année plutôt morose musicalement, nous voici avec le nouvel album de tears for fears, enfin reunis (roland orzabal et curt smith).
Le résultat: un album plus qu'inspiré (parfois littéralement copié sur les beatles) mais qui a le mérite d'être bien écrit.
En effet, les compositions sont de très bonne facture, les sonnorités y sont recherchées, le mélange des voix de smith et orzabal est époustoufflant, on plonge facilement dans un univers spécial, rappelant sans nul doute l'univers du sgt pepper's des beatles.
Bref, c'est bien joué, c'est bien chanté, c'est très agréable à l'écoute et le disque est parfait pour voyager.
Que dire de plus, ah si encore une chose, cet album est vraiment excellent, alors vous savez ce qu'il vous reste à faire...
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 juin 2005
Généralement pas tres fan des années 80, je dois avouer que ce retour des TFF est plus que réussi : Mélodies grandioses, compositions solides, Production et arrangements de grandes qualités.
La voix du chanteur est toujours aussi puissante et magique.
Seul petit bémol : la présence d'1 ou 2 titres qui ont un bon niveau pop mais pas le niveau global de l'album.
Bref, achetez sans hesiter.... C'est un beau voyage musical !
Sans doute un des albums marquants de 2005 !
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Presque 10 ans d'absence (autant dire une éternité) pour un retour inespéré de Tears for fears. Dernier baroud d'honneur et rabibochage d'avec Curt Smith pour ce très agréable album. Je dis très agréable, parce que si les compos (d'humeurs plutôt tranquilles) tiennent véritablement la route, je déplore en revanche son évidente filiation avec les Beatles: La pochette, chargée de symboles, n'est par exemple pas sans m'évoquer celle de "Sergent pepper's". Plus grave, TFF perd beaucoup de son originalité en singeant dans une quasi constance les 4 de Liverpool. La tournerie batterie de "Who killed tangerine" est carrément calquée sur "Come together".
Hommage ou plagiat, même si l'on connaissait l'admiration et l'influence des Beatles sur Orzabal, ce final ne revêt pas pour moi les habits d'une fin heureuse. N'ayant, je vous l'avoue, jamais été un Fan de la musique des scarabées. Et oui ! Il en existe au moins un. 14/20
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 octobre 2015
'Everybody Loves a Happy Ending' is up there with their best.. and how many bands can say that years after their public glow has faded? Musically they remain beyond what most can deliver, especially given the years in between successes. Brilliant band. Up there with the Beatles, no question. If this is to be their last album, and its been ten years, then could you ask for a better epitaph?
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 octobre 2005
Les Tears for Fears, ce groupe qui a marqué de son empreinte les 80's sont de retour, oubliez les tristes efforts de "king of spain" et "elemental", on renoue ici avec la grandeur de "Seeds of love" avec un coté plus roots et 60's très intéressant. On passera sur la pochette Grateful Dead hippie pour aborder avec plaisir ces chansons ambitieuses et etonnantes qui doivent énormément aux Beatles : Everybody Loves A Happy Ending qui sent le Strawberry fields, Closest Thing To Heaven sur laquelle plane l'ombre de John Lennon, le Paul Mac Cartnesque Who killed tangerine est particulièrement réussi, on se croierait dans Sergent Pepper !!, on replonge avec nostalgie et délice dans Secret World et ses envolées de violon dignes de la croisière s'amuse.
D'autres titres plus pop dans l'air du temps aux mélodies éthérées (Keane, Coldplay) avec de magnifiques envolées de choeurs ce qui est plutôt rare dans les disques d'aujourd'hui : Call me mellow (très Beach Boys), size of sorrow, the devil (ma préférée). Un grand disque de pop d'un groupe au sommet de sa forme et de son art.
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 novembre 2004
Enfin le retour de Tears for Fears apres un long silence radio !
Orzebal et Smith apres différents albums solo plus ou moins réussis, voici enfin le Seeds Of Love 2 meme si ca fais pompeux, c vraiment ce qu'on peux appeler l'album pop de cette fin 2004 .
Si vous aimez les Beatles, Alan Parson Project et autres VRAIS musiciens et compositeurs, alors cette album est fais pour vous.
Merci a Tears For Fears de ne pas nous avoir oublier ( sauf pour la tournée Européenne) mais ce n'est que partie remise.
Un conseil oublier Shout et plongez vous dans ce que la pop a produit de plus beau depuis le St Peper et les Beach Boys !
Bref entre le Smile bien pourri de Brian Wilson et Everybody Loves a Happy Endind, le choix est vite fait !
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,07 €
6,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)