undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Early Bird Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles
6
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
5
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 5 décembre 2006
Réédité en stereo, mais en SACD, le violon de Jascha Heifetz semble tellement vivant, tellement proche! Le SACD redonne ses lettres de noblesse à la musique enregistrée. 25 ans d'existence du format CD (44Khz, 16 bits) nous avaient presque fait oublier que la musique enregistrée pouvait ressembler à de la musique vivante. Longue vie au SACD!
0Commentaire| 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
En 1939, Jascha Heifetz avait déjà confié le Concerto de Brahms aux matrices 78 tours, accompagné par Serge Koussevitzky [1].
A Londres, il grava deux fois celui de Tchaïkovski, avec John Barbirolli puis Walter Süsskind [2].
Bénéficiant du confort audiophile « RCA living stereo », il réenregistra ces deux oeuvres au milieu des années 1950, épaulé par un Symphonique de Chicago qui constitue un opulent écrin.
Le compositeur hambourgeois est ici souverainement servi par l'orchestre américain, même si la prise de son manque un peu de finesse et de transparence.

L'espace sonore se montre plus précis et aéré pour Tchaïkovski, les micros préservant aussi le riche bouquet d'arômes qui émane du violon.
A noter que Heifetz joue la partition revue par son professeur Leopold Auer, qui fut d'ailleurs le dédicataire original de cet opus...
La baguette de Fritz Reiner privilégie une éloquence sobre, héroïque, expurgée de tout pathos, aux aguets des prouesses digitales de son soliste : écoutez le finale !

Ce serait bien difficile et téméraire d'émettre un jugement sur ces magistrales performances du violoniste russe ; eu égard à leur notoriété et leur suprématie, nous sommes ici face à un témoignage artistique qui permet de mesurer les qualités (et surtout les défauts...) de toutes les autres versions. En d'autres termes : voilà une inoxydable référence discographique (aux côtés de David Oïstrakh bien sûr) magnifiée par le report en SACD !

[1] notamment réédité par Naxos : Beethoven, Brahms: Violin Concertos
[2] EMI a réédité la version accompagnée par Barbirolli : Sibelius, Tchaikovsky, Glazunov: Violin Concertos
11 commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 août 2015
Je possède de nombreux enregistrements de cette œuvre magnifique. Ce disque est incontournable, tant par la qualité de l'interprétation que par celle de l'enregistrement. Quel son et quelle émotion ! Ce disque doit figurer dans toute bonne discothèque digne de ce nom. Je vous le recommande vivement !
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
A ce stade de perfection, le choix de telle ou telle interprétation relève strictement du goût personnel…Le concerto pour violon de Brahms notamment l'allègre troisième mouvement déploie toute sa richesse, ses couleurs et sa densité…Superbe évidemment.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 mars 2016
Très bon achat au son magnifique ainsi que l'interpretación pour avoir eté enregistré dans les années cinquante du siècle dernier
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 juillet 2013
Pour le concerto de Brahms, heifetz démontre une éblouissante maitrise instrumentale quant à fritz reiner le chef d'orchestre, il semble le suivre de loin.Si l'interprétation semble datée un peu, exemple: isabelle faust ou vladimir repin , les amoureux du grand violon ne seront pas déçus.
Le concerto de Tchaikovski est du même acabit avec peut être un peu plus de présence de la part de Charles Munch.
prise de son correct,orchestre un peu lointain.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)