Cliquez ici Cliquez ici GNOXmas Cloud Drive Photos En savoir plus Cliquez ici En savoir plus En savoir plus cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles
2
5,0 sur 5 étoiles

1000 PREMIERS REDACTEURS D'AVISMEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 17 décembre 2010
Le couplage n'en est pas un, certes, mais comme au final on se retrouve avec deux interprétations géniales de deux chefs-d'oeuvre dans le son glorieux de la première stéréo RCA, on aurait tort de se plaindre.
D'un côté une symphonie de Franck proche de l'idéal : Monteux met la perfection de l'Orchestre symphonique de Chicago au service de la solennité de l'oeuvre, son tranchant au service de sa sensualité féline. On imagine les cuivres de Chicago dressés dans les retour des thèmes principaux à la fin des mouvements extrêmes, et on n'est pas déçu à l'écoute, avec un mouvement central tout à la fois amer, délicat et vivant.
Pétrouchka avec l'Orchestre symphonique de Boston est un autre moment de grâce, dans une prise de son jouissive. Ancerl et Boulez tiennent la comparaison, cela va sans dire, mais Monteux n'a de leçons à recevoir de personne en matière de chorégraphie, de verve truculente et espiègle, ni de pathétique cruel.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS REDACTEURS D'AVISMEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 14 novembre 2004
Le couplage n'en est pas un, certes, mais comme au final on se retrouve avec deux interprétations géniales de deux chefs-d'oeuvre dans le son glorieux de la première stéréo RCA, on aurait tort de se plaindre.
D'un côté une symphonie de Franck proche de l'idéal : Monteux met la perfection de l'Orchestre symphonique de Chicago au service de la solennité de l'oeuvre, son tranchant au service de sa sensualité féline. On imagine les cuivres de Chicago dressés dans les retour des thèmes principaux à la fin des mouvements extrêmes, et on n'est pas déçu à l'écoute, avec un mouvement central tout à la fois amer, délicat et vivant.
Pétrouchka avec l'Orchestre symphonique de Boston est un autre moment de grâce, dans une prise de son jouissive. Ancerl et Boulez tiennent la comparaison, cela va sans dire, mais Monteux n'a de leçons à recevoir de personne en matière de chorégraphie, de verve truculente et espiègle, ni de pathétique cruel.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus



Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)