undrgrnd Cliquez ici HPALLL nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,9 sur 5 étoiles
24
3,9 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:8,59 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Avec « Les poupées russes », Cédric Klapisch reprend le fil de l'histoire sentimentale de Xavier (Romain Duris). Après l'insouciance relative de la vie d'étudiant Erasmus de « L'auberge espagnole », le scénario explore cette fois la complexité de choix que doivent faire les trentenaires au moment de décider ce que sera vraiment leur vie. Entre une vie professionnelle ubuesque et la difficulté à trouver la femme de sa vie, Xavier navigue à vue entre des rêves d'absolu et les vraies joies d'une réalité plus terre à terre.

« Les poupées russes » fait appel aux mêmes personnages et comédiens que ceux peuplaient « L'auberge espagnole ». Ils ont tous changé et muris, de manière très crédible, comme on le fait entre 25 et 30 ans. Là ou le premier des deux films inventait une nouvelle manière de raconter une histoire, avec de multiples procédés visuels innovant, le second les appliquent à nouveaux avec une plus grande plénitude. Le scénario est plus complexe dans « Les poupées russes », mais il est également plus abouti, plus profond. Les processus de narration, très subtiles, apportent un dynamisme incroyable à l'histoire et à ses rebonds, entre Paris Londres et Saint Pétersbourg. « Une histoire d'amour, c'est avant tout une histoire » ou « Commencer une histoire d'amour avec une femme, c'est comme entreprendre un voyage à l''étranger » affirme Xavier, devenu écrivain. Force est de dire que « Les poupées russes » illustrent merveilleusement ces propos. Romain Duris se montre une fois de plus un acteur d'exception. Kelly Reilly et Audrey Tautou sont également merveilleuses dans leurs rôles respectifs.

Drôle, intelligent, « générationnel », « Les poupées russes » est un film parfaitement maîtrisé et réussi : deux heures de plaisir qui passent comme passent le temps à trente ans... sans que l'on ne s'en rende compte et que l'on puisse préméditer réellement ses inflexions.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 juillet 2010
En fait, j'ai vu les Poupées russes avant de voir l'Auberge espagnole et j'avais adoré. Beaucoup disent que c'est moins bon que le premier. Je ne suis pas d'accord. Ça tient largement les promesses de l'Auberge. C'est intéressant de voir comment Xavier et les autres ont mûri.
La raison pour laquelle je n'ai pas mis 5 étoiles est parce qu'il n'y pas de sous-titres français. C'est essentiel pour moi qui enseigne le français langue étrangère.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 mars 2015
Etant une grande fan de Klapisch, j'éprouve toujours un vif plaisir à visionner ses films qui sont toujours synonymes de gaité, soif d'expériences et de liberté, de légèreté aussi. Le genre de films qui fait du bien.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 janvier 2006
... par le scénario. Au niveau réalisation : impeccable. Les acteurs : parfaits (sauf Audrey Tautou, un peu bof). Au niveau style : c'est du Klapisch.
Et c'est tellement du Klapisch que je me suis un peu perdu dans le scénario. Comme on l'a vu dans l'Auberge espagnole, le réalisateur utilise beaucoup le procédé du flash-back. Dans les Poupées russes, il y en a à tire-larigo à tel point qu'on ne comprend plus très bien l'histoire. On sait que le film commence à St Pétersbourg mais l'histoire commence bien à Paris, où Xavier, devenu écrivain (et joueur de pipo professionnel) retrouve ses amis Isabelle (la lesbienne belge), William (le fou anglais qui va se marier à une ravissante petite russe), et Wendy, la ravissante anglaise.
Bref revoici nos chers personnages du film précédent. Et Klapisch fait intervenir des nouveaux, notamment cette mannequin parisienne.
Bref je ne vais pas révéler l'histoire mais je peux vous garantir qu'on est dans le même esprit qu'avant. Et en plus Klapisch nous gratifie de quelques scènes très touchantes, comme le premier face à face entre William et sa future femme, ou le bisou entre Wendy et Xavier.
Allez, aucune raison de ne pas voir ce film car c'est un beau prolongement de l'Auberge espagnole, avec des personnages devenus adultes. Mais pour le scénario, accrochez-vous!
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 décembre 2005
L'auberge espagnol était déja pour moi l'un de mes films préférés, les situations vécues par les personnages sentant "le vécu".Klapish a l'art de mettre en scène les situations du quotidien (certaines sentent le vécu d'ailleurs), sans poudre aux yeux et sans acteurs rasoirs. On est à milles lieux des films de Desplechin, podalydes et compagnie. Ici on s'amuse et assez intelligemment en plus.S'inspirant du duo Truffaud/Léaud, Cédric Klapish va même plus loin et on est impatient de connaitre la suite des aventures de Xavier.Si vous avez 30 ans en 2005 et que vous avez été étudiant dans le passé,voilà votre film culte !
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Réponse de Normand dit-on à une question pour le moins existentielle : que faire après l'amour ? que faire avant l'amour ? L'amour : oui, mais pourquoi faire ?

Etre sincère suffit-il pour être bien ? Klapisch répond de toute évidence que non. La sincérité ne suffit pas pour faire d'un homme (Xavier - Romain Duris) un homme bien, tel qu'il se le représente et que se le figurent ses conquêtes féminines. Bon point pour le réalisateur qui sait avec justesse camper une situation psychologique commune de l'air du temps où chacun se sent bien car pensant agir bien, mais uniquement dans l'instant. Hors l'instant, tout est mort et à créer. Un autre instant peut lui succéder, aussi plein de vitalité et de sincérité, qui disparaît. Une succession d'instants ne finit pas par emplir un être de substance aimante. Le désir reste inassouvi et la quête de sens, encore plus exacerbée, peut se dérégler et l'homme se perdre.

L'amour, le vrai, alors, peut rompre cette chaîne de vides et de pleins creux.

Klapisch a du talent. Cette suite de "L'auberge espagnole" que je n'ai pas vu, est bien réalisée.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 décembre 2005
Quel plaisir de retrouver cette sympathique bande d'acteurs plein de talents et tous de nationalités différentes. L'Auberge Espagnole était une réussite. Les Poupées Russes en est une. Et c'est à ce moment qu'on dit merci et bravo à Cédric Klapisch pour avoir réussi à réaliser une suite aussi bien que le premier opus. Sa réalisation toujours aussi bordélique à l'instar du personnage principal, Xavier, est brillante. Il joue avec les couleurs et les formes géométriques asymétriques. Les acteurs quant à eux n'ont pas changé. Leur talent, peut-être, encore meilleur. Romain Duris continue de bluffer comme il le fait à chaque film. Cécile de France, un peu mise de côté dans la seconde partie du film, en fait de même et la belle Kelly Reilly joue parfaitement son rôle de célibataire simple mais séduisante. Bref un vrai mélange de nationalités qui rend de très bonne humeur et fait passer un agréable moment.
Il y a plus de maturité dans les personnages des Poupées russes, mais c'est normal puisque l'on retrouve les personnages quand ils ont à peu près la trentaine. Les Poupées Russes sonne particulièrement juste avec une bonne peinture du désarroi du trentenaire bobo.
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 décembre 2006
Bon je le dis tout de suite : le suite est moins bonne que l'originale. Mais attention, cela ne veut pas dire que le film est mauvais non plus, oulalala non. Encore une fois on suit à la fois les tribulations de Xavier et ce qui se passe dans sa tête, ce mec un peu dispersé et bordélique arrive quand même à se faire de ces filles ! Et sans être un don juan en plus, jugez plutôt : Audrey Tautou, Lucy Gordon, et je garde la meilleure pour la fin : Kelly Reilly! '*standing ovation* Ah la la, la petite Wendy espiègle du premier qu'est-ce qu'elle a évolué dis-donc, dès qu'on la voit "ouille baissez la lumière ça fait mal aux yeux", quel charme non mais franchement, c'est elle le personnage principal du film.

Et sinon quoi d'autre ? Bah ça reste Klapish, cependant le film utilise moins de procédés que dans le premier, et je trouve que c'est dommage (ouais y a même pas une petite scène surréaliste), quelque petites longueurs parfois, ça s'écarte du sujet : ouais mais ça c'est c'est bien par contre, et y a aussi beaucoup moins d'amitié vu que le groupe se réunit vers la fin du film.

Mais beaucoup plus d'amour et de sentiment, pas niais en plus ! La déclaration de Wendy ! Et il se barre juste après ce con, mais tout ce qu'elle veut après une déclaration pareille ! Des narrations en voix off excellentes aussi, enfin bref c'est réjouissant mais moins bien que l'auberge espagnole.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 janvier 2016
A mon avis ce n'est pas le meilleur de la trilogie. Complexe et plutôt "inconfortable" à regarder, sans commune mesure
avec le "Tome 1" et surtout le "Tome 3". On se distrait sans originalité particulière.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 avril 2015
Je ne me suis pas rendu compte d'avoir commandé 2 "Rebel père et fils". J'en ai reçu 2 donc il m'en reste un qui restera inemployé. Pouvez-vous le reprendre et si oui comment ? J'ai une nouvelle commande en préparation. cdlt GB
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)