Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici Cloud Drive Photos nav_BTS17CE En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

3,2 sur 5 étoiles
9
3,2 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:9,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Prime


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

pink bubbles go ape est l'album que helloween a sorti après le départ de kai hansen. fini le heavy speed qui a fait la gloire du groupe, désormais helloween louche du côté du grand public avec une musique plus accessible et plus directe, dotée d'un son plus "américain", plus propre.
il en ressort tout de même quelques bons morceaux: kids of the century, the chance et mankind en premier lieu. ce sont des morceaux qui font partie du haut du tonneau, où l'on reconnait la patte helloween des grands moments et qui ne dérogent pas. quant au reste... c'est beaucoup plus anecdotique!
il y a bien quelques idées ici et là, mais on sent beaucoup trop que le groupe tente de s'assagir (number one, your turn). le pire, c'est que ce nouveau visage n'est pas si désagréable, mais il est venu peut-être trop vite après les deux géniaux keepers of the seven keys.
en résumé, pink bubbles go ape n'est pas l'album le plus indispensable de la discographie d'helloween, mais c'est le dernier disque valable avec michael kiske au chant (le suivant, l'atroce chameleon, est à jeter aux crocodiles), alors, si le coeur vous en dit...
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 février 2017
Parce que me concernant, j'adore cet album toujours autant, depuis sa sortie. J'adore aussi Chameleon, que je trouve aujourd'hui encore bien meilleur qu'en 1993. Allez, balancez moi vos tomates, oups vos citrouilles. Sinon, je n'ai pas de leçon à recevoir:
J'écoute et suis l'histoire du groupe depuis 1988. J'ai encore mes tshirts de Keeper et Live in the uk..
Inutile de parler des albums précédents: ils sont toujours formidables, mais avec autant de défauts (pas uniquement le son vieillissant) Mais on n'est pas là pour parler d'eux.
Pour résumer sur cet album pink bubbles, le son est meilleur que sur les Keepers, Kiske y chante beaucoup mieux et avec plus de maturité, les morceaux sont plus hétérogènes (pas facile d'écouter un "Goin' Home" , un "I'm doin fine Crazy Man" ou un "Number One" aprés un "Ride the Sky" ou un "Halloween" ou "March of Time") plus modernes, pas toujours accessibles aux premières écoutes, notamment pour les fans de la première heure (comme de la dernière heure d'ailleurs). Tout dépendra de de vos expériences du passé, de votre ouverture d'esprit, comme musicale. Le artwork est orienté Art Contemporain cette fois, et j'adhère aussi (et oui, j'ai aussi le t-shirt de la pochette) Les goûts et les couleurs. Il y a les fans de Keeper Jericho. Et il y a les fans d'Helloween avec un grand H. Je fais parti du deuxième groupe.
Meilleurs morceaux: tous. Et cet album ne prend aucune ride. M'en vais écouter Chameleon maintenant.
A bon entendeur!
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 juin 2017
Premier album sans Kai Hansen (remplacé par Roland Grapow), l'un des principal compositeurs et leader du groupe, ce quatrième album fait suite aux deux énormes albums qui ont fait les beaux jours du groupe et considérés comme faisant incontestablement partis du panthéon du métal à savoir les deux "keeper of the seven keys". C'est bien là le problème. Il souffre de la comparaison avec ces prédécesseurs mais si on fait abstraction de ça, c'est un album très agréable à écouter avec des compos variées. Il suffit d'écouter l'excellente "kids of the century", "number one", "mankind", "the chance" ou la ballade "your turn".
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
L'un des albums les plus décriés du groupe. Sous l'impulsion de son chanteur de l'époque, Michael Kiske, le groupe avait tenté, sur cet album, de se démarquer de son speed metal traditionnel. Après les chefs d'oeuvres que furent les deux "Keeper of the Seven Keys", la déception n'en fût que plus grande. Pourtant, il en reste des titres d'excellente qualité ("Kids of the Century", "Goin' Home", "Mankind"). Le changement est peut-être arrivé trop tôt, il sera définitif sur l'album qui suivra ("Chameleon") avant que le groupe ne revienne à ses premières amours, pour le bonheur du plus grand nombre mais pas forcément du mien...!
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Après deux album qui triomphèrent dans le petit monde du heavy metal (nommément les deux parties de Keeper of the Seven Keys), enregistrant le départ d'un de ses deux guitariste/fondateurs aussi, Kai Hansen étant alors parti former Gamma Ray pour ne surtout rien changer, c'est un Helloween en complète réassertion de ses possibles que propose Pink Bubbles Go Ape, 4ème long-jeu des fameux teutons. Pas qu'on n'y reconnaisse plus le patte des teutons parce que, passé une courte intro, on tombe sur un Kids of the Century qui n'aurait pas déparé sur la deuxième partie de Keeper, mais qui rame un peu n'osant pas les débordements véloces dont nous avait habitué le groupe. Si la même chose vaut pour quelques autres pièces de la galette, la majorité d'icelles en vérité (Back on the Streets, Heavy Metal Hamsters, Going Home, le speedé Someone's Crying, The Chance) qui pèchent surtout par une inspiration inférieure à celle de ses glorieux prédécesseurs, il y a aussi la partie où Helloween ose, s'essaie à l'ouverture dans des genres où on ne l'attendait pas. C'est évidemment le cas du plus décrié des deux singles (l'autre étant le salué Kids of the Century), le titre auquel l'album doit sans doute sa (trop) funeste réputation, ce Number One où Helloween se la joue pop metal avec force de claviers typiquement 80s et une mélodie... Franchement pas terrible. C'est aussi le cas d'un bon rock'n'roll (I'm Doin' Fine, Crazy Man) et d'une power ballad (Your Turn) qui est vraiment trop Scorpions pour être honnête. Au final, Pink Bubbles Go Ape n'est pas l'énorme ratage que certains se firent le plaisir de décrire (voir Chameleon pour la vraie catastrophe des germains chevelus), juste un album correct qui eut le tort de ne pas réussir à relever le gant de deux exceptionnelles réussites qu'il suivait.

1. Pink Bubbles Go Ape 0:36
2. Kids of the Century 3:51
3. Back on the Streets 3:23
4. Number One 5:13
5. Heavy Metal Hamsters 3:27
6. Goin' Home 3:51
7. Someone's Crying 4:18
8. Mankind 6:18
9. I'm Doin' Fine, Crazy Man 3:39
10. The Chance 3:47
11. Your Turn 5:38

Michael Kiske - vocals, acoustic guitar
Michael Weikath - guitar
Roland Grapow - guitar
Markus Grosskopf - bass
Ingo Schwichtenberg - drums
&
Jörn Ellerbrock, Peter Iversen, Phil Nicholas - keyboards
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Bien sûr qu'il est décevant ce "Pink Bubbles Go Ape". Il l'est d'autant plus qu'il arrive juste après le chef-d'oeuvre intemporel en 2 parties nommé "Keeper of the Seven Keys", véritable pilier du speed mélodique. Alors oui, c'est la déception. Pas forcément la gigantesque catastrophe que certains se plaisent à décrire non plus, mais il est vrai que ce disque pose problème.

On le sait, Kai Hansen a quitté le groupe à la fin de la tournée "Keeper... part II". Et bien sûr, ça se sent. Au niveau des compositions, ce n'est pas la peine de chercher un digne successeur à des morceaux comme "Future World", "Halloween", "I Want Out" ou "March of Time", il n'y en a guère. En revanche, on peut tout de même apprécier quelques chansons bien ficelées comme "Someone's Crying", "Kids of the Century", "Mankind" ou "The Chance". Certes, tout ne sonne pas comme du "Keeper" mais il faut bien que le groupe évolue aussi.

Par contre, là où le bât blesse réellement, c'est quand les citrouilles nous infligent des compositions de seconde zone ("Heavy Metal Hamsters", "I'm doin' fine, crazy man" et son refrain à la limite du supportable), une ballade mielleuse ("Your Turn") ou une sorte de daube ridicule ("Number One" avec son refrain niasissime "Now it's time for happiness...") que le groupe a eu l'audace de sortir en single.

Si on ajoute à cela une production sans punch, avec un son très aigu et sans relief, on se retrouve face à l'évidence: ce "Pink Bubbles" est un album râté. Malgré quelques morceaux efficaces, de bonnes idées et de l'humour, le groupe semble désorienté et ne peut cacher le désarroi qui est le sien (et qui, du coup, devient le nôtre).
Les tensions au sein d'Helloween ont pris le pas sur le plaisir que les musiciens éprouvaient à composer ensemble. Le point d'orgue de cette débacle se manifestera avec l'album suivant, l'audacieux (mais encore plus décevant) "Chameleon". Constat: le groupe tel qu'on l'a connu dans les années 80 est bien mort. Cependant il renaîtra miraculeusement de ses cendres après un remaniement de personnel. Mais ceci est une autre histoire...
22 commentaires| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 février 2002
Un album de bonne qualité mais sans trop de surprises et surtout avec un cruel manque de qualité au niveau de certaine compositions.
Il en reste cependant de bon morceaux digne des 2 keeper mais c 'est un peu leger.
Pour les fans des citrouilles comme moi n' ezité pas il y a de la qualité dans cette galette. Quand au autres ...
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 octobre 2001
Premier album apres la séparation d'Helloween et de la boite d'édition NOISE Records.
Album de même qualite que les deux précédents (keeper I & II). ecoutez notamment des titres comme "number one" et "goin' home" ...
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 janvier 2004
le départ de Kai Hansen préfigurait une baisse de régime légitime pour Helloween, mais là, c'est la catstrophe, hormis deux ou trois chansons, on se retrouve avec ce qui pourrait servir pour des faces B, au mieux... à éviter
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,00 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)