undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

3,5 sur 5 étoiles
20
3,5 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:12,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 16 octobre 2011
ce film n'a pratiquement pas de rapport avec la vie de Modigliani.
revoir MONTPARNASSE 19 avec GERARD PHILIPE serait utile pour le comprendre.
ce qui me semble absurde c'est que la vie de Modigliani fut belle et douloureuse et qu'il eût suffit de la connaître pour faire un très bon film.

là,je vais tenter une tâche nécessaire mais difficile:dénombrer les erreurs pathétiques de sottise délirante de ce film mais je ne pourrai certes pas tout analyser.

1.Modigliani est né dans une vieille famille juive livournaise noble et relativement prospère, il vécut une enfance heureuse et fit de solides études de peinture malgré sa mauvaise santé :rien à voir avec ce que nous en dit le film.

2.puis il s'est installé à Montparnasse comme tant d'autres peintres;ses meilleurs amis étaient UTRILLO, KLINGS et SOUTINE..SBOROVSKY fut pour lui plus un ami qu'un agent.

3.il était plutôt indifférent à PICASSO,et la guéguerre féroce entre eux que présente ce film est ridicule.En outre, PICASSO a toujours été plutôt maigre (alors qu'il est obèse dans le film et ressemble à une espèce de mafioso) en fait,PICASSO et MATISSE (salement absent du film)vécurent plutôt cette espèce de concurrence.

4.Modigliani est mort,méconnu, à 36 ans;il a laissé d'innomblables oeuvres,il a énormément travaillé la sculpture d'abord puis la peinture ,et cela malgré la misère, la pauvreté le désespoir de ne pas vendre de toiles et la scène où il refuse de vendre à un américain est tout simplement grotesque..
un fait tout de même exact: son exposition dans la petite galerie de Mme WEIL et le retrait par la police des nus de Modigliani car ils avaient choqué des passants.

5.Modigliani buvait beaucoup, c'est vrai,de là à ce que son atelier se résume à une collection de bouteilles, il y a de l'abus: quel mépris pour les peintres et quelle sottise!il a rencontré RENOIR qui vanta la beauté des fesses des femmes à Modigliani lequel répondit qu'il ne connaissait pas" les fesses"et s'en alla là dessus;encore une fois,qui a inventé la scène de leur rencontre?

6.Il a eu de multiples succès féminins, entre autres la poétesse Béatrice Hastings avant de connaître celle qu'il appelait sa femme, une jeune fille du nom de Jeanne Hébuterne avec laquelle il connut le bonheur.

7.c'est vrai que les parents de Jeanne s'opposèrent à cet amour car Modigliani était pauvre,avait une réputation de débauché et d'ivrogne, leur semblait être un peintre raté et en plus, était juif ce qui ne leur plaisait guère..mais Jeanne vint vivre avec Modigliani, ils eurent une petite fille Jeanne qu'ils élevèrent ensemble..et la petite Jeanne n'a jamais été à l'assistance publique!c'est dingue de caricaturer la vérité ainsi;en fait,à la mort de ses parents, la petite Jeanne fut en réalité adoptée par sa tante Marguerite Modigliani et alla vivre à Livourne dans la famille de son père.

8. Modigliani est mort de pleurésie un soir de 1919 et je ne sais pas où le scénariste a été chercher ce soit-disant concours de peinture mode western très spaghetti.!!
le pire est d'avoir présenté de soit-disant "copies" innommables de nullité sensées représenter des chefs d'oeuvres de ces si grands peintres alors qu'un poster est à la portée de n'importe qui(mais pas du metteur en scène)
..pauvres génies trahis et piétinés, c'est lamentable!

d'un bout à l'autre, que c'est triste.

triste ce monde sans amour de la culture, de la vérité,de l'histoire.
et du respect d'autrui..y compris un certain peintre qu'on appelait MODI.

et ANDY GARCIA mais qu'allait-il faire dans cette galère?????
33 commentaires| 34 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 avril 2006
Modigliani ; un portrait du célèbre peintre, tourmenté, ruiné, toujours obsédé par l'art et une rivalité sûrement fantasmée avec Picasso... Mais c'est aussi l'amour d'un homme pour la femme de sa vie, devenue sa muse, Jeanne... Une Passion.

Le film Modigliani de Mick Davis est ce que l'on appelle une cible chérie pour les critiques assassines. En effet, la plupart des "spécialistes" ont sévérement jugé cette production, destinée à présenter les dernières années de la vie de Modigliani, dans le prisme de sa muse Jeanne, de sa prétendue rivalité avec Picasso qui reste à prouver, du Paris des années folles qui s'ennuie et cherche des défis pour ses génies de la peinture...

Modigliani est pour beaucoup un mauvais film. Pour moi, il est simplement un bon moment si l'on n'est pas très regardant sur les détails d'un Paris des années 20 rempli de clichés, sur le scénario et les limites de l'angle choisi : la fin de vie qui n'éclaire pourtant en rien le génie et l'apport de Modigliani à l'univers de la peinture.

J'ai passé le plus clair de mon temps à apprécier le jeu intelligent et sensible d'Elsa Zylberstein qui après Van Gogh et Toulouse-Lautrec se glisse à nouveau dans la peau d'une "muse"... Elle est superbe, belle et envoutante dans ce rôle de femme dévorée par une passion incontrôlable pour son peintre. Andy Garcia a beaucoup de charme, mais il lui manque un souffle, un certain charisme dans ce rôle de peintre tourmenté... Omid Djalili incarne un Picasso moyennement convaincant, tandis qu'Eva Herzigova s'exerce au métier de comédienne, en jouant la femme de Picasso avec une élégance et une lumière qui transforme son second rôle en rôle de qualité.

Le réalisateur aurait pu trouver dans cette vie tragique et intense trouver matière à une belle réflexion sur l'Art, la liaison entre la production, la folie, le désir et les vices des paradis artificiels dont Modigliani a tant abusé... Il ne fait que brosser un portrait sans nuance d'un artiste ombrageux, certes reconnu, mais comme trop souvent pour les génies, à titre posthume... On y découvre un homme ravagé par son amour et sa lucidité, mais toujours en fuite, incapable de s'assumer et d'assumer sa famille, incapable aussi de gagner assez d'argent grâce à ses oeuvres pour survivre avec un minimum de décence. Ce ne sont que les ombres intimes qui sont effleurées, délaissant le travail du peintre qui est à peine montré dans le prisme de la relation entre l'autre grand génie du XXème siècle Picasso.

On peut apprécier des images de bonne qualité, on sera bien moins enthousiasmé par la qualité de l'analyse de la vie et du génie du peintre Modigliani pour lequel on éprouve cependant un joli sentiment d'empathie au vue des difficultés qu'il éprouva pour se tenir à ce qu'il écrivait à Oscar Ghiglia : "Ton devoir est de ne jamais te consumer dans le sacrifice. Ton véritable devoir est de sauver ton rêve".
0Commentaire| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 mai 2013
MAUDIT MODIGLIANI.

Voilà un film des plus étranges sur un artiste des plus méconnus et mystérieux du 20e siècle. Réfugié italien, juif par-dessus le marché, il fait tâche dans le milieu plus qu’étrange des peintres du début du 20e siècle. Il les côtoie tous, mais il se construit des rivalités inutiles mais qu’il ne sait pas gérer alors qu’il en a besoin pour simplement pouvoir respirer malgré sa tuberculose. Sa rivalité avec Picasso est légendaire mais elle n’est qu’une suite de gamineries d’enfants tout autant perdus que gâtés sinon pourris qui n’ont jamais entendu dire que l’on ne doit pas jalouser son voisin. Ils se font mal parce qu’ils ne savent pas se faire du bien.

Ce milieu est perclus d’alcoolisme, de drogue (l’opium en ce temps-là), de folie plus ou moins bien réglée ou gérée en un temps où la camisole de force était le tranquillisant le plus courant. Entre absinthe et opium mon cœur balance et tombe souvent en plein milieu dans le délirium tremens galopant. La sexualité y est débridée et sans vraie frontières entre le droit et le courbe, le plat et le bossu, le creux et le bombé. Picasso semble lui avoir été une exception qui n’aimait pas l’humour dans ce domaine.

Mais le film se centre sur la liaison amoureuse que Modigliani entretient avec Jeanne qu’il n’aura même pas le temps d’épouser après avoir publié les bans car quelques heures plus tard il sera agressé et mourra peu de temps après. Tout le monde sait la fin tragique de Jeanne, une double fin tragique, mais le film est presque discret sur ce sujet pour éviter de toute évidence le mélodrame.

Il n’en reste pas moins que dans ce milieu des peintres qui font l’histoire de l’art, la préoccupation majeure est de survivre dans un monde de compétition si sauvage que c’est une vraie jungle emplie de caïmans et de lions, avec en plus tout autour les hyènes et les vautours de la rue qui sont prêts à tuer pour une pièce de cinq sous. Le monde de l’art est montré comme le monde des caprices les plus vains et les plus sots mais des caprices qui font avancer l’art d’inspirations nouvelles qui peuvent être de génie et n’auraient jamais été sans ce milieu d’araignées toutes enfermées dans le même panier.

Une tranche de vie artistique qui a probablement en grande partie disparue, non pas parce qu’il n’y a plus de peintres mais parce que les techniques et le mode de vie et de communication ont été parcourus par tant de changements que la jungle est devenue une mégapole parcourue d’un vent de panique à une heure de pointe.

Dr Jacques COULARDEAU
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 juillet 2014
Vu à sa sortie en salle, j'ai acheté le dvd dès sa sortie.(enfin, ré-acheté puisque je l'ai prêté sans espoir de retour !)
C'est un film magnifique; l'histoire, même si elle n'est pas "conforme" à la vie de Modigliani, est filmée avec soin.
Les prises de vues comme l'éclairage sont une merveille. Sans parler bien sur des acteurs qui semblent jouer leur vraie histoire.
Un achat bonheur où vous regarderez ensuite les toiles de l'artiste d'un autre oeil...

Livraison rapide et soignée.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 août 2006
plongez dans le Paris du début du 20e siècle... découvrez le monde mystérieux et envoutant des artistes de cette époque! Basée sur des fais historiques, réels, cette histoire ne peut que vous prendre... et vous surprendre. Ce film d'auteur dont on a finalement entendu tres peu parlé mérite d'etre vu et sorti du lot...
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 juin 2014
Bon film, mais très romancé , sans vraiment nous apprendre qui été l'artiste mais plutôt la vie de l'homme immigré ,ainsi que sa vie sentimentale. Ce film se laisse regarder avec plaisir mais je regrette quand même le film qui m'avait impressionné dans ma jeunesse . Ce film nous présentais un tout autre Modigliani . Le rôle était tenu par le génial Gérard Philippe.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 mai 2015
C'est Picasso qui gagne...Pour trouver de la thune, Modi fait l'Achille avatar en se faisant toucher la bosse par des dames qui prennent le thé à la Coupole en matant les argentins de concours lors de tangos corses au sous-sol...Veine néo-réaliste à Felice Gimondi et à la Franco Bitossi
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 mars 2013
mieux que le film en noir et blanc avec Gerard Philippe Sentiments Emotions Le voyeur devient voyant Personnellement je suis rentrée dans les personnages Mick Davis a réussi son coup Redescendre en l'an 2013 fut bien difficile J'avais les yeux vides comme les toiles de Modigliani
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 janvier 2016
J'en sors à l'instant. Ce n'est pas à la hauteur... C'est caricatural, la musique est mauvaise, certains personnages sont surjoués. C'est un biopic médiocre pour une figure de l'art moderne comme Modigliani. Ça aurait dû être grandiose... Quel dommage.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 juillet 2014
Focalisation trop forte sur des éléments de vie de l'artiste et pas assez sur son oeuvre.
Quelques bonnes répliques.
L'acteur figurant Cocteau est réussi mais celui retenu pour Picasso n'est pas crédible (un commissaire Maigret !).
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

10,00 €
10,90 €
10,00 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)