undrgrnd Cliquez ici HPALLL nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles
2
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:18,28 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 20 mars 2007
Pete Shelley sheds his punk image in favor of a nu-wave look and sound that was quite a departure from what he was doing with the Buzzcocks. This 1981 release was not only an instant hit on late night MTV during the first year of its excistence (with the video smash "Homosapien"), but a college radio sensation as well. A great number of Buzzcock fans became disappointed and disenchanted by what they perceived as Shelley jumping on the Gary Numan bandwagon. However, this post-modern classic garnered him even more fans than he originally had. Shelley's lyrics remain just as cold, disjointed and disgruntled as they ever were, only now they're placed much more in the forefront of his sound instead of being just an afterthought like they were with the noise he was making with the Buzzcocks. Tracks like "I Generate A Feeling" and the relentless "I Don't Know What Love Is" is mere confirmation of this testament. "It's Hard Enough Knowing" rounds out this post-punk masterpiece. Also not to be missed is Shelley's schizophrenic in-your-face cover of Steppenwolf's The Pusher ie; "Pusher Man". Pete Shelley's Homosapien is the pure definition of what the Reagan/Thatcher era sounded like, and a brilliant observation of the 80's "ME" generation values. "Homosuperior in my interior"...you can't get any more narcissistic than that!

olofpalme63
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 octobre 2006
Bon l'electro c de la triste tekno ( la mal nommée : musique bruitiste sans imagination aucune ) maintenant mais à l'époque le chanteur des Buzzcocks ( rappelez-vous ) que j'ai vus reformés dans les années 90 s'était laissé tenter par son producteur Martin Rushent d'enregistrer ses compos avec des synthés, des séquenceurs et ces infâmes boîtes à rythmes plutôt qu'avec le groupe.

Cela ne durera que deux albums ( le suivant est XL1 : quel titre ! ) : ici les mélodies restent accrocheuses même si les 'arrangements' ont beaucoup vieilli ( quand on essaye de faire moderne... ). Pour regonfler l'album 'Homosapien', on trouve des faces B de maxis et de 45 tours 17 cm comme l'excellent 'Maxine', à l'origine publié sur un double 17 cm, hymne homo avant l'heure de Frankie, déjà joué sur une bande BBC en 79 et perdue d'après Pete lui-même ( attention : PETER -notez le R- est un chanteur mainstream sans relation avec notre idole ). Il faudra un jour que je fasse la liste des pertes dues à cette radio fort conservatrice sauf pour ses archives ( jeu de mots maître Capello ). Dommage qu''Heaven & the sea' ne soit plus dispo en CD ( Line Allemagne, m'entendez-vous ? ).
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)