Cliquez ici Cliquez ici Des centaines d'ebooks inclus dans Amazon Prime Cloud Drive Photos En savoir plus cliquez_ici nav_markdown cliquez_ici En savoir plus En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles
17
Wolfmother
Format: CD|Modifier
Prix:5,55 €+ Livraison gratuite avec Amazon Prime


le 22 juin 2011
Un soir de déplacement professionnel, il y a quelques années, je me suis retrouvé par hasard dans un bar où se produisait un groupe de revival seventies . Le groupe devait s'appeler les "Space Cakes" (tout un programme !) et ne jouait que des reprises de Led Zep, Black Sabbath, Deep Purple....Le chanteur était vraiment très bon et les musiciens, derrière, assuraient comme des bêtes. Bref, ce soir là, je n'ai peut-être pas vu "le futur du Rock 'n' Roll", mais j'ai passé une sacrée p----n de bonne soirée que je ne suis pas prêt d'oublier !

Et bien Wolfmother c'est pareil ! n'en déplaise aux fanas du rock dodécaphonique et autres joyeusetés inécoutables, une bonne petite plongée dans le passé de temps en temps cela ne fait pas de mal et peut même être foutrement jouissif. Nos amis australiens ont donc décidé, pour notre plus grand plaisir, d'ouvrir le Hard Rock Cookbook et de nous mitonner aux petits oignons un album gorgé de riffs seventies du plus bel effet. Certes ce n'est pas très original, mais c'est diablement bien fait. On remue la tête, et les cheveux que l'on n'a plus, dès le premier morceau et l'on ne tarde pas à empoigner son air guitar favorite pour exécuter un solo d'anthologie sous le regard médusé de son petit dernier....

L'effort est d'autant plus méritoire que la tâche n'est pas si aisée qu'il y parait. Pondre un album seventies réussi en ce début de XXIème siècle implique de se confronter aux grands anciens Page, Plant, Gillan, Blackmore et consorts, sans tomber dans le plagiat ou la parodie. Beaucoup ont essayé et se sont magistralement plantés. On se souvient de Darkness, il y a quelques années, groupe au succès éphémère tellement porté sur la caricature qu'ils en devenaient presque plus ridicules que Spinal Tap !

Wolfmother lorgne, comme cela a déjà été écrit, du coté de Led Zeppelin et de Black Sabbath pour les influences les plus évidentes, mais je rajouterai une pincée de Mountain ("Mississippi Queen") et un soupçon de Cactus ("Evil"). L'intro de "Joker and the Thief me rappelle aussi furieusement quelque chose mais quoi ???...(j'ai trouvé ! l'intro de "baba o Riley" des Who !). Le résultat au final est plus que convaincant et la suite (l'oeuf cosmique) n'est pas mal non plus.

Bref, tout ça pour dire que voilà un album qui devrait rapidement trouver un public fidèle, si ce n'est déjà fait, et un groupe que l'on aimerait voir plus souvent sur scène dans nos contrées.

Long Live Wolfmother !!!
11 personnes ont trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 25 novembre 2014
Groupe australien qui cartonne là-bas, Wolfmother sonne effectivement très hard-rock seventies: voix ressemblant à Robert Plant, gros riffs à la Black Sabbath, orgue hammond à la Deep Purple, le parallèle est en effet assez troublant: mis à part le son, on jurerait que l'album est sorti il y a quelques dizaines d'années. Mais les compos sont toutes très bonnes ou excellentes, inspirées à souhait.
Peu importe les ressemblances avec les dinosaures pré-cités (même si cela dérange certains), "Wolfmother" est franchement jouissif: à la fin de l'album, on a qu'une envie, ré-appuyer sur le bouton "play"!
|0Commentaire|Signaler un abus
le 7 mai 2014
Découvert en sillonant les routes Australienne il y a quelques années, je suis devenu depuis un grand fan de ce groupe trop méconnu en France.
Chanson à jeter = zéro
Chanson culote = toutes

ok ces gars là n'ont rien inventer, on va retrouver du White Stripes, du Black Sabbath, parfois même du Bowie dans le chant mais m****, ca faisait longtemps qu'un groupe de rock contemporain nous avait pas autant secoué, achetez sans hésiter !
2 personnes ont trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 6 décembre 2013
Du bon son hard rock rétro tout droit sorti des années 2000.
A recommander à tous les inconditionnels de LedZep ou Deep Puprle.
ça fait du bien
|0Commentaire|Signaler un abus
le 2 janvier 2016
déposé au pied du sapin, il a fait un heureux amateur de ce style de musique. il l'apprécie et l'écoute en boucle.
|0Commentaire|Signaler un abus
le 30 juin 2017
CHRONIQUE DE ERIC DECAUX MAGAZINE ROCK&FOLK
555 DISQUES, 1954-2014 SOIXANTE ANS DE ROCK'N'ROLL (Rock & Folk HS n° 30 décembre 2014-janvier 2015) - Page 179
D'entrée, ces Australiens ont fait forte impression. La pochette signée Frank Frazetta y est certainement pour beaucoup.
On regretterait presque l'époque du vinyle pour l'apprécier "grandeur nature" avant de se rendre compte qu'à l'heure du tout numérique, tout le monde semble se foutre royalement des pochettes... sauf eux. Et puis, il y a le reste. Le respect qu'impose naturellement la formation en trio lorsqu'elle se suffit à elle-même.
Le fait que les Wolfmother, après s'être fait les dents sur leur terre natale, soient partis à Los Angeles pour enregistrer ce premier album dans les mythiques studios Cherokee et Sound City sous la houlette de Dave Sardy (Dandy Warhols, Oasis...). Ces choix ne peuvent mettre qu'en appétit. Et puis, et puis... il y a cette claque que vous colle "Dimension", le premier titre haché de guitares nerveuses qui projette instantanément dans les années 70, au rayon rock lourd et crasseux. Les trois gamins semblent avoir retrouvé le filon découvert par Led Zeppelin, Black Sahbath et consorts. Une mine d'or qu'ils exploitent avec la fougue de leur jeunesse et un talent plus que certain. Ce qui leur permet de signer douze compositions irréprochables comme par exemple l'épileptique "Apple Tree", l'énorme et bien nommé "Colossal" ou encore le surprenant "Witchcraft" avec son riff obsessionnel et son drôle d'interlude à la flûte. Des particularités qui, au fil des écoutes, ont une nette tendance à s'estomper, les titres devenant de plus en plus indissociables. Si bien qu'au final, ce premier album de Wolfmother ne s'écoute plus que d'une traite, procurant à chaque fois un effet hautement régénérant.

Vous avez aimé ce disque ? Ce(s) titre(s) pourrai(en)t vous intéresser (2005) :
Buddy Guy - Bring 'Em In
Various Artists - Broken Flowers (Soundtrack)
Une personne a trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
TEMPLE DE LA RENOMMEE500 PREMIERS REDACTEURS D'AVISle 16 octobre 2014
A l'image d'une pochette old school, mais pas laide pour une fois, les trois jeunes australiens de Wolfmother jouent ce qu'il est convenu d'appeler de la revival music et, plus particulièrement, du revival hard rock.

Dans leur cocktail à eux, Led Zeppelin en remontre à Deep Purple, Hawkwind partage volontiers ses trucs avec Uriah Heep, Black Sabbath accepte de copuler avec Blue Öyster Cult, Blue Cheer cohabite joyeusement avec Mountain, bref, c'est de la musique d'hier pour les masses post-adolescentes et chevelues d'aujourd'hui.
Comme les petits gars s'y entendent pour tourner une mélodie qu'on jurerait qu'on a déjà entendue mais qu'en fait non, et ont les capacités instrumentales de leurs ambitions compositionnelles, l'affaire passe comme une lettre à la poste. Certes, ça ne fait pas exactement avancer le schmilblick mais ce n'est pas fait pour. C'est, en l'espèce, un objet intégralement revivaliste destiné à faire revivre aux vieux leurs jeunes années et aux jeunes qui aiment bien le vintage mais préfèrent tout de même une production un poil plus moderne et la possibilité de voir leurs idoles, fugaces soient-elles, in vivo veritas. Et avec des highlights comme les très Led Zep White Unicorn et Where Eagles Have Been, le puissant et tubesque Woman, le Black Sabbath punkisé d'Apple Tree, l'entêtant Joker & the Thief (qui parvient à marier Deep Purple aux Strokes), le psychédélisant et presque Beatles Tales, et, en fait, le reste d'un album finement troussé par de jeunes pousses qui s'y savent faire du neuf avec du vieux d'une qualité rarement entendue, on comprend pourquoi.

Si la suite des aventures de Wolfmother est plus nuancée, cet inaugural long-jeu est indubitablement un triomphe. Si vous l'avez raté, vous savez ce qu'il vous reste à faire...

Andrew Stockdale - lead vocals, lead and rhythm guitar
Chris Ross - bass, keyboard
Myles Heskett - drums
&
Lenny Castro - percussion on "Apple Tree", "Witchcraft" and "Love Train"
Dan Higgins - flute on "Witchcraft"
Dave Sardy - production, mixing, percussion on "Colossal", "Where Eagles Have Been", "Vagabond" and "Love Train"
Une personne a trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 5 mars 2010
Le vocabulaire musical emprunté aux 70's sans jamais tomber dans le pastiche, une pêche phénoménale et une puissance sonore bien d'aujourd'hui. Voilà un album qui bouge, qui déchire, qui fracasse tout...
Un pied musical comme on en a peu connu depuis...40ans et les débuts du hard.

Woman!
13 personnes ont trouvé cela utile
|11 commentaire|Signaler un abus
le 8 décembre 2007
Découvert sur Arte personnellement dans un reportage en hommage au trente années de guitar hero que nous venons de vivre, j'ai acheté ce disque formidable, ou comment condenser ce qui se faisait de mieux en rock 70's dans un seul album : refrains imparrables, mélodies accrocheuses, chouette voix inspirée évidemment de Led Zepp mais qui a une personnalité propre au groupe, mélange des genres (on frôle parfois même le progressif) c'est vraiment un album à conseiller d'urgence. Dans le genre aussi, The Answer est à consulter ;-)
16 personnes ont trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 13 septembre 2011
j'ai connu Wolfmother par des videos de glisse.Leur son parfaitement reproduit dans la production, vous donne l'envie de vous jeter dans l'arene. Bien inspiré des classiques du rock comme led zep ou black sabbath, ils allient son electrique, voix aigue et changement de rythme performant. Les morceaux "woman" "joker and the thief", "the white unicorn" ou "wichcraft" on été repris dans plusieurs pubtv et illustrent bien l'album.
Un "musthave" si vous aimez le rock.
Une personne a trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

Victorious
6,99 €
Surrealistic Pillow
9,99 €
Cosmic Egg
29,63 €
Licensed to Ill
9,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici