undrgrnd Cliquez ici Litte Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles
12
4,6 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:11,56 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

[...]Jack White,(pré)dominante moitié des White Stripes, en plus d'en remplir ses disques à la gueule, il en a aussi saisi l'esprit et l'essence, du rock. Avec ses potes Brendan Benson et la ryhtmique des Greenhornes, il vient de sortir un disque comme on n'en fait plus, ou comme plus personne ne sait en faire (ce qui revient au même).
On peut imaginer ces quatre olibrius ressortir des étagères les vieux vinyles de tous les groupes anglais fin 60's début 70's, en tirer encore une fois la quintessencielle moelle, tout ça donnant The Raconteurs. Car passé l'irrésistible « Steady as she goes » qui ouvre le bal et doit empêcher de dormir Weezer et autres Foo Fighters, tout dans ce Cd renvoie au London 67-71.
Les Who de « Tommy » pour « Hands », le 3éme Led Zep pour « Broken boy soldier » (avec même une imitation correcte du chant de Robert Plant ), Lennon - Jagger - Richards pour le slow début 70's « Together » (dernier truc ressemblant : « Don't cry » des Guns'n'Roses il y a ... quinze ans).
Ensuite, on passe sans problème des riffs dévastateurs de « Level » à un « Yellow sun » qui rappelle les Kinks de « Lola » ou « Autumn Almanac ». Quant au dernier morceau, « Veins », ce doit être celui que Lenny Kravitz essaye désespérément d'écrire depuis vingt ans.
Voilà . The Raconteurs . 33 minutes et 44 secondes sans rien à jeter. Vous comptiez écouter quoi cet été ?
0Commentaire| 34 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 mai 2006
La rencontre de ces deux énergumènes aboutit aujourd’hui à The Raconteurs. Jack et Brendan se retrouvent un jour d’été chez ce dernier, chopent leurs guitares et de ces quelques accords sort une mélodie qui deviendra celle de Steady, as she goes… Pourquoi pas continuer sur cette voie-là et nous pondre un joli album, à l’aide de deux autres copains, membres des Greenhornes, groupe ayant accompagné les White Stripes lors de leur récente tournée.

L’écoute du disque, forcément goulue, n’a pas déçu. Steady as She Goes, le morceau qui ouvre l’album, nourrit immédiatement le disque de sa belle luminosité et fixe l’alchimie trouvée par White et Benson : le premier apporte son songwriting précis et électrique, et le second son goût pour les arrangements millimétrés.

Que le disque s’éloigne ensuite vers les influences qui marquent l’ensemble du groupe (Led Zep pour Broken Boy Soldier, Love sur Intimate Secretary, les Who dès les premières mesures de Store Bought Bones et le grand Lennon du Plastic Ono Band quand s’enroule et se déroule l’excellent Blue Veins) ne change absolument rien à cette organisation.

Musique Pop et puissante, plutôt organique au final, les Raconteurs nous livre à n'en pas douter l'un des disques de l'année 2006 !
0Commentaire| 38 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 novembre 2006
Un super album de rock aux accents pop 70's. Rétro bien sûr, avec Jack White aux commandes, mais dans un trip moins basique qu'avec les White Stripes. Ici, il y a de la basse, plusieurs guitares, des harmonies vocales... Clairement, l'association entre Jack White (pour le rock et le blues rugueux), Brendan Benson (pour les mélodies pop) et la section rythmique des Greenhorns, fonctionne à merveille. On pense aux Beatles, aux Who, à Led Zep, mais ça sonne frais. Premières impressions: album court, plaisant, direct. Après une dizaine d'écoutes ? Encore mieux ! Plus qu'une belle récréation. Et il parait que sur scène ça assure !
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 février 2014
Enième projet musical de l'hyperactif du rock Jack White, l'album des Raconteurs est un jalon supplémentaire dans la quête d'un rock populaire et exigeant à la fois. L'album débute d'ailleurs par un hit : "Steady As She Goes", morceau imparable, calibré pour unir dans un même élan bande FM et festivaliers des grandes messes rock de l'été. La suite est une déferlante de rock hyper bien léché sur les compos et sur le jeu, juste parfait. Si l'on en juge par la pochette de l'album, les quatre musiciens ont dû se démener avec leurs instruments et leurs partenaires pour arriver à ce résultat quasi parfait. Les âmes chagrines de l'underground crieront à l'easy lestening. C'est possible. Mais le propos du sieur Jack depuis ses début est de remettre au gout des années 2000 tout ce patrimoine musical de la musique U.S. de années 60 et 70, le tout sous une forme moderne propre à ravir les kids du monde entier. Et ça marche. A l'heure des sempiternelles volutes synthétique du revival des 80's, sa démarche dénote et porte le flambeau des valeureux groupes à guitares, qui jamais ne mourront.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 septembre 2014
La première chanson, le fameux "steady as she goes" annonce mal les choses... Cette chanson
est puissante, et rappel les meilleurs moment des White... mais après le reste de l'album est
vraiment beaucoup plus calme, comparé a sa première claque. Mais cela reste un bon album.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Au début le disque est pas mal, mais bon... et puis après, au beau milieu d'un random sauvage sur mon baladeur, j'entends un truc terrible : la voix de Led Zep, mais je reconnais pas la chanson... je m'interroge, je comprends pas. Mon blind test a raté, je suis obligé de regarder : « Broken boy soldier - Raconteurs » : wah ! J'en prend un coup sur la tête : c'est vachement bien ! Puis plus tard, une mélodie très 60's 70's : Neil Young ? non. un Blues ? nan. Un stones ! non plus. Je sèche : les raconteurs « blue veins ».

Depuis, je ne lâche plus le disque qui permet de voyager entre blues, rock, Led Zep, Stones, Young, Beatles, Doors énervé (intro « store bought bones »). Comme quoi Jack White (je l'aime pas trop) : il est pas si mauvais que ça... je suis bien obligé de le concéder.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 janvier 2016
Les raconteurs c'est un groupe à part, avec entre autres Brendan Benson et Jack White. C'est vraiment un plaisir de redécouvrir l'existence du bon rock ! Des arrangements de guitares, voix, percussions, claviers vraiment futés et pas lourds. Du rock qui se démarque par son brio serein et son inventivité, avec la pêche en plus. Enjoy.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 août 2016
Rien à dire... (Reçu après l'heure... Mais pas grave), en bon état (bien protégé) et de plus, l'album est meilleur en écoute vinyle...
Un Bonheur !....
Un grand merci !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 juillet 2015
Sec,écorché,gémissant,l'album est magnifique,notamment le dernier morceaux .Dommage pour moi de ne pas les avoir connus il y à une dizaine d'année !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 août 2016
C'est un très bon album des Raconteurs je le recommande vivement si vous appréciez le rock. A écouter sans modération.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,68 €
9,64 €
15,67 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici