undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose nav_WSHT16

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles
18
4,8 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:9,97 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 15 octobre 2007
On savait Opeth, ce groupe inclassable, doué d'un talent incroyable por les ambiances feutrées (cf. les "ballades" des albums "Blackwater park" ou "still life", entre autres), mais de là à enregistrer un album totalement planant... Et pourtant...
Ce disque est une pure merveille qui réunira, une fois n'est pas coutume, les amateurs de prog' et ceux qui ont suivi Opeth depuis leurs débuts black-death. Les premiers, rebutés d'habitude par les vocaux de gros méchant de Mikael Akerfeld, se délecteront de sa voix pure et sensible, entre Steven Wilson de Porcupine Tree et Vinnnie Cavanagh d'Anathema, des plages mélancoliques de mellotron, des ambiances baba à la Genesis, Moody Bues (!) ou Camel (l'une des influences hautement revendiquées du groupe); les autres retrouveront, dépouillée de toute heavytude, la noirceur habituelle du groupe - servie ici par d'autres ingrédients. Tous les titres sont superbes, de "windowpane" à la mélancolie lancinante, aux ambiances orientales de "Closure" (un petit côté Orphaned Land sur ce titre...), au final dépouillé du disque, que n'aurait pas renié un Radiohead inspiré. Un grand album, fédérateur sans jamais sonner opportuniste. A découvrir sans plus attendre, avec de préférence son complément en DVD, "Lamentations".
0Commentaire| 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 mars 2004
Après un premier volume paru en 2003 "Deliverance", décrit par Mika Akerfeldt comme le plus bourrin, Opeth débarque dans la foulée avec ce surprenant mais ô combien énorme "Damnation". Enchainant seulement quelques mois après le précédent, le 7e opus du combo suédois a surpris tous les observateurs du metal. Ici, point de guitares distordues et saturées, point de cris sortis du fin fond des cavernes, point de basse en délire; non, ici, seulement des morceaux acoustiques et doux joués avec une précision extrême et une maitrise de tous les instants.
Opeth n'a pas changé de style; les membres ont seulement voulu approfondir les parties claires de leurs chansons habituelles pour nous offrir une douceur presque touchante. Le seul défaut apparant est cette absence d'issue possible dans les paroles des suédois, avec la présence obsédante de la nuit ("Windowpane"), de la mort, et du chaos ("Hope Leaves").
Malgré cela, la musique est exceptionnelle, une fois de plus. Continuant avec la production de Steven Wilson (c'est lui qui joue du piano et a arrangé le son des violons), Opeth a une nouvelle fois fait le bon choix des registres: Mika a un chant toujours aussi doux, les guitares acoustiques sont impressionnantes d'émotion, la basse et la batterie sont maintenues en retrait mais gardent un role moteur du tout. Loin de nous endormir, les morceaux nous bercent avec un délice inconscient qui nous fait entrer dans l'univers torturé d'Opeth.
La force des grands combos de metal est d'avoir fait des ballades somptueuses (Metallica en est le maitre), Opeth ne déroge pas a la règle nous laisse un peu de répit en attendant un prochain opus qui sera des plus violents. Bref, cet album est a découvrir car il approfondit de fort belle manière la sensibilité du groupe venu du froid.
Ecoutez d'abord: "Windowpane", "In my time of need", "Hope leaves"
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 mai 2003
Délaissant le côté death, Opeth se livre à l'exercice accoustisque tout le long de cet album, exercice qu'il maîtrise parfaitement si l'on juge la qualité des morceaux de ce style figurant sur les albums précédents
Ici point de guitare saturé, ni de chants gutturaux, simplement des chansons à l'atmosphère planante et intimiste teinté de mélancolie, à l'arrivée le résultat est superbe
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Cet album tisse une toile unique de beaute, de sensibilite, sous couvert de sons seventeen. Comme toutes les productions d opeth les plages defilent sans l ombre d aucunes lassitudes. Mais damnation reste different car seul le cote calme et acoustique survol ce bronze qui sera certainement dans un avenir proche grave dans la pierre pour l eternite. Ce bijou n a aucune concurence, seul l acoustique d ulver a sa place a cote de ce damnation.
11 commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 octobre 2004
On savait Opeth, ce groupe inclassable, doué d'un talent incroyable por les ambiances feutrées (cf. les "ballades" des albums "Blackwater park" ou "still life", entre autres), mais de là à enregistrer un album totalement planant... Et pourtant...
Ce disque est une pure merveille qui réunira, une fois n'est pas coutume, les amateurs de prog' et ceux qui ont suivi Opeth depuis leurs débuts black-death. Les premiers, rebutés d'habitude par les vocaux de gros méchant de Mikael Akerfeld, se délecteront de sa voix pure et sensible, entre Steven Wilson de Porcupine Tree et Vinnnie Cavanagh d'Anathema, des plages mélancoliques de mellotron, des ambiances baba à la Genesis, Moody Bues (!) ou Camel (l'une des influences hautement revendiquées du groupe); les autres retrouveront, dépouillée de toute heavytude, la noirceur habituelle du groupe - servie ici par d'autres ingrédients. Tous les titres sont superbes, de "windowpane" à la mélancolie lancinante, aux ambiances orientales de "Closure" (un petit côté Orphaned Land sur ce titre...), au final dépouillé du disque, que n'aurait pas renié un Radihead inspiré. Un grand album, fédérateur sans jamais sonner opptuniste. A découvrir sans plus attendre, avec de préférence son complément en DVD, "Lamentations".
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 avril 2003
Surprenant au début, aux sonorités pourtant familières, Damnation est délicieux du début à la fin, confirmant le talent du groupe et prouvant qu'il sait tirer profit d'horizons forts différents que ceux qu'il a exploré dans ses précédents albums ! On sent parfois que les guitaristes se retiennent... Comme s'ils ne voulaient pas succomber à la tentation de tout faire exploser ! C'est le cas dans Closure... Une preuve de finesse et de grande maîtrise ! Bravo à Opeth !
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 septembre 2009
Nous sommes bien loin du métal ici! il s'agirait plutôt d'un album de rock progressif. Ce disque est excellent et je trouve ça étrange qu'on en parle peu. Les ambiances sont souvent tristes et assez pesantes mais on y prend vite goût et on en remdemande car les compositions sont inventives et très bien structurées.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
On connaissait depuis longtemps la sensibilité calme et acoustique d'Opeth, un des rares groupes qui enchante autant dans ses passages brutaux que calme.
Pour cette sortie, le groupe a décidé de découper sa schizophrénie, exercice très intéressant et qui a aboutit à deux disques: Delivrance et Damnation. Les deux devaient sortir dans le même packaging car ils faisaient partie du même concept. Pour Akerfeldt c'était un même album, et la superbe réédition qui vient de sortir rendra enfin justice à son idée originelle, plus de dix après.
Damnation est un disque sublime, et s'il est calme, émotionnellement ce sont des torrents qui vous emporteront. Un album plus courts, qui contient des titres sublimes dans des ambiances proches d'Anathema, Steven Wilson (forcément vu la proximité des deux compères). Un disque dont certains titres auraient pu être diffusés au même titre que Radiohead ou autre (exemple pas forcément pertinent mais c'est pour souligner la portée mélodique).
Il préfigure certains aspects qui naîtront avec Heritage. A travers ce disque, on sent qu'Opeth cherche déjà autre chose.
Le seul vinyle simple d'Opeth que j'ai, vu que ce sont tous des doubles sinon. Le son est magnifique, et puis il a pour moi une valeur particulière car tout le groupe me l'a signé.
Opeth n'a jamais fait de mauvais albums, celui-ci pourrait apparaître pour certains comme l'équivalent d'un Spin-off. Mais non, on retrouve les mêmes thématiques, la même sensibilité, seule la forme change, et comme toujours le fond est impressionnant de richesse.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 mars 2014
PEPITE
DE LA GUITARE PLANANTE A LA FLOYD
OUBLIE SUR CET ALBUM LA VOIX BLACK
TROP BEAU A ECOUTER
IL TOURNERA EN BOUCLE DANS VOTRE CHAINE HIFI
JE CONSEILLE FORTEMENT
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 février 2013
J'ai découvert Opeth ,avec cet album que l'on m'a conseillé .J'ai beaucoup apprecié cette ambiance a la fois douce et pesante de cet album .Je pensais qu Opeth etait un groupe de hard ,mais pas du tout en ce qui concerne ce disque ! .Petit bémol pour moi je le trouve un peu court avec ses 42mn ..mais mieux vaut "un bon" court album ,qu'un long et "mauvais".. Je crois que je vais me laisser tenter par un autre album.... je lirais vos commentaires
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)