undrgrnd Cliquez ici HPALLL nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux cliquez_ici

  • Raw
  • Commentaires client

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles
4
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:18,06 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 12 septembre 2008
Récompensé par de nombreux Awards, tête d'affiche incontournable de toutes les scènes du Chitlin' Circuit, jusqu'à figurer sur l'excellent film « The Road To Memphis » de Richard Pearce, produit par Martin Scorsese, Bobby Rush est encore, après un demi siècle au service de son art, un des artistes les plus créatif de la musique afro-américaine. Touché par la grâce dans les années 50, dès l'installation de sa famille à Chicago, Bobby Rush ne se raconte pas. Il se découvre au fil d'albums plus surprenants les uns que les autres. Longtemps mis à l'index par ses contemporains pour avoir osé mélanger quelques pointes de funk à son blues, l'artiste est avant tout un showman hors pair, doublé d'un indécrottable provocateur à l'humour salace. En ayant développé un style très particulier, baptisé par lui-même folk funk, tout au long d'une carrière riche en rebondissements et autres figures libres, ce passionné nous invite cette fois-ci du côté du blues des origines, par le biais d'un album acoustique dépourvu de toute faute de goût.

Rendez-vous avec une certaine tradition blues, mais avec ce je ne sais quoi de plus qui font les albums dont on a du mal à s'extraire, ces matières premières ne s'écoutent pas à la légère. Assis dans un fauteuil club, ambiance tamisée, accompagné d'un verre de Tennessee Whiskey, là où Bobby Rush nous entraîne, nul besoin d'autre bagage que notre imagination. Immédiatement, ce qui séduit à l'écoute de ce disque, ce sont les images qu'il véhicule. Tous ces souvenirs qui, de Maxwell Street à Chicago, en passant par le Tabby's Blues Box de Baton Rouge, ont fait l'histoire de cette musique en quête d'égalité. Laissant à son harmonica le soin de préciser l'atmosphère, c'est avant tout de l'homme noir dont nous parle cette guitare. De ses doutes, de ses peines, comme des promesses non tenues. Intelligent, allant bien au-delà du texte chanté, Rush nous transporte aux confins du Mississipi, sur les traces de Robert Belfour, des frères Johnson, pour un retour aux sources, à la fois, vibrant de respect et d'une rare homogénéité.

En choisissant de revenir sur ses terres, de renouer avec un blues plus épuré, Bobby Rush signe un album que l'on peut, d'ores et déjà, qualifier d'essentiel dans sa longue carrière. Séduisant par l'itinéraire emprunté, faisant sienne la parole des anciens, tel Larry Williams, si l'homme semble s'acquitter parfaitement de l'hommage, en contre-jour, au détour de quelques resonnances de dobro, se dessine une autre rencontre. Cette fois-ci, avec lui-même. Plus précisément, avec un certain Emmit Ellis Jr qui, dès l'âge de six ans, se façonnait une guitare avec un vieux manche à balai.
22 commentaires| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 février 2009
Bobby rush est ciblée "chitlin circuit"(traduction circuit des andouillettes) basée sur des chansons humoristiques et des orchestrations tres simple,aprés l'excellent "folk funk" il nous gratifie avec "raw" de l'album le plus roots de sa carrière.La vérité du blues toute crue.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 juin 2011
Assez différent voire très différent du reste de sa discographie très funk, cet album totalement épuré est pour moi un de ses meilleurs si ce n'est le meilleur.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 mars 2010
L'album nous offre un contenu conséquent avec treize empreintes que Bobby Rush nous fait l'honneur de mettre à notre ouïe, il faut entendre que à travers l'agitation de ses doigts, le son produit y est le plus fondamentalement Blues. Bluesman adroit empoignant sa guitare acoustique et son harmonica et un pied timbrant la percussion, la combinaison classique mais également la plus parfaite pour servir de tremplin à Bobby Rush, et, de ce fait nous faire découvrir tout son talent à l'image d'un John-Alex Mason. Sur la galette, Bobby Rush nous fait le privilège de nous offrir onze nouvelles partitions, onze originaux avec trois classiques que sont, « Boney Maroney » , « Good Morning Little Schoolgirl », et « Howlin' Wolf », mais dont l'artiste transforme et ralentit la gamme pour nous en faire une petite ballade dont le son, je l'espère du moins, résonnera dans votre tête. Dans la thématique, Booby Rush ne s'écarte pas du classique blues et y chante en puissant dans les événements douloureux de l'homme pour en faire une force. « What's the Use," et « I'm Tired » parle de l'homme commun devant faire face à la difficile situation économique. "How long" chante les luttes d'américains africains et de promesses faites et cassées, autrement dit la boucle de l'espérance qui laisse place à la désespérance, l'espoir face à la désillusion. « 9 Below Zero » et « You Don't Love Me » tourne autour de l'amour qui nous détruit, l'amour passion, l'amour véritable qui tourne mal nous emportant dans un flot mélancolique. « I Got 3 Problems » surfera sur un air de gaieté tout en nous offrant un superbe travail d'harmonica et du doigté de Bobby Rush sur sa guitare acoustique. Enfin, je garde la meilleure pour la fin puisque « Glad to Get You Back » est sans aucun doute ma favorite. Plongez-vous à l'aveugle sur cet album qui saura satisfaire pour curiosité sur le blues acoustique et peut-être faire de vous un nouvel adepte, si ce n'est pas déjà fait. Si ce commentaire vous semble un peu trop subjectif, sachez au moins que Bobby Rush a été magistralement applaudi pour ce n-ième album et consacré par le 2008 Blues Music Awards où Bobby Rush a reçu ce prix dans la catégorie "Acoustic Album of the Year". Voilà donc de quoi répondre en partie à votre interrogation quand à savoir ma réelle objectivité des cinq étoiles. Un Album qui a aujourd'hui deux ans et pourtant à son écoute, il n'a pris aucune ride ! Ce Blues acoustique offre un son intemporel sans doute preuve de son universalité.

Durée : 13 Titres - 48 Minutes.
33 commentaires| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)