Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici MUSSO Cloud Drive Photos cliquez_ici. nav_WSHT16 Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles
65
4,7 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 29 janvier 2009
Comme des milliers de fans du western et de John Wayne, j'avais vu et revu Rio Bravo, et le DVD fut l'un de mes premiers achats (sans VO hélas au début) En visionnant le Blue-Ray, comparées aux mêmes images sur DVD ordinaire, les scènes sont fantastiquement "présentes": la couleur des chairs est naturelle, désormais - J.Waybe n'est plus ce vieux cow-boy ocre artificiellement bronzé - et les ciels ne sont plus ceux des vieilles cartes postales de Monument Valley. Bref, un rafraichissement bienheureux de l'oeuvre, un grain précis de la photo, supportant enfin le très grand écran pour notre magnifique plaisir! Bravo, Rio bravo!
11 commentaire| 28 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 février 2006
L'un de mes deux westerns préférés. Ici, pas de sang, pas d'indiens ou de longues chevauchées interminables... mais des personnages, des vrais, avec leur passé et leurs problèmes (inoubliable Dean Martin en alcoolique repenti), et les liens d'amitié qui les unissent. L'humour est présent par petites touches (excellent Walter Brennan) mais jamais envahissant, la touche féminine est apportée par une Angie Dickinson magnifique.
Bref, des sentiments forts dans ce presque huis clot (la prison et l'hotel représentent plus de 3/4 des décors) à l'atmosphère indescriptible.
Encore chapeau à Dean Martin dans l'un de ses meilleurs rôles.
Une dernière chose : regardez le en VO, vous ne serez pas déçu.
11 commentaire| 42 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Classique absolu du genre, "Rio Bravo" est le plus célèbre des westerns du grand Howard Hawks, et l'un de ses plus grands succès populaires, un film parfait dont rien ne semble devoir perturber le déroulement majestueux.

Déjà, le casting en impose, avec des acteurs qui donnent ce qu'ils ont de meilleur. Un John Wayne impérial, fidèle à lui-même qui, s'il n'atteint pas la complexité de son rôle de "La Prisonnière du désert", pousse néanmoins son personnage habituel jusqu'à un niveau encore supérieur, celui d'un shérif moral et pédagogue, tout en laissant de la place à ses complices pour jouer leur partition.

Et là, bien sûr, on se régale avec le vieux Stumpy (Walter Brennan, ronchon et drôle), Ricky Nelson (séduisant chanteur de rock-country), Ward Bond, un habitué des seconds rôles et vieux complice de John Wayne, et enfin, la belle Angie Dickinson et ses grands yeux qui lui mangent tout le visage. Un vieil éclopé, un ivrogne sur le retour, une joueuse professionnelle jeune et jolie et un chanteur beau gosse à peine sorti de l'adolescence, voilà la fine équipe supposée aider le pauvre shérif dans sa dure mission de maintien de l'ordre face à une bande de malfrats. Mais comme il le dit lui-même, "ce n'est pas un travail pour les pères de famille".

Tout comme dans l'autre chef d'œuvre du genre: "Le Train sifflera trois fois", l'histoire respecte à merveille la règle des trois unités de temps, de lieu et d'action. Filmé comme toujours chez Hawks, "à hauteur d'homme", le film ne propose rien des gadgets que le spectateur d'aujourd'hui semble tant apprécier. Et pourtant, son efficacité reste absolument incomparable. "Rio Bravo" est avant tout un modèle de rythme, à la mise en scène époustouflante, drôle et spectaculaire, ponctuée de surcroît d'un assaut final grandiose. Émotion, humour, romantisme, morceaux de bravoure: tout est là ou presque, pourrait-on dire.

Un grand moment de western, mais surtout un grand moment de cinéma. L'un des fleurons du genre, proposé sur un DVD d'excellente qualité !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Parler de « Rio bravo » en 20 lignes, quelle gageure ! « Rio bravo » est un classique, comme on dit de Mozart ou Monet que ce sont des classiques. C'est un des films les plus célèbres qui soit, à juste titre. C'est une pièce, classique, qui respecte la règle théâtrale des trois unités.

Le lieu : une prison, un restaurant, et la rue qui les relie. L'action : le shérif garde un assassin en attente de jugement en prison, et le frère du tueur, notable corrompu, tente de l'en faire sortir. Le temps : six jours à tenir avant que le juge n'arrive en ville. Six jours à ne pas pouvoir sortir, ou alors, sur ses gardes, car la ville pullulent de tueurs. Six jours, c'est long...

Rien que ce postulat de départ, c'est génial ! Ce sont les cinq premières minutes du film. Ensuite Howard Hawks va dérouler son histoire pendant 2h20, sur un rythme nonchalant. Car « Rio bravo » n'est pas un western fait de poursuites, de cavalerie et de saloon dévastés. C'est un film lent, silencieux, angoissant, qui s'attache aux personnages, aux femmes autant qu'aux hommes. John Wayne, qui trouve ici un de ses plus beaux rôles, domine le film de sa stature. Son jeu est précis, codifié : regardez bien comment il saisit sa carabine d'u revers du poignet, et sa démarche lors des rondes de nuit... Il y a Dean Martin, alcoolique, parano, la risée de la ville, victime d'humiliations répétées. Walter Brennan, vieillard bourru et boiteux, avec un caeur gros comme ça. Et puis Angie Dickinson, 1,52 cm d'érotisme (ah la scène de la culotte avec Wayne, un bonheur !) mais aussi de force et de courage, car dans les films de Hawks les femmes ne sont pas de stupides potiches, elles mènent les hommes, sont le moteur de l'action.

Les morceaux de bravoures de « Rio Bravo » sont si nombreux, qu'il faudrait trois jours à les décrire. Citons rapidement la traque d'un tueur dans un bar rempli de témoins muets (le coup de crosse de fusil dans le menton, aïe !), la scène de diversion avec le pot de fleurs lancé par la fenêtre, la scène de la cigarette en prison, l'échange sur le pont, et bien sûr la fusillade finale, interminable, conclue à la dynamite. C'est énorme ! Dans « Rio bravo » la violence est latente, et elle éclate d'un coup, brutale, elle révèle les consciences. C'est un film sur l'amitié, le respect, la bravoure, la rédemption, le courage, c'est un film drôle, truculent, autant que tragique et violent, auréolé d'une chanson mexicaine qui vous colle aux oreilles pour toujours.

La mise en scène de Hawks est classique, d'une précision diabolique dans les cadrages des plans (voir le montage lors du premier meurtre, dès le début). La caméra ne bouge que lorsque c'est nécessaire. Ce classicisme (dont Clint Eastwood est un des héritiers) fait que le film ne vieillit pas, il se regarde vingt fois avec le même plaisir, chaque vision nous dévoilant un détail ignoré, on attend telle ou telle scène, et quand elle arrive, on est bluffé comme la première fois.

« Rio bravo » est un vrai grand chef d'aeuvre du cinéma, inoubliable, insurpassable, intemporel.

PS : les versions DVD propose une version tronquée, recadrée en 16/9. Trahison ! La version originale est en format 1 :33, découvrez-la au cinéma !
0Commentaire| 20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 décembre 2016
Un des films les plus diffusés à la télévision en France et un des plus connu de John Wayne.
Un grand réalisateur Howard Hawks qui sait tirer le meillieur du jeu d'acteur de John Wayne avec en prime un Dean Martin génial et des autres moins connus comme Angie Dickinson (ensorceullesement belle), Ricky Nelson et un fabuleux Walter Brennan qui apporte la dose d'humour indispensable sans en faire trop.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
RIO BRAVO est un classique, comme on dit de Mozart ou Monet que ce sont des classiques. C'est un des films les plus célèbres qui soit, à juste titre. C'est une pièce, classique, qui respecte la règle théâtrale des trois unités.

Le lieu : une prison, un restaurant, et la rue qui les relie. L'action : le shérif garde un assassin en attente de jugement en prison, et le frère du tueur, notable corrompu, tente de l'en faire sortir. Le temps : six jours à tenir avant que le juge n'arrive en ville. Six jours à ne pas pouvoir sortir, ou alors, sur ses gardes, car la ville pullulent de tueurs. Six jours, c'est long...

Rien que ce postulat de départ, c'est génial ! Ce sont les cinq premières minutes du film. Ensuite Howard Hawks va dérouler son histoire pendant 2h20, sur un rythme nonchalant. Car RIO BRAVO n'est pas un western fait de poursuites, de cavalerie et de saloon dévastés. C'est un film lent, silencieux, angoissant, qui s'attache aux personnages, aux femmes autant qu'aux hommes. John Wayne, qui trouve ici un de ses plus beaux rôles, domine le film de sa stature. Son jeu est précis, codifié : regardez bien comment il saisit sa carabine d'u revers du poignet, et sa démarche lors des rondes de nuit... Il y a Dean Martin, alcoolique, parano, la risée de la ville, victime d'humiliations répétées. Walter Brennan, vieillard bourru et boiteux, avec un caeur gros comme ça. Et puis Angie Dickinson, 1,52 cm d'érotisme (ah la scène de la culotte avec Wayne, un bonheur !) mais aussi de force et de courage, car dans les films de Hawks les femmes ne sont pas de stupides potiches, elles mènent les hommes, sont le moteur de l'action.

Les morceaux de bravoures de RIO BRAVO sont si nombreux, qu'il faudrait trois jours à les décrire. Citons rapidement la traque d'un tueur dans un bar rempli de témoins muets (le coup de crosse de fusil dans le menton, aïe !), la scène de diversion avec le pot de fleurs lancé par la fenêtre, la scène de la cigarette en prison, l'échange sur le pont, et bien sûr la fusillade finale, interminable, conclue à la dynamite. C'est énorme ! Dans RIO BRAVO la violence est latente, et elle éclate d'un coup, brutale, elle révèle les consciences. C'est un film sur l'amitié, le respect, la bravoure, la rédemption, le courage, c'est un film drôle, truculent, autant que tragique et violent, auréolé d'une chanson mexicaine qui vous colle aux oreilles pour toujours.

La mise en scène de Hawks est classique, d'une précision diabolique dans les cadrages des plans (voir le montage lors du premier meurtre, dès le début). La caméra ne bouge que lorsque c'est nécessaire. Ce classicisme (dont Clint Eastwood est un des héritiers) fait que le film ne vieillit pas, il se regarde vingt fois avec le même plaisir, chaque vision nous dévoilant un détail ignoré, on attend telle ou telle scène, et quand elle arrive, on est bluffé comme la première fois.

RIO BRAVO est un vrai grand chef d'oeuvre du cinéma, le classique parmi les classiques, inoubliable, insurpassable, intemporel.
44 commentaires| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 octobre 2007
En 1959, Howard Hawks signait ce chef-d'oeuvre que l'on ne se lasse pas de revoir. Direction d'acteurs et sobriété du scénario font de ce western urbain un incontournable du genre (ici pas de cavalcades ou d'indiens belliqueux). L'histoire passe au second plan et on comprend vite ce qui intéresse Hawks: les personnages au caractère bien défini et bien trempé: un Wayne impérial (on n'imagine personne d'autre en shérif à la fois fort et fragile), Dean Martin en homme brisé ou bien Angie Dickinson en femme forte (et pas un faire-valoir en détresse). Les dialogues sont excellents et tout le sel du film vient de là.
Rio Bravo fait parti de ces films immortels comme certains John Ford (La prisonnière du désert, par exemple) dont le seul nom rempli de joie le spectateur qui aura gardé un peu de son âme d'enfant.
Edition de haute qualité technique. Gros bémol: pas de sous-titres pour le commentaire du film par John Carpenter: un comble lorsque l'on sait le culte que voue le metteur en scène de "Assaut" à Hawks. Warner persiste et signe à se moquer du consommateur francophone.
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 septembre 2006
Tout à été dit sur ce chef-d'oeuvre inestimable qu'est Rio Bravo. Bravo au 1er commentateur qui a rédigé un article très sensible et intelligent, mais qui est aussi le seul à souligner ce crime qui consiste à tripatouiller les formats d'écran. La plupart des gens n'y connaissent rien et messieurs les distributeurs de vidéo en profitent ! Il faut respecter les auteurs et le format choisi par eux; il ne viendrait à personne l'idée de recadrer la Joconde sous pretexte que Léonard a employé un format de toile aujourd'hui très ancien. Eh bien qu'il en soit pareil du cinéma. Le 16/9ème est un format bâtard, inexistant au cinéma. Il ne correspond à aucun format réel. ce n'est ni du 1/33, ni du pano (1/66) ni du cinémascope (2/55 à l'origine). Alors, par pitié, messieurs les incultes décideurs, arrêtez de saboter les cadrages d'origine sous de fallacieux arguments commerciaux. Et surtout, ressortez-nous Rio Bravo dans son format d'origine. Grâce vous sera rendue...
0Commentaire| 28 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 décembre 2012
Un grand classique, des acteurs mythiques (John Wayne, Dean Martin, Ricky Nelson)
Un grand western plein d'humour, je regarde ce film depuis plus de 40 ans sans me lasser
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 octobre 2001
Rio Bravo n'est pas un western. Rio Bravo, c'est LE western, celui qui vous donne envie d'être bon, honnête, courageux, loyal, fidèle en amitié et tout et tout. Bon bien sûr ça manque d'indiens et de folles chevauchées mais quels acteurs, quels rythmes, quelle force...!
0Commentaire| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,75 €
8,90 €
9,02 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)