undrgrnd Cliquez ici HPALLL nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_Hercules Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,9 sur 5 étoiles
17
3,9 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:4,17 €+ 2,79 € expédition
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

"Elephant" ne nous donne pas les raisons exacts qui ont poussés deux adolescents à faire se carnage. Par contre il évoque avec force le malaise d'une société américaine qui ne communique plus ! Pourquoi deux jeunes adolescents, de bonnes familles, en viennent à tuer 12 personnes de sang froid et de façon préméditer ? La réponse se trouve peut être dans cette somptueuse façon qu'a eu Gus Van Sant à les filmer, à filmer leur solitude, leur détresse.
Ce film nous glace le sang. On sait ce qu'il va se passer et pourtant les images choquent ! Quelle idée géniale de toujours filmer ces jeunes de dos, comme s'il n'arrivait pas à filmer leur visage à cause de l'opacité qu'ils dégagent ou encore parce que les n'arrivent pas se regarder dans la glace.
La scène finale est dingue ? Il s'en dégage une sorte de fatalité inéluctable qui s'abat encore une fois dans leur quotidien !
Comment après avoir vu ce film les américains ne se posent pas plus de question sur cette loi qui autorise la vente d'armes ?
0Commentaire| 18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 mai 2007
L'étrangeté de l'adolescence est parfaitement rendue par les images de paysages et des longs couloirs de l'école. Ces adolescents cherchent qui ils sont et ce qu'ils vont devenir, à l'image du lycéen photographe. J'ai été marqué par l'absence des adultes auprès de ces adolescents qui sont livrés à eux-mêmes, sauf le personnage au t-shirt jaune qui est tenu par l'aide qu'il apporte à son père alcoolique et ce lien de souffrance va le sauver. Il est le seul à comprendre très vite ce qui se prépare sans doute parce qu'il est le plus vivant. Sinon, la phobie de cette société saute aux yeux avec les séquences de repas sous plastiques et le silence assourdissant autour de l'amour et du sexe. Faute de dialogue ces adolescents ne comprennent pas ce que c'est et plein de solitude traite la vie par la violence. Les filles qui se font vomir dans les toilettes sont tout ausi effrayantes que les tueurs par leurs platitudes. Peu de dialogue mais tout est dit par exemple quand un des tueurs préparant sa journée de massacre dit à l'autre qu'il va mourir sans jamais avoir embrassé. Comme dans "full metal jacket" l'arme est l'instrument de puissance virile qui marque l'échec de la rencontre avec l'autre qu'il ne reste plus qu'à détruire. On pense aussi à "twin peaks" tout aussi étrange autour de l'adolescence et à la bd "black hole".
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 juin 2004
Je viens de voir ELEPHANT, et j'en sors littéralement bouleversé et démoralisé. Ce film prend à la gorge, l'inéluctabilité du drame nous renvoie directement à nous-même, à vingt siècles d'échecs de la société humaine, car où en sommes nous arrivés pour ne pas voir la détresse et la mort submerger nos propres enfants ? "C'est aujourd'hui que l'on va mourir" dit l'un des jeunes tueurs en souriant... je suis resté un bon moment après le mot fin, scotché au fauteuil, abasourdi, me demandant si le déclin définitif de notre société n'avait pas débuté le 20 avril 1999 à Columbine, Colorado, U.S.A.
Un chef d'oeuvre, mais pour d'amères raisons....
11 commentaire| 19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Palme d'or incontestable et incontestée du festival de Cannes 2003, « Elephant » est un film dérangeant et interpellant, surtout pour nous européens, car nous confrontés là à la froide violence de l'Amérique d'aujourd'hui, pas tellement différent de celui de la conquête de l'Ouest finalement. Après une présentation sommaire mais émouvante d'une série de personnages (étudiants, professeurs...) dont on devine le destin tragique, Gus van Sant nous livre une peinture froide, sans passion, d'une société qui semble si proche de la nôtre, mais pourtant si différente. Et c'est ce qui crée l'émotion : ces personnes nous ressemblent tellement, avec leurs petits problèmes quotidiens mais aussi leurs petites joies, jusqu'au dérapage propre à l'Amérique : la violence extrême provoquée en particulier par la libre circulation des armes, ce droit inaliénable malheureusement inscrit dans la constitution. Gus van Sant à le tact de ne pas insister sur le massacre lui-même (les victimes sont floues, les scènes de meurtre ne vont pas toujours jusqu'à la conclusion...) et le père désemparé d'un des survivants semble être une projection du spectateur et paraît comme nous évoluer dans un monde presque parallèle, qui n'est pas vraiment celui où s'est déroulée la tuerie, acte incompréhensible à première vue. Une aeuvre de réflexion donc, certainement pas un procès de la société américaine.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
« Elephant », de Gus van Sant, est un film particulièrement impressionnant, c'est le mot, sur le massacre de Columbine. Il est tourné en très longs plans-séquences, la caméra suivant de dos la douzaine d'étudiants auquel le scénario s'attache.

Au cours de la première demi-heure, tous ces jeunes, suivis dans leurs longues déambulations dans les couloirs du lycée, semblent tous aussi lisses les uns que les autres. Ce n'est que dans la seconde demi-heure que l'on découvre, parmi eux, ceux qui vont bientôt jouer du fusil à pompe. Les coups de feu ne partent que dans le dernier quart d'heure (le film est court, 1h15).

La réalisation est froide, glaçante. La photo magnifique, tranche avec la noirceur du sujet. Tout cela produit un film époustouflant, dans sa construction, sa réalisation et son constat lucide sur le phénomène des tueries de masse sur les campus. Il n'y a pas les partis pris idéologiques de Michael Moore dans « Boowling for Columbine » et au bout du compte, le résultat est bien plus efficace. Palme d'or cannoise amplement méritée.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 décembre 2011
Il y a deux façons au moins de regarder ce film étonnant: comme un tableau de maître ou comme un reportage sur un atroce fait divers.
Il est les deux à la fois, objet incroyablement stylisé, presque exempt de dialogues, relatant un espace aux lignes austères habité par des personnages d'aspect lisse et doux, transparents et éthérés mais porteurs de différents avenirs; et d'un autre côté il est la caméra embarquée dans le quotidien si peu romancé de deux adolescent dont -presque- rien ne pourrait laisser penser qu'ils se livreront quelques heures plus tard à un ball-trap mortel sur leurs camarades de classe, dans une pseudo-quête absconse d'une existence qui leur échappe.

A aucun moment le réalisateur n'impose un quelconque jugement, tout juste semble-t-il nous donner du bout des doigts quelques éléments de réflexion sur la problématique de ce fait réel, de toute façon si absurde qu'il est injustifiable.

Ca glace le sang, c'est sublimement beau (certains plans font instantannément penser à Kubrik); et l'on se surprend à avoir un regard contemplatif sur des éléments de tous les jours et des scènes de meurtre odieux. Le plus surprenant est que ce qui émane particulièrement de ce film, hormis le froid des décors, c'est une intense douceur, une langueur angoissante.

Indéniablement un grand moment de cinéma.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 novembre 2013
Vendeuse sérieuse envoi rapide et soignée DVD d'occasion en parfait état comme neuf à un prix défiant toute concurrence pour un film dont la réputation n'est plus à faire chef-d'oeuvre incontestable et incontesté du maitre de la psychologie adolescente Gus Van Sant palme d'or à Cannes 2003.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 juin 2004
S'attaquant au fameux drame de Columbine, Gus Van Sant propose une approche résolument plus poétique et ouverte que celle, marxiste et un peu simpliste, du documentariste Michael Moore.
Le récit déconstruit, la pluralité des points de vue, empêche de trouver une explication à l'inexpliquable, à l'insensé; comme on serait tenté de le faire; car il n'y a pas d'explication...
(On peut évidement retenir une explication d'ordre métaphysique où voir dans cet acte informulable l'expression la plus pure du nihilisme.)
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 janvier 2014
C'est un film assez long et lent à regarder ! Il souffre d'enormement de longueur !
Mais au final le sujet est vraiment bien traité, et on pas trop l'habitude voir ce genre de film !

Pour résumer un beau extraterrestre sur la planète du film
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 juin 2004
Ce film est un veritable chef d'oeuvre!
En effet là où d autres meneront l'enquête afin de tenter d'expliquer la cause de l'inexpliquable, ici le point de vue subjectif est maître afin de nous montrer "le vrai". Ce film nous laisse une boule dans le ventre et nous laisse juger par nous même ce que la société dans laquelle nous vivons aujourd'hui engendre de plus en plus.
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

10,69 €
6,94 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)