undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

  • Sahara
  • Commentaires client

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
3
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
3
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 28 août 2011
Tout à fait d'accord avec le commentaire de DUNCANIDAHO, je ne reviendrai pas sur le descriptif de la composition du groupe (il l'a parfaitement réalisé), mais je voudrai juste apporter une précision concernant "House of Lords", il s'agit en fait de la transformation de "Giuffria" lorsque Gene Simmons (le bassiste bien connu pour sa langue bien pendue (dans tous les sens du terme)) a signé ce groupe sur sa maison de disque. En fait le nom "House of Lords" appartient à Gene qui a donné son autorisation pour l'utiliser, à condition que Giuffria se débarrasse de son chanteur, David Glen Eisley, que Gene n'apprécie pas: vous avez dit business...
Mon avis sur le titre SAHARA (la chanson): n'ayez pas peur de pousser le volume de votre chaine en écoutant l'introduction fabuleuse de ce titre, celà démarre par un rythme de batterie (style tam-tam) qui va crescendo avec l'entrée en matière de guitares en transe: nettoyage des cages à miel et des idées noires garanti et pas besoin de rinçage.
Rassurez vous, il n'y a pas que çà de bien dans l'album, le reste est de haute qualité également, et c'est un album tout à fait recommandable pour tout amateur de hard FM péchu.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Sa seigneurie Sir Gregory "Gregg" Giuffria, ancien clavier de l'immaculé Angel et sans doute déçu par le peu de succès de SON groupe et qui portait son nom, décida un beau jour de s'entourer de gens de son rang.
Il recruta donc Sir Kenneth "Ken" Mary et Sir Christopher "Chuck" Wright qui formèrent une des plus remuantes rythmiques du moment, comme Sir Leonard "Lanny" Cordola qui tenait la guitare sur le premier opus était parti pour d'autres contrées, il fit appel à Sir Michael Guy et garda Sir James Christian comme lead singer.
Avec ce deuxième opus, qui est mis en valeur par une splendide pochette, House of Lords confirme tout le bien que l'on pensait d'eux.
La musique ici jouée est un hard rock de très bonne facture, très anglais malgré l'origine californienne du groupe, puissant sans être bestial (on est entre gens de bonne compagnie tout de même...), lyrique sans être gonflant.
Produit par Andy Johns, ce disque fait preuve d'une mise en place et d'une maturité impressionnantes, plus habituelles chez de vieux briscards que chez un groupe si jeune.
On pourra tout de même regretter l'absence de Lanny Cordola qui explosait sur le premier album (Michael Guy a d'ailleurs été rapidement remplacé par Graig Goldie un petit prodige de la six cordes) et si James Christian possède une très belle voix on est loin des splendides déchirures de David Glenn Eilsey qui officiait dans Giuffria.
Ceci dit si vous aimez le hard rock puissant et mélodique vous pouvez y aller les yeux fermés.
11 commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 mars 2014
Pour ma part, "Sahara" est le moins bon des 3 albums de la période phare du groupe (de 1988 à 1992, soit du 1er album éponyme au fabuleux "Demons Down"). Mais bien sûr, tout est relatif car il ne fait que souffrir de la comparaison avec les deux autres, très dure à tenir. Ceci dit, le groupe est resté fidèle à lui-même et a tenu ses promesses. On est toujours dans le métal AOR d'excellente facture, pêchu et diablement inspiré.
Les intros sont particulièrement travaillées : "Shoot", "Laydown staydown", "Kiss of fire". Mais surtout, celle de "Sahara", plutôt originale avec son excellent jeu de batterie. Il s'agit du meilleur moment de l'album et ils ont eu raison de faire durer le plaisir. On s'imagine vraiment en plein désert ébloui par la luminosité et écrasé par la chaleur. Du grand art ! Les ballades me laissent un sentiment mitigé : certes, "Remember my name" est superbe, mélodique et gorgée d'émotion, le chanteur James Christian y exerçant tout son art. Cependant "It ain't love" me laisse sur ma faim, notamment le refrain. "American Babylon" est également un ton en dessous, comme "Kiss of fire" malgré son intro et son solo. Par contre "Can't find my way home" vaut largement le coup d'oreille : reprise de Steve Winwood (ex membre de Spencer Davis Group qui partit pour une carrière solo), elle est habilement séparée en deux parties : une quasiment acoustique fidèle à l'originale, et l'autre dans le plus pur style du groupe, la marquant ainsi de son empreinte personnelle. Et la magie opère ! J'ai également beaucoup apprécié "Chains of love" (aux relents de Whitesnake, à tel point qu'on imagine aisément Coverdale chanter dessus), et "Heart on the line", écrit par Rick Nielsen, le gratteux gai luron des Cheap Trick dont on reconnaît la patte.
Pour les amateurs du genre, "Sahara" est donc un incontournable.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

38,77 €
18,69 €
19,22 €
18,61 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)