Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici RentreeScolaire Cloud Drive Photos cliquez_ici. nav_BTS17CE Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles
2
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:13,80 €+ Livraison gratuite avec Amazon Prime

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 12 mai 2014
Les quatuors de Bartok constituent un ensemble qui touche au tragique universel. Le quatuor Belcea (qui est ici avec Laura Samuel comme 2nd violon) en donne une interprétation spectaculaire de sonorité et d'exactitude rythmique.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Avec cet enregistrement, le quatuor Belcea se révèle à moi comme un très bel ensemble, et son premier violon, Corina Belcea-Fischer, prima inter pares, comme une violoniste à la personnalité affirmée. Ces musiciens nous donnent en effet une intégrale des quatuors de Bartok singulièrement habitée. Au fil de l''écoute, d''une œuvre à l''autre, on remarque une capacité certaine à créer des climats sombres et prenants, et une grande attention à la lettre de la musique qui permet de restituer toute la variété de couleur de ces partitions irremplaçables, tout leur impact physique. Dans ses deux mouvements extrêmes, le second quatuor est un chant nocturne, comme une réplique du Château de Barbe Bleue; il est ici magnifiquement mis en valeur. Le troisième quatuor bénéficie d''une interprétation qui en restitue à la fois l''unité, le mystère et la sauvagerie. Dans le monumental cinquième, dans lequel on peut préférer globalement l''éloquence du Quatuor Takacs, le poignant et ligetien second mouvement est cependant restitué d''une manière saisissante. Le sixième, si énigmatique, réussit particulièrement aux Belcea, comme le Troisième : il paraît, ainsi joué, proche spirituellement des œuvres des compositeurs de Therezin, mélange détonnant de dérision et de lyrisme déchirant. Un complément, par exemple aux Vegh (Astrée/ Naïve) aux Juilliard des années 60 (Sony), qui restent absolument essentiels dans une optique toute différente, ou aux Takacs (Decca).
0Commentaire| 21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus



Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)