undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Rentrée scolaire Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

3,9 sur 5 étoiles
10
3,9 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:6,22 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 11 mai 2013
Sans doute "le Chabrol" le plus encensé par la critique depuis des lustres ("Merci pour le Chocolat" ?), "La Fille Coupée en Deux" ravit et déçoit à la fois. Ravit, parce que Chabrol est toujours un monstre d'intelligence en termes de mise en scène - toutes les leçons du grand classicisme Hollywoodien ont été apprises et modernisées, au point que l'on verrait bien Hitchcock filmer comme cela aujourd'hui - et de direction d'acteurs, le tout produisant une émotion d'une belle subtilité. Déçoit, parce que cette finesse de la narration échoue à produire le grand film sur l'amour et la perversion qu'on attendait : Chabrol renonce à filmer le sexe et la soumission, et, ce faisant, réduit un sujet fort à l'une de ses habituelles et virulentes critiques de la bourgeoisie française. Cette dérobade, littéralement fatale aux ambitions du film, vient-elle de la pudeur d'un cinéaste d'une autre génération, incapable de se mesurer à la pornographie, ou, pire encore, à la volonté de "manipuler" le spectateur, forcément plus sensible à la victimisation de l'héroïne qu'il n'a pas été témoin de ses dérèglements sexuels ? Dans tous les cas, nous voici avec un film pusillanime de plus sur les bras, une simple histoire de sentiments et de lutte de classe dont nous n'avons que faire.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Chaque année c'est un rituel. Cette fois l'intrigue se déroule à Lyon, où la présentatrice de la météo locale (Ludivine Sagnier) est l'objet de la convoitise de deux hommes : un écrivain mûr (François Berléand) cultivé quoiqu'un peu pervers et un jeune dandy (Benoît Magimel) avec rien dans la tête, sinon des caprices, et beaucoup de blé dans les poches.

Chaque année c'est un rituel, Chabrol assassine une bourgeoisie de province qui n'a pas changé depuis 30 ans, odieuse et confondante de médiocrité, que la plupart des spectateurs qui vont voir ce spectacle ne connaissent d'ailleurs pas. On en vient à se demander si elle n'existerait plus que dans les fantasmes de Chabrol lui-même.

Chaque année c'est un rituel, mais finalement pourquoi pas ? Après tout l'intrigue, sans être extraordinaire, reste intéressante, et le film baigne dans une ambiance menaçante assez réussie. De plus les acteurs servent bien leurs personnages, même si celui de la pauvre Ludivine souffre de l'épaisseur des deux héros masculins. Alors c'est sûr, on ne peut pas dire que ce soit un film très marquant ; pourtant on n'a pas l'impression de perdre son temps en le regardant, ce qui n'est déjà pas si mal et assez motivant pour se dire que l'on verra le prochain Chabrol ... qui ne devrait pas tarder.
0Commentaire| 18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Je suis mi-figue mi-raisin après avoir vu ce film.
Il reprend une histoire de coeur assez classique (elle aime un homme qu'elle ne peut avoir et se marie avec un riche) mais le film ne bouleverse pas. Il reste dans le classique et avance petit à petit sans surprise.
Je n'ai pas l'impression d'avoir perdu mon temps à regarder ce film, mais je me suis presque ennuyée.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Pour ce nouveau cru Chabrol reprend certains de ses thèmes favoris, traitant les « élites » au vitriol : (grands) bourgeois de province, milieu de la télévision du câble, de l'édition... Le tout est plutôt plus condensé et réussi que quelquefois et l'air dramatique d'opéra n'est présent qu'au générique de début. Malgré la noirceur du tout, un certain nombre de scènes sont très touchantes. Les acteurs principaux sont excellents (B. Magimel un peu trop théâtral), F. Berléand et L. Sagnier dans des rôles taillés sur mesure, issus directement de certains de leurs précédents films (« Ma petite entreprise » et surtout « La petite Lili »).

Un Chabrol réussi.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 juin 2011
Comment redécouvrir l'univers de Chabrol? en regardant ce film, scandales et haute bourgeoisie, Ludivine Sagnier et Benoit Magimel nous font rentrer de plein fouet dans ce monde un tantinet pervers et tordu, la vie
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 mai 2016
Un excellent Chabrol,avec Ludivine Sagnier délicieuse, et Berléand au sommet de son talent,une agréable description de la bougeoisie française,et un bon scénario
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 février 2010
tous les chabrol ne sont pas bons mais celui la fait partie des bons crus!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 juin 2009
Je me suis un peu ennuyé avec ce film.Cela manque vraiment de vraisemblance et de finesse.Même les acteurs ne sont pas à leur mieux.Décevant!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 mai 2010
Le produit (DVD) est de bonne qualité. Je l'ai reçu rapidement. Il a été bien emballé. Donc je suis satisfait.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
TEMPLE DE LA RENOMMEEle 23 novembre 2008
On le sait ! la chirurgie de séparation de deux siamois ou siamoises relève de l'exploit voire de l'impossible quand il s'agit de 2 couples de jumeaux liés quatre par quatre. C'est cette tragédie que nous décrit ce docu-ficton "La fille coupée en deux".
Ludivine Sagnier y est exceptionnelle. Jouer de façon symétrique par moitié relève du cent mètres en haut de l'Everest. Eh bien, Ludivine (la bien nommée) y arrive. La scène où chaque moitié parle par moitié est à la fois terrorisante, hallucinante et macabrement fascinante.
Oui, cette chirurgie reste sanglante. Ca va sagnier, la preuve par Ludivine.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,12 €
7,71 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)