undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles
2
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:6,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 28 août 2004
Quiet Riot enfonce le clou, après Metal Health voici Condition Critical et c'est reparti comme en 40. Même recette, même effets. Du hard US plutôt bien ficelé. Rien à jeter, ça passe tout seul, no problem. Il y a même des hits qui pouvaient se permettre un passage en radio. Avec Quiet Riot sur notre platine, on pouvait espérer garder nos copines dans notre chambre plus de trois minutes, ce qui n'était déjà pas si mal vu nos tronches de l'époque. Rien que pour ça, il faut les remercier en achetant ce Cd.
0Commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Alors là, gros morceau !
En 1984, voilà le genre de groupe qui remplissait les stades aux USA. Si, si !
Il faut dire que Quiet Riot avait fait fort l'année précédente avec un superbe Metal Health. Profitant de sa popularité, le groupe continue sur sa lancée et balance cette bombe hard US. Les recettes sont les mêmes: Gros son, refrains à reprendre (gueuler ?) tous en choeur, une nouvelle reprise de Slade (il faut dire que la première, "Cum on feel the noize", avait fait un carton monstrueux.) Celle-ci ("Mama weer all crazee now") est tout autant dévastatrice!
Titres taillés pour tourner en boucle sur MTV, vidéo à l'appui bien sûr. Mais Quiet Riot avait la recette pour faire du "calibré radio" sans tomber dans une soupe hard FM inconsistante. Même la ballade de l'album, "Winners take all", est bien puissante.
"Condition Critical" est truffé de titres accrocheurs mais musclés ("Sign of the times", "Party all night", "Scream and shout", "Red alert"...) On est plus proche de ce que Skid Row proposera quelques années plus tard que de Bon Jovi ou Motley Crue.
Musicalement, on n'a pas affaire à des rigolos : Frankie Banali à la batterie, récupéré un temps par Blackie Lawless (WASP), Rudy Sarzo à la basse (parti juste après cet album rejoindre Whitesnake), Carlos Cavazo à la gratte (qui remplace tout de même un certain Randy Rhoads) et Kevin DuBrow au chant, à la voix bien puissante (et énergique frontman).
Cet album a certes moins bien marché que son prédécesseur (encore qu'il faut relativiser vu le succès dudit précédent, car 3 millions d'albums vendus à sa sortie, ce n'est pas rien). Je le trouve personnellement plus puissant que "Metal Health".
Le reste de la carrière du groupe n'a pas été à la hauteur de ces deux fabuleux albums et Quiet Riot ne retrouvera jamais cette notoriété. Il reste toutefois ce fabuleux témoignage de la gloire du groupe.
Et une pensée pour Kevin DuBrow, chanteur du groupe, disparu en 2007.
44 commentaires| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

10,00 €
6,99 €
18,28 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)