Cliquez ici Cliquez ici GNOXmas Cloud Drive Photos En savoir plus En savoir plus Cliquez ici En savoir plus En savoir plus cliquez_ici cliquez_ici Jeux Vidéo



MEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 5 août 2008
Sans même discuter le bien fondé du meilleur album ou non de U2, cette version remasterisée de 'War' est à tout le moins l'occasion d'écouter dans les meilleures dispositions l'album le plus célèbre du groupe, celui qui a fini de les consacrer en tant que "super groupe" avec des singles devenus hymnes tels que 'Sunday Bloody Sunday' ou encore 'New Year's Day'. Outre la version remasterisée des titres, l'intérêt de ces éditions Deluxe réside dans la présence des Bonus Tracks. Autant le dire de suite, des trois albums réédités (avec 'Boy' et 'October'), les bonus de 'War' sont sans doute les moins intéressants car principalement constitués de remixes qui n'apportent pas grand chose au disque. Cet album reste néanmoins suffisamment culte pour ne pas lui décerner les 5 étoiles qui lui échoient.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 16 janvier 2013
La pochette extérieure est celle d'un double pour accueillir en plus un carnet regroupant les paroles des titres de l'album accompagnées par des photos des membres du groupes. L'ensemble est de bonne facture. Le disque vinyle est lui aussi de qualité: il pèse 180 grammes. Le remastering ne trahit pas le son original des années 80.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 21 septembre 2008
Les mains sur la tête, le regard tendu comme un arc, l'enfant nous toise. En deux années, l'arrogance de la jeunesse a cédé à un sentiment de peur, mêlé à de la colère sourde. Manifestement, le monde ne va pas mieux et il semble même que le consensus auquel semblent obéir nos dirigeants ne fasse pas grand cas des injustices flagrantes perpétrées aux quatre vents de celui-ci. Alors que de nombreuses voix s'élèvent déjà pour tenter de réveiller les consciences, un disque, comme un cri de révolte, va déclarer l'état d'urgence par la crudité de son titre. En trois lettres, War, puisque c'est de lui qu'il s'agit, va s'imposer comme le manifeste de toute une génération et faire de U2 un groupe sans frontières. Idéalistes, particulièrement sensibles au conflit politico-religieux qui divise l'Irlande depuis des années, chaque membre du quatuor n'a en fait qu'une prétention en tête : mettre le doigt là où le monde à mal, pour que s'opère un changement dans les mentalités.

Depuis Boy et October qui faisaient figures de laboratoire, U2 a changé. Pas moins concernés, mais plus matures, avec War on sent bien que les irlandais ont trouvé réponse à une énergie qui se cherchait un fil conducteur. Parfait exemple de l'état d'esprit qui anime le groupe aujourd'hui, c'est une chanson, Sunday Bloody Sunday, qui va déclancher l'onde de choc et faire de cet album un événement international. Car sous ses faux airs de marche militaire, si Sunday Bloody Sunday est, avant tout, un appel à la raison, en fait, ce qui fait la force de ce morceau, c'est surtout son pouvoir rassembleur. L'exemple type de composition hors du commun qui, tout en relatant un page sanglante de l'histoire de l'Irlande du nord, dépasse la simple évocation pour devenir un hymne fédérateur. Chanson générationnelle, sans doute, mais aussi chanson à la symbolique forte, ce dimanche sanglant est un tract musical devant lequel les grands de ce monde ne peuvent que s'incliner.

Rock héroïque pour certains ou grand album tout simplement, War ne se résume heureusement pas à un seul titre. Et pour que la cause soit entendue, Bono, car c'est de lui que viennent tous les textes, n'hésite pas le grand écart lorsqu'il s'agit de condamner l'action du pouvoir polonais sur New Year's Day ou d'évoquer les affres de la guerre, sous l'impulsion de percussions tribales. Pas encore devenu ce missionnaire qui, lors d'un vol mouvementé, calmera un jour, par sa sainte parole, une Sophia Loren angoissée par la violence de l'orage, simplement en lui faisant remarquer que les éclairs ne peuvent être que l'aeuvre de dieu la prenant en photo, Paul David Hewson est déjà un être passionnant. Son chant est total, éperdu. Comme s'il lui était vital d'être entendu. Alors que dans quelques temps, une autre vie, l'homme cherchera seulement à plaire, sur l'instant, il impressionne en s'évertuant à ne pas perdre le lien avec le vivant, au-delà même des mots prononcés.

Derrière le lyrisme, en ligne de mire, la chimie. Plus précisément, l'étonnante connivence entre The Edge et Larry Mullen, respectivement guitare pour l'un, batterie pour l'autre. Sans être oubliée, si la basse d'Adam Clayton répond parfaitement à l'appel, on notera avec quelle vitalité, quelle exaltation, les deux s'accordent, se bousculent, enivrent chaque titre d'une énergie, à la fois, radicale et tellement forte de conséquences. Sur War, ce sont eux qui font la différence. Ceux-là même qui donnent corps à des séquences aussi captivantes que peuvent l'être Two Hearts Beat As One, Drowning Man ou Like A Song. A bien y regarder, que ce soit au travers d'une histoire d'amour compliquée, les quelques secondes prises pour se dire au revoir, U2 fait du silence de ceux qui subissent, un message porteur d'espoir. Poètes virulents, manifestant autant par leur vacarme pacifique, que par des textes à fleur de sang, ces irlandais ont quelque chose de romanesques.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 8 septembre 2000
Je ne comprendrais jamais pourquoi U2 bénéficie de temps de crédits. Un album comme "War" (qu'on m'avait offert pour un anniversaire à l'époque de sa sortie) est une grosse bouillie bourrée de prétention et de tics qui ont bien mal vieillis. Et puis je ne parle même pas du cas Bono.
11 commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 12 février 2016
Ancien album mais ce qui est vieux n est pas forcément mauvais....loin de là
Il y a ce film cruel en toile de fond à la 1ere chanson et on ne peut qu' y être sensible
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 24 mars 2012
Troisième album du célèbre groupe irlandais, sorti en 1983, "War" clôt de manière brillante la trilogie après "Boy" et "October". A partir de l'album suivant ("Unforgettable fire"), le groupe explorera d'autres horizons.
"War" est surtout connu pour ses 2 tubes planétaires, "Sunday bloody sunday" et "New year's day".
Mais il y a d'autres excellents titres sur cet album: le sublime "Like A Song..." (quelle pêche!), les jolies ballades "Drowning Man" et "40", le puissant "Two Hearts Beat As One" et sa rythmique obsédante, les autres morceaux, bien qu'un poil en-dessous, étant quand même dignes d'intérêt.
Le premier très grand album du groupe et un album mythique bien évidemment.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 20 novembre 2014
C'est juste parfait ! comme tous les albums de ce groupe : un vrai bonheur musical à écouter sans modération
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 3 juin 2014
War, c'est l'album par lequel j'ai découvert U2, il y a bientôt 30 ans ! Un essentiel de ma discothèque
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 9 novembre 2014
WAR UN ALBUM CULTE
UN HYMNE SUNDAY BLOODY SUNDAY QUI RESONNERA DANS CENT ANS
MILLE ANS
LE COMMENCEMENT DE U2 OU LA GUITARE DE THE EDGE JOUAIT
DU ROCK A FOND
SUR LES RADIOS PASSAIT NEW YEAR DAYS UN TUBE ENORME
L'ALBUM EST GEANT DU DEBUT A LA FIN ON EN VOUDRAIT
ENCORE ET ENCORE ET LA VOIX DE BONO GRANDIOSE
A AVOIR DANS SA DISCOTHEQUE
BONNE ECOUTE
11 commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 17 octobre 2004
Comme le titre et la pochette le laisse présager, le temps de l'innocence est fini. Le gamin de la pochette de « boy » a grandi, s'est endurci et U2 se sent obligé de politiser son message face à cette guerre qui ne dit pas son nom en Irlande du Nord. La production est enfin à la mesure de la voix de Bono, qui ressort bien. Le son de batterie est pour le moins curieux puisque la grosse caisse résonne beaucoup sur la plupart des titres, mais cela n'altère pas la qualité de l'ensemble. Car, en ralentissant ses tempos U2 a gagné plus de profondeur dans sa musique. Celle-ci paraît moins évidente, moins directe et demande finalement une écoute plus attentive. Malgré cela, la plupart des titres sont des hits en puissance, à l'exception du titre « Refugee » sorte de contribution un peu maladroite de U2 à la culture new-wave très à la mode à cette époque. Bref, régalez-vous, il y en a pour tous les goûts. Des hymnes rock évidemment comme « Sunday... » et « New year's day », des titres plus lents et pop, et enfin une jolie balade (« 40 ») pour clotûrer l'album. A noter le recours à un chant féminin sur les titres «Red light » et « Surrender ».
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)