Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici MUSSO Cloud Drive Photos cliquez_ici cliquez_ici Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles
21
4,8 sur 5 étoiles
Format: Album vinyle|Modifier
Prix:86,78 €+ 2,49 € expédition
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Ho l'énorme classique que voici, la définition même de l'aeuvre qu'on se doit de ne pas manquer sous peine d'avoir un sacré manque dans sa culture musicale.
Déjà il y a la pochette, signée Warhol comme vous le savez tous, qui est aussi manager du groupe au moment de l'enregistrement, comme vous n'êtes pas sans l'ignorer, mais qui se fera virer pour n'avoir pas su dénicher le contrat permettant de révéler l'album au monde, parce que Lou Reed en avait marre, et que du coup Nico aussi prendra la porte pour ne garder que le quatuor dont aucun nom ne doit vous être étranger.
Parce que, donc, il fallut une petite éternité pour que The Velvet Underground & Nico trouve son label, il faut dire que l'aeuvre est schizophrène. D'un côté vous avez les chansons douces où folk, pop, psychédélisme et accessibilité vont de pair, d'un autre les expérimentations garage ne démontrant pas la moindre volonté de compromission. Schizophrène donc, et pourtant, ou peut-être parce que, largement l'aeuvre d'un homme, Lou Reed, qui ne laisse que miettes de l'écriture à ses partenaires (Sunday Morning et The Black Angel's Death Song avec Cale, collectivement sur European Song) qui participent cependant largement à la "mise en chair" de la chose, Cale en particulier, arrangeur et multi-instrumentiste précieux qu'il est. L'influence de Warhol, mentor, manager, mécène, est plus délicate à définir, on sait qu'il fut présent lors de quasiment toutes les étapes, des répétitions à l'enregistrement sans oublier le mixage, ce qu'il y fit, lui qui est certainement un authentique artiste mais aucunement un musicien, sans doute mettre son grain de sel, glisser quelques judicieux conseils, spéculations...
Toujours est-il que le résultat est là, d'un tout tranquillou Sunday Morning, un beau rayon de soleil pop pour commencer, d'un proto-punk garage en mode junkie tragique (I'm Waiting for My Man), d'une excursion en terre indienne revue et corrigée et la sauce new-yorkaise via deux improbables ragas (Venus in Furs, Heroin), à du blues lo-fi psyché-noisy (Run Run Run et The Black Angels Death Song à vous faire passer le Eight Miles High des Byrds pour un chant grégorien), en passant par une espèce de Beatles garage (There She Goes Again) à une bonne grosse jam finale qui fait un boucan de tous les diables (et préfigure White Light/White Heat qui sortira quelques mois plus tard), sans, évidemment !, oublier les trois participations de la chanteuse (sic !) Nico (deux jolies chansons pop, Femme Fatale et I'll Be Your Mirror, à son raga à elle, All Tomorrow's Parties), la collection a du corps, de l'esprit si pas franchement de cohérence stylistique ou de mise en son. Mais il est là, aussi, le charme de ce premier opus, dans ce mélange d'un savoir-faire déjà bien affirmé et d'innocence juvénile, d'une volonté de couper le cordon avec la pop music d'un côté mais de continuer à en faire de l'autre. Schizo, quoi !
Et ça fait un essentiel, déjà parce qu'elle contient les premiers ébats ô combien intéressants de deux monstres sacrés, Reed et Cale, ensuite parce qu'on y a vraiment l'impression de plonger dans le New York avant-gardiste de cette seconde moitié des années 60. Un album beau, bizarre, épatant, étonnant... essentiel !

1. Sunday Morning 2:54
2. I'm Waiting for the Man 4:39
3. Femme Fatale 2:38
4. Venus in Furs 5:12
5. Run Run Run 4:22
6. All Tomorrow's Parties 6:00
7. Heroin 7:12
8. There She Goes Again 2:41
9. I'll Be Your Mirror 2:14
10. The Black Angel's Death Song 3:11
11. European Son 7:46

Lou Reed - lead vocals (1, 2, 4, 5, 7, 8, 10, 11), backing vocals (3), lead guitar (1-5, 7-11), ostrich guitar (4, 6)
Sterling Morrison - rhythm guitar (2, 5, 7, 8, 9), lead guitar (3, 10, 11) bass guitar (1, 4, 6), backing vocals (3, 5, 8)
John Cale - electric viola (1, 4, 6, 7, 10) piano (1, 2, 3, 6), bass guitar (2, 3, 5, 8, 9, 10, 11) backing vocals (8), celesta (1), hissing (10), sound effects (11)
Maureen Tucker - percussion (1, 3, 4, 7-11), drums (2, 5), tambourine (2, 6, 9), bass drum (6)
Nico - chanteuse (3, 6, 9), backing vocals (1)
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 décembre 2016
LE disque du Velvet ! Grande formation (Nicoooo !) énorme inspiration pour un groupe qui n'a jamais eu de succès notoire,à part sur qques titres,le flamboyant Waiting for my man et TOUT ce qui est chanté par Nico.("Underground" = prémonitoire ).Mais allez écouter jusqu'au "faible" Loaded,vous ne serez pas déçu...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 juillet 2002
S'il existe un seul véritable album-culte dans la longue et mouvementée histoire du rock...Ce doit être celui-là!
Découvert, dirigé et protégé de façon artistique par Andy Warhol, le groupe de Lou Reed et John Cale livre un premier album tordu qui balaie tout le spectre du rock : des ballades rayonnantes et distantes (avec la chanteuse Nico), expérimentations osées, thèmes sulfureux et rock parfait, toujours chargé d'émotion sur un fond de larsen.
Paru dans l'indifférence générale en 1967 (mouvement hippie oblige), rédécouvert pour devenir un indémodable classique, cet album qui poussait le rock à l'âge adulte, orné d'une fameuse pochette "à la banane" (à nouveau pelable) ressort dans une édition luxueuse en versions mono et stéréo dépoussiérées avec en prime les chansons du premier album de Nico (sorti la même année) entourée de la paire magique, le tout dans un superbe livret. Si la première écoute ne s'avère pas évidente, elle laissera toujours des traces en profondeur.
11 commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 novembre 2013
L'exercice tient de la gageure : comment juger objectivement un album de légende, qui a influencé une kyrielle d'artistes à travers le monde et qui demeure un chef d'œuvre, un symbole de la jeunesse. Bine sur que la voix de Nico a vieilli, bien sur que certaines nappes de violons font un peu désuet, mais l'alchimie reste parfaite et les nappes mélodiques toujours aussi voluptueuses. Les bons disques de Rock ne connaissent pas l'outrage des années et cet album en est l'illustration la plus limpide. Y revenir régulièrement, c'est se mesurer au temps qui passe mais qui n'altère pas les œuvres. Son écoute est aussi une occasion de se ressourcer dans une époque, un contexte pour toujours idéal.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Bienvenu dans les ruelles sombres du New York souterrain (Underground) et le velours (Velvet) des parties fines déviantes ! Sur ces deux axes et au bénéfice d’une écriture acérée, le poète urbain Lou Reed va jalonner l’histoire du rock de chansons effrayantes et réalistes à la fois, fondatrices dans leur sonique noirceur.
A l’aide du musicien classique et d’avant-garde John Cale (violon, piano, basse), du guitariste minimaliste Sterling Morrison et de la batteuse (debout !) ultra minimaliste Maureen Tucker, il va forger un son inédit, obsessionnel, unique. Proche du sitar, les guitares sonnent comme autant de moulins à prières païennes, renforçant un malaise que les textes installent sadiquement (VENUS IN FURS), devenant bande-son parfaite d’une perdition qui n’a d’égale que la quête quotidienne du junk en manque (HEROIN, ce chef-d’œuvre de description forcenée). Imposée par leur manager-producteur Andy Warhol, l’actrice-mannequin Nico va participer plus que quiconque à rendre cet album légendaire, par les trois ballades qu’elle interprète de sa gutturale voix germanique : FEMME FATALE, I'LL BE YOUR MIRROR et ALL TOMORROW PARTIES, toutes immortelles dans leur gothique évanescence. Comme une aveuglante lumière blanche éclairant les recoins les plus sombres de l’âme humaine, ce disque au succès moindre lors de sa sortie est devenu celle de tous les rockers postmodernes aux envies bruitistes.
Tops : HEROIN, ALL TOMORROW PARTIES, I’M WAITING FOR THE MAN, FEMME FATALE, VENUS IN FURS, RUN RUN RUN
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 février 2016
On était ravis de réécouter cet incontournable album.
Seul bémol, l'autorip, la version MP3 offerte, l'est en effet pour un achat depuis la France, mais ça ne fonctionne pas pour la Belgique.
Dommage !!! J'ouvrirai mieux mes yeux à l'avenir...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Bienvenu dans les ruelles sombres du New York souterrain (Underground) et le velours (Velvet) des parties fines déviantes ! Sur ces deux axes et au bénéfice d’une écriture acérée, le poète urbain Lou Reed va jalonner l’histoire du rock de chansons effrayantes et réalistes à la fois, fondatrices dans leur sonique noirceur.
A l’aide du musicien classique et d’avant-garde John Cale (violon, piano, basse), du guitariste minimaliste Sterling Morrison et de la batteuse (debout !) ultra minimaliste Maureen Tucker, il va forger un son inédit, obsessionnel, unique. Proche du sitar, les guitares sonnent comme autant de moulins à prières païennes, renforçant un malaise que les textes installent sadiquement (VENUS IN FURS), devenant bande-son parfaite d’une perdition qui n’a d’égale que la quête quotidienne du junk en manque (HEROIN, ce chef-d’œuvre de description forcenée). Imposée par leur manager-producteur Andy Warhol, l’actrice-mannequin Nico va participer plus que quiconque à rendre cet album légendaire, par les trois ballades qu’elle interprète de sa gutturale voix germanique : FEMME FATALE, I'LL BE YOUR MIRROR et ALL TOMORROW PARTIES, toutes immortelles dans leur gothique évanescence. Comme une aveuglante lumière blanche éclairant les recoins les plus sombres de l’âme humaine, ce disque au succès moindre lors de sa sortie est devenu celle de tous les rockers postmodernes aux envies bruitistes.
Tops : HEROIN, ALL TOMORROW PARTIES, I’M WAITING FOR THE MAN, FEMME FATALE, VENUS IN FURS, RUN RUN RUN
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 février 2016
excellent,pas de mauvaise surprise par rapport à un "ancien"dans son jus,chacun à son charme mais là écoute superbe! à quand un magasin ou site ne proposant que du 180 gr,tout style de musique confondu avec bien sur la certitude d'un pressage identique à l'original!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 janvier 2017
Exentrique, produit donsc par Andy Warhol. Sinon de morceaux sympas, mais pas franchement génial,
Je préfère nettement LouReed seul (cf. Berlin)
IMO les deux meilleurs: Venus in Furs, et Heroïn..
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 juillet 2016
Le meilleur album qui m'ait été donné d'écouter
Le début de la page d'histoire du rock
Magique, magnifique, à écouter et ré-écouter
Allez-y les yeux fermés
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,68 €
9,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)