undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

  • Memory
  • Commentaires client

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
3
4,3 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:6,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 23 février 2013
CHET BAKER
Figure emblématique du Jazz cool de la côte ouest américaine, notamment avec son style lent et feutrée lorsqu’il s’exprime à la trompette ou au bugle, et surtout avec sa voix doucereuse et mélancolique, Chet Baker a aussi été la première icône blanche du jazz: il est devenu, malgré lui, et avec sa «belle gueule», un véritable sex-symbol lors de la sortie en 1956 de l’album «Chet Baker Sings».

L’ALBUM
La compilation réalisée par Columbia Sony en 2008 est décevante au regard de la discographie de Chet Baker qui commence en 1953 et se termine en 1988 avec une mystérieuse défenestration qui sera la cause de sa mort.
Cette compilation qui commémore les vingt ans de sa disparition n’est pas à la hauteur du chanteur-trompettiste, et ce pour plusieurs raisons.
La plupart des morceaux sélectionnés ne représentent qu’une petite partie de sa production: 15 titres sur 20 ont été enregistrés entre 1953 et 1956.
Ils sont, pour beaucoup, empreints d’un style très commercial qui ne témoigne pas vraiment des qualités artistiques de Chet Baker. «What a diff’rence a day made», «Love», tous deux extraits du disque «Chet Baker & Strings» (très loin d'être son meilleur), «Chetty’s lullaby» ou «Dinah» sont aseptisés par l’orchestration et ressemblent à une musique easy listening. «Autumn Leaves», le grand classique de Prévert et Kosma, fait également très musique d’ambiance.

Surnagent dans cet océan sirupeux «My Funny Valentine», «Let’s Get Lost» et «Two’s Blues».
Le morceau le plus convaincant est «Bockhanal», au style très Bebop, avec de très beaux moments d’improvisation.

Cette compilation ne reprend donc que très partiellement le style poétique, lyrique, souvent fragile quand Chet Baker susurre dans sa trompette.
De sa voix, on ne retrouve pas les longues phrases sensuelles et mélancoliques, proche de la dissonance quand Chet chante comme un écorché désenchanté.

Sur la période citée ci-dessus, on peut privilégier la compilation de Frémeaux & Associés: «The Quintessence : Los Angeles-Paris-Ann Arbor 1953-1956».
Cette édition est une véritable anthologie avec des choix judicieux dans l’enchaînement des titres.

Pour avoir un aperçu plus large de l’univers Chet Baker, on peut se procurer «Let's get lost», album sorti en 1988, qui est le pendant du magnifique film éponyme en noir et blanc du photographe américain Bruce Weber.
55 commentaires| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 juin 2016
J'ai découvert Chet Baker au cinéma de Caussade (Tarn et Garonne) après un concert de jazz un documentaire sur ce personnage du jazz nous a été proposé. J'ai été emballé par son charisme. Du coup j'ai acheté plusieurs cds et je ne m'en lasse pas.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 mars 2012
il y avez long temps que je cherchais cette sélection!!!c'est un régale pour l' ouïe!!!!Sa voie est un enchantement!!! et les titres du cd sont excelents!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,49 €
6,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)