Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Cloud Drive Photos cliquez_ici. Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici nav_CDW17 Jeux Vidéo

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles
30
4,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
24
4 étoiles
5
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
1
Format: DVD|Modifier
Prix:6,35 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 22 février 2015
Une petite ville française dont la quiétude est soudainement troublée par l'apparition de lettres anonymes. Signées "Le Corbeau", les missives révèlent publiquement les travers et turpitudes de tout un chacun et répandent mensonges et calomnies au sein d'une population de plus en plus partagée entre la colère, la honte, le désespoir et la peur. La haine du corbeau s'attache particulièrement à salir un homme, le Dr Germain (Pierre Fresnay), accusé de pratiques abortives et de coucher à la fois avec Laura (Micheline Francey), l'épouse du Dr Vorzet (Pierre Larquey) et Denise (Ginette Leclerc), une de ses patientes. Lorsque convaincu de son incurabilité, un jeune cancéreux se suicide, l'infirmière Marie Corbin (Helena Manson) est désignée coupable par la vindicte populaire. Malgré l'arrestation de cette dernière, les lettres continuent de distiller leur venin...
Inspiré d'un fait divers ayant mis en émoi la ville de Tulle dans les années 1920, le film d'H.G. Clouzot fit scandale et fut même interdit à la Libération. En effet, tourné sous l'Occupation, financé par la Continental Films, une société de production aux ordres de Goebbels, ce film, étonnant de modernité, n'hésitait pas en outre à briser des tabous en abordant des thèmes tels que l'avortement, la drogue, l'adultère... et la délation! Un comble! Réhabilité en 1947 - tout comme son réalisateur - "Le Corbeau" est depuis considéré - à juste titre - comme l'un des plus grands chefs d'œuvre du cinéma français.
A voir absolument.
A noter: le film est accompagné d'un bonus intéressant comprenant la bande-annonce, la filmographie de Clouzot et des principaux interprètes ainsi qu'un très beau commentaire de Bertrand Tavernier.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 septembre 2003
Ce film de 1943 est étonnant et perpétuellement paradoxal. Il a été mis en cause par la résistance et passe aujourd'hui pour être une condamnation de la collaboration et des pratiques de délation. Il a pu sortir, en pleine occupation, et sans aucune censure, parce qu'il était produit par la Continental, le studio aux mains de l'occupant allemand.
Les acteurs sont admirables, notamment les deux rôles masculins (Fresnay et Larquey). L'image, proche de l'esthétique expressionniste passe magnifiquement sur DVD. On n'en dira pas autant du son, qui est à la limite de l'audible.
En bonus, une passionnante interview de B. Tavernier, et beaucoup de renseignements sur le tournage, qu'on a plaisir à trouver après le film.
A avoir de toute façon dans sa DVDthèque.
11 commentaire| 34 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Le corbeau est laid et c'est pour cela qu'il souffre... On a reproché à l'époque à Clouzot d'avoir tourné ce film, car produit en 1943 par la Continental d'obédience allemande. Or, Il n'était pas responsable de la situation de la France et ses collègues cinéastes ou acteurs qui avaient courageusement traversé l'Atlantique n'ont pas fait beaucoup d'étincelles à Hollywood.

De son premier film, L'Assassin Habite Au 21, on retrouve Pierre Fresnay, Pierre Larquey et Noël Roquevert. Ginette Leclerc joue la femme de mauvaise vie et l'on pourra remarquer que l'idéal féminin a bien évolué en 70 ans (bien que Madonna lui ait tout piqué!). Les seconds rôles sont tous épatants, à cette époque le théatre était un vivier inépuisable pour le cinéma. Les décors sont très recherchés (voir les effets de lumière des voûtes de l'hôpital ou dans l'église).

Bien que le suspense soit haletant, il y a aussi beaucoup d'humour et de drôlerie (valeurs à la baisse ces jours-ci). La découverte du corbeau n'est finalement qu'un prétexte et c'est la quête de LA vérité qui est le vrai sujet du film. Vérité ou morale? : avortement, adultère, jalousie, etc... La période était propice aux débordements et la peinture qu'en fait Clouzot est édifiante. L'ennui, c'est qu'elle est toujours d'actualité et que ce portrait des années quarante est encore aujourd'hui criant de vérité.

Finalement, cette petite ville provinciale française est un microcosme facilement transposable et si la fin du film nous révèle l'identité du corbeau, on se demande si d'autres vols noirs ne continuent pas de faire ombrage. Bien que tourné pendant l'occupation, le film n'en fait pas mention (je n'ai pas relevé d'allusions directes). Un très grand chef-d'oeuvre à voir, revoir et méditer.
99 commentaires| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 octobre 2005
Le Corbeau raconte l'histoire d'une petite ville de campagne troublée par des lettres d'accusations anonymes signées par un mystérieux corbeau. Peu à peu, la vie de la ville est bouleversée, entre crainte et suspicion, chacun des habitants est touché par cette persécution épistolaire. Le scénario même si il peut paraître tragique ne se limite pas à ce registre, de nombreuses scènes comiques émaillent de ce film. Le corbeau personnalisant par exemple, chacune de ses missives par un sobriquet à l'intention de son destinataire, allant de " vieille crapule " à " vieil embusqué " au maire qui a échappé au service militaire. Clouzot touche aussi du doigt et de manière plus sérieuse, le commérage et les effets dévastateurs qu'il peut engendrer auprès de ses victimes. Quant aux acteurs, ils sont excellents, Pierre Fresnay est touchant en tête de turc d'une populasse bien curieuse et Larquey énorme de bout en bout en vieux docteur philosophant à chaque répliques. Les dialogues cousus mains sont savoureux et font briller cette belle pléiade de comédiens. Si il y a bien un domaine où Clouzot excelle, c'est dans l'art de cultiver le suspense jusqu'au bout, il dispose d'une maîtrise hitchcockienne de la chose et la fin de ce film ne déroge pas à cette règle. Oeuvre tour à tour, drôle, émouvante et tragique, Le Corbeau bénéficie d'un alliage de genres qui concorde parfaitement et dont résulte un très bon film.
0Commentaire| 17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 novembre 2016
Réalisé en 1943 pendant l'une des pages les plus sombres de l'Histoire de notre pays, Le Corbeau est inspiré d'un fait divers authentique, celui des lettres de Tulle entre 1917 et 1922, qui avaient semé la zizanie dans cette ville de Corrèze. C'est l'occasion pour Henri-Georges Clouzot de se livrer à une critique au vitriol des notables d'une petite ville provinciale, à leurs manies et leurs “ tics ”.
Le Corbeau est un film techniquement réussi, soutenu par des acteurs confirmés, Pierre Fresnay en premier lieu, mais il serait injuste d'omettre la sensualité troublante de Ginette Leclerc ou l'apparente bonhommie de Pierre Larquey. L'amateur éclairé remarquera des visages que l'on connaît surtout par les films des années 60, comme Pierre Bertin, père du célèbre Antoine de La Foy dans Les Tontons flingueurs, ou Noël Roquevert, supérieur direct de Lino Ventura dans Les Barbouzes.

L'ensemble est à la fois dramatique et cynique, continuellement traversé par un humour grinçant qui ne fait que renforcer la mesquinerie des protagonistes, empêtrés dans leurs histoires locales, rocambolesques et ... lamentables.
Ce film est une valeur sûre du cinéma français des années 40, une œuvre du niveau des Enfants du paradis par exemple (dans un tout autre genre, je le reconnais). Indispensable.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce chef-d'oeuvre de Clouzot avec notamment Pierre Fresnay (Le docteur Rémy Germain) et Ginette Leclerc (Denise Saillens) s'inspire d'une histoire vraie survenu dans la ville de Tulle au début des années 20.
A Saint-Robin paisible ville de province, "Un corbeau" envoi aux habitants des lettres anonymes cruelles et mensongères.
Le docteur Rémy Germain est la cible privilégiée et "Le corbeau" l'accuse de pratiquer l'avortement.
Un jour l'un des patients du docteur se suicide après avoir reçu une lettre de "l'oiseau de mauvaise augure".
Germain va mener l'enquête pour découvrir l'horrible vérité.
Il ne faut surtout pas oublier le magnifique rôle de Ginette Leclerc (une jeune fille boiteuse, amoureuse de Rémy Germain).
Ce très grand film mêle cynisme, violence et compassion pourtant il fut interdit à la Libération. En effet il rappelait la délation qui fut très présente sous l'occupation. Il donnait une très mauvaise image de la France et déclencha la haine.
Aujourd'hui cette production est considérée comme l'un des chefs-d'oeuvre du cinéma Français.
Le DVD pour un film de cette époque est de bonne qualité et je vous le conseille vivement.
Adanson Marco.
22 commentaires| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 mai 2013
Le film est excellent, cette mauvaise note ne sanctionne que l'édition DVD proposée. Si la restauration de l'image est tout à fait correcte, avec de beaux contrastes, le son est vraiment infect. Il a été nettoyé au karcher et très mal encodé : le moindre bruit de pas, le moindre fond sonore se voient transformés en horribles bruits métalliques. Les dialogues sont parfois rendus inaudibles. A force de vouloir effacer le bruit, le "technicien" responsable de la "restauration" du son a massacré cette édition d'un grand film. Film à voir, dvd à fuir.
Ce qui est d'autant plus regrettable que, pour une fois, le Bonus proposé est intéressant (Riche éclairage de Tavernier)
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Qui niera jamais que Clouzot est et non pas ''fut'' un des plus grands réalisateurs du monde? Oser montrer en 1943! une vérité
toute nue sur notre société, allant jusqu'à discréditer ce à quoi il ne fallait pas toucher sous peine de punitions sévères:
le milieu médical, le psychiatrie, la dépravation voire la perversion dites irrémédiables et même le sortir de l'enfance!...
Eh bien ! Il le fit. Atteinte soi-disant à l'honneur de la France, film produit par une firme allemande , interdiction de travail
à vie pour lui et Chavance etc.Et à présent ce film est considéré comme un super chef-d'oeuvre du cinéma français et mondial!
Monde de fous dont les délétères ''oreillettes'' des hypocrites sont d'ores et déjà ''hors d'usage''!
Le coup de maître de Clouzot , à mon avis , est d'avoir interverti les rôles hardiment et judicieusement : ici c'est
le ''soignant'' qui est ce corrompu névrosé ne supportant pas d'ailleurs les atteintes du temps physiquement et surtout
psychologiquement.
Il faut alors rendre hommage à Pierre Larquey qui trop souvent sinon toujours tint des rôles secondaires et qui exprime si
finement ici sa propre incapacité à se déterminer, à savoir qu'Il fait bien comprendre que les notions distinctes du bien et
du mal dépassent ''ses'' facultés intellectuelles: c'est à dire ''ses'' possibilités de compréhension quant à ces deux notions.
Magnifiques prestations des acteurs dans cet imbroglio psychologiquement macabre mais encore une fois lucide, magnifique
Fresnay et sublime Ginette Leclerc en femme légère, possessive mais toutefois très sensible et au jugement pénétrant.
A quand une version convenable en Blu-Ray de ce monument français qui nous permettra par exemple d'entendre
correctement ses superbes dialogues??!!...
Ce film a triomphé d'une époque et il triomphera du temps, c'est d'ailleurs déjà fait pour les personnes normales : Clouzot
dirait comme dans son film que nous n'aurons pas sacrifié l'avenir au présent!!...
Il fut dit:'' Malheur à qui ne sait pas sacrifier un jour de plaisir aux devoirs de l'humanité!''(sic)
Clouzot et moi-même, en tout cas ,avons ce témoignage!

Billy.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce bon film, qui peut être considéré comme un de nos grands classiques, avec des acteurs de talent :
PIERRE FRESNAY , PIERRE LARQUEY , GINETTE LECLERC ect …
HENRI GEORGES CLOUZOT le réalisa en 1943 , avec la collaboration de la firme
Allemande « Continental » ,qui, à cette époque, avait la main mise sur les créations
cinématographiques Françaises.
Il fut interdit à la Libération, et de nouveau autorisé en 1947.
HENRI GEORGES CLOUZOT s'inspira d'un fait réel qui eut lieu dans les années
vingt à Tulle.
Le Docteur Germain ( PIERRE FRESNAY ) qui refuse de dévoiler son passé, arrive
dans une ville de province où il exerce sa profession avec beaucoup de compétence, et se trouve vite apprécié par une majorité des habitants de cette commune.
Lors d'un accouchement extrêmement difficile , il sauve la Mère , mais le nouveau né
décède.
Nous sommes plongés dans l'ambiance d'une ville de Province où les « potins » vont
bon train.
Le supérieur du Docteur Germain, le vieux Docteur Vorzet ( PIERRE LARQUEY ),
se pique à la morphine. L'infirmière en chef et belle fille de celui-ci , lui vole ses doses
à l'hôpital , tout en accusant sa propre belle sœur d'infidélité sans fondement.
Le plus grave , c'est le jour où des délations et des calomnies arrivent chez le Docteur
Germain qui l'accusent « d'avorteur », puis, chez d'autres personnes, toutes rédigées et signées par le « corbeau ».
Qui est ce « corbeau » ?, on arrive à un stade, où un climat de suspicion général,
s'installe, et, où tout le monde accuse tout le monde. Quelle Ambiance !!!
Le spectateur , devant cette situation compliquée, est lui aussi pris dans un dilemme
insoluble, jusqu'à la fin du film,où l'on nous dévoile qui est ce maudit «  corbeau » délateur qui a fait tant de mal autour de lui et qui, de plus, ô surprise n'est pas un méchant, au contraire, alors POURQUOI , ?!!!!!..
D'où l'intérêt de ce grand film qu'il faut voir dans sa totalité .
55 commentaires| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 novembre 2009
Quelques semaines dans un petit village français: on est hors du temps, et toute la tragédie humaine se trouve concentrée dans ces ruelles.
Clouzot ne nous sert pas de cliché qu'il ne brise au plan suivant: si tout le monde n'est pas coupable, du moins personne n'est innocent.
Un film noir comme l'aile du corbeau, qui est pourtant un formidable hymne d'amour à ses frères humains!
Comment la Continental (maison de production allemande créée sous l'Occupation) a-t-elle pu produire ce film en 1942 sans voir la charge qu'il porte contre la lâcheté humaine et en particulier la délation?
Comment à la Libération a-t-on pu tenir grief à Clouzot de sa collaboration avec ladite Continental, quand on voit l'espoir tenace que son héros insuffle dans le coeur de tous en une victoire de la justice et de la générosité ?
Pierre Fresnay porte magistralement ce film qui est à voir et revoir !!
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

17,00 €
11,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)