undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

3,8 sur 5 étoiles
4
3,8 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:10,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 24 janvier 2011
Ayant vu le film au cinéma à sa sortie, je me faisais une joie de le revoir en DVD. Quelle déception, le transfert a été fait à la va-vite, alors que le film mérite un traitement de l'image particulièrement soigné. On peut encore passer sur le côté "cinéma" en voyant des parasites restés sur le master mais il n'y a eu aucun nettoyage et regarder ce dvd sur un bluray upscalé est une torture car tout devient flou. Un véritable scandale. Je vais essayer de voir si la Region 1 est supérieure. En tout cas, honte à l'éditeur- Amazon devrait le sortir de son catalogue !
11 commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 mars 2015
Un film extraordinaire gâché par la qualité pitoyable de l'image du DVD, ce qui est vraiment à plaindre, car l'un des aspects les plus impressionnants du film est la photographie, le rendu général de l'image.
C'est presque comme si l'on regardait un film en streaming sur internet tellement c'est flou.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 septembre 2009
L'architecte américain Stourley Kracklite et son épouse Louisa se rendent à Rome afin d'honorer l'invitation faite à l'homme d'organiser une exposition consacrée au visionnaire Etienne-Louis Boullée, français et architecte lui-même, qui vécu au dix-huitième siècle. Stourley, passionné par le personnage s'est préparé durant une dizaine d'années dans l'espoir d'avoir un jour l'opportunité d'orchestrer la mise en chantier d'un tel projet.
Sa femme et lui tentent depuis très longtemps d'avoir un enfant mais les fausses-couches se sont succédées et leur optimisme a fini par s'envoler. Le couple fait la connaissance d'un certain nombre de personnes liées au projet tels que Lo Speckler et sa soeur Flavia, ainsi que le jeune et arrogant architecte Caspasian Speckler. Plein d'ambition et charmeur invétéré, il rêve de prendre la place de Kracklife comme responsable de l'exposition et d'avoir la main mise sur l'épouse de celui-ci, autour de laquelle il ne cesse de tourner tel un prédateur fondant sur sa proie.

Stourley, dont le principal soucis est la mise en œuvre du projet de construction, délaisse peu à peu une Louisa qu'il ignore être enceinte et qui finit par trouver réconfort et amour auprès de Caspasian. Ce dernier, méticuleux dans sa volonté de nuire à l'image de l'architecte américain assène de manière permanente remarques et impertinence envers celui qui pourrait être son père. Architecte célèbre, respecté et apprécié, Stourley ne semble pourtant pas avoir les faveurs de ceux qui l'entourent. C'est dans un bain de cynisme qu'évolue chacun, tentant de se faire une place dans l'immense projet. Au mépris même de l'homme qui souffre bientôt d'un mal qui lui ronge les entrailles. Entre douleurs psychosomatiques qui se transformeront bientôt en un mal bien réel, Obsession d'adultère et effondrement du projet d'exposition dont la responsabilité lui sera bientôt retirée, l'homme ne trouve pas d'autre échappatoire que la mort. La sienne. Qu'il va mettre en scène lors de l'inauguration de l'exposition consacrée à son modèle de toujours Etienne-Louis Boullée.

"Le ventre de l'Architecte" de Peter Greenaway ne surprendra ni ses adorateurs si ses détracteurs. D'abord parce qu'on y retrouve les texte incroyablement riches auxquels il nous a habitués, une interprétation juste et mise en valeur par des décors superbes et une musique discrète mais envoutante. Les seconds argueront peut-être à juste raison que les nombreux dialogues ( toutefois relativement moins dispersés que dans "Meurtre Dans Un Jardin Anglais") nuit à l'ensemble. Je dirai simplement qu'ils établissent la structure du film qui puise ainsi dans leur richesse le terreau fertile d'un sujet au départ plutôt quelconque. Ôtez-lui ses joutes verbales et il ne restera sans doute qu'un corps inerte recouvert d'un drap de satin de moins bonne qualité que celui qui revêt le chef-d'œuvre "[a=[...] cuisinier, le Voleur, sa Femme et son Amant[/a]" du même Greenaway. Wilson est imparable. Odieux,irrespectueux. Aussi bien conquérant que concurrent, il est celui qui met le feu aux poudres et vol ainsi le coeur de celle qui partage la vie de l'architecte. Avant bien sûr de donner le coup de grâce en volant ainsi ce qui est devenu le principal sujet d'intérêt du mari trompé.
Trompé parce qu'il n'a pas su comprendre que sa femme avait ces derniers jour, plus que jamais besoin de lui. Trompé parce qu'il n'a pas su déceler ceux de ses collaborateurs qui sont allés contre sa volonté jusqu'au point de rupture où les banques ont cessé d'avoir confiance en lui et décidé de ne plus financer le projet. Enfin, trompé par son corps qui va se détourner de lui pour ne lui laisser en héritage qu'un cancer auquel il n'échappera qu'en lui donnant en spectacle sa propre mort. Ce personnage, c'est l'immense Brian Dennehy qui le porte sur ses épaules. Un acteur épatant que l'on a l'habitude de voir davantage dans des téléfilms qu'au cinéma.

Deux années avant que ne soit tourné "Le cuisinier, le Voleur, sa Femme et son Amant", Peter Greenaway abordait déjà ici le thème de l'adultère et des tourments qui en découlent. La victime est à chaque fois le mari mais à la différence du "voleur" qui méritait son sort en raison des innombrables travers dont il était pourvu, celui de l'architecte est peu enviable et l'on compatit même pour cet homme qui finit par s'effondrer moralement. Le premier sait que sa femme ne lui donnera jamais d'enfant lorsque le second apprend, alors qu'il est désormais trop tard, qu'après tant d'années d'acharnement, que la sienne en attend un. Le sien. Autant le mari du film le "Le cuisinier, le Voleur, sa Femme et son Amant" était si odieux qu'on ne lui souhaitait rien de plus humiliant que de découvrir que sa femme le trompait avec un libraire, autant celui du "Ventre de l'Architecte" nous offre la vision terrible d'un homme qui croule sous le poids de la trahison.

Encore une grande œuvre de la part de Peter Greenaway.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 mars 2014
Ce dvd je le voulais depuis longtemps car c'est un réalisateur que j'apprécie beaucoup et en plus il parle de BOULEE.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

15,00 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici