undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
7
4,0 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 25 octobre 2001
Le plus méconnu des albums de la grande trilogie Mark II. Sorti entre le dantesque "Deep Purple in Rock" et le si évident "Machine Head", "Fireball" n'est jamais cité comme un album de référence.
Dommage car des titres comme "Anyone's Daughter", "No-one came" ou encore l'inusable "The Mule" ont expérimenté des voies nouvelles que le groupe abandonna vite, faute de succès...
Mais puisqu'on a eu "Lazy" l'année d'après, ne faisons pas la fine bouche... Et puis, la plage titulaire de l'album est une excellente transition entre "Hard lovin' man" et "Highway Star", non ?
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 mai 2016
Il y a bien longtemps que je n'avais pas ouvert un album de ce super groupe , et force est de constater que j'éprouve toujours autant de plaisir à écouter ces bons vieux disques qui ont fait l'histoire du rock .
Tous les fans de Deep Purple connaissent ce disque , il faut juste se rappeler qu'il est quand même sorti entre deux monuments de leur discographie que sont "In Rock" et "Machine Head" et est certainement du même niveau que ces derniers .
On a parfois tendance a zapper son énorme qualité et dès le début de l'album , on peut s'en rendre compte avec le titre éponyme. Personnellement , mon titre favori est "demon's eye" , un morceau avec une rythmique d'enfer qui vous donne instantanément envie de taper du pied .
Fireball est finalement un album qu'on réécoute toujours avec autant de plaisir et qui confirme que les années 70 furent vraiment une période incroyable pour ce groupe comme pour tant d'autres (et le rock en général) et ce pour notre plus grand bonheur !
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 avril 2003
Fireball est sans doute l'album le plus déroutant de Deep Purple et peut-être le plus attachant. Il vient sonner comme un grand souffle, une rupture après l'effusion créatrice et tonitruante de In Rock. Les pionniers du hard rock vont se réfugier un temps dans la musique à tendance méditatrice et psychédélique. L'album ouvre par une chanson à haute vitesse avec une intro de démarrage enregistrée sur une machinerie de ventilation qui précède l'entrée du batteur Ian Paice. Fireball est la chanson qui rentre assurément le moins dans le cadre étrange et sombre du disque. C'est avant tout du rock pur et dur taillé dans la finesse guitaristique de Blackmore. Mais la curiosité avant tout sur ce disque est bien la chanson folk et fraîche intitulée "Anyone's Daughter". Il y a comme un vent de Led Zeppelin qui passe sur le Deep. Quoiqu'il en soit, les cinq membres du groupes se lâchent tranquillement, sans prétention mais toujours avec une délicate musicalité. "The Mule" est la chanson avec "Fools" qui consacrent la période psychédélique du pourpre. "The Mule" est sans doute la partie batterie la plus délicate à jouer, Ian Paice en fera d'ailleurs un solo pendant quelques années en live. Des moments mystiques sont atteints avec les sons insensés qu'arrive à sortir de sa Fender Ritchie Blackmore. Il joue quasiment du violoncelle sur "Fools". Enfin il ne faut surtout pas se priver d'écouter la rythmique bluesy du single de l'époque : "Demon's Eye". Pour toutes ces raisons, Fireball restera longtemps dans l'ombre de à la fois son prédécesseur.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ayant rejoint le peloton des mastodontes du hard rock naissant (Zeppelin, Sabbath, Jethro) et acquis un succès à la hauteur de ses espérances, Deep Purple est maintenant parfaitement en phase avec son époque. Suite à un nouveau hit single grandiose, STRANGE KIND OF WOMAN, voici l’album qui eut la laborieuse tâche de succéder à IN ROCK.
Tout est (presque) dit. Démarrant sur les chapeaux de roues avec FIREBALL, une tuerie surspeedée à la batterie phénoménale, le disque ne tient hélas pas toutes les promesses que son morceau-titre laissait espérer. Néanmoins, malgré une intensité moins constante que sur IN ROCK, Purple réalise là un album hautement recommandable : pour le riff dinosaurien de DEMON’S EYE d’abord (argh le solo d’orgue !), pour la mélancolie déchirante qui se cache derrière le country-folk ANYONE’S DAUGHTER ensuite (argh la guitare slide !), mais aussi pour les arabesques psyché de THE MULE (argh la batterie !) et surtout pour ce FOOLS de huit minutes (et plus) qui, malgré un couplet recyclant pour la troisième fois INTO THE FIRE, voit Deep Purple nager pas loin des eaux du prog (argh le passage au violon !). En bref, un album plutôt gonflé et aventureux dans la carrière d’un groupe à la réputation pachydermique, ternie par aucun des morceaux présents ici.
Tops : FIREBALL, DEMON’S EYE, FOOLS, ANYONE’S DAUGHTER, THE MULE
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Hormis les cas de je m'en foutisme flagrants ou de mauvais goût assumé, une vraie pochette moche est peut-être avant tout le désir d'une réussite picturale recherchée, avortée pour des raisons souvent obscures, mais toujours involontaires.

Avec son look de spermatozoïde interstellaire pluricéphale, celle de Fireball, assez gratinée, est un modèle du genre (la version Anniversary offre un fourreau-cache un carton, honte tardive?).

Sans être un mauvais album, Fireball a failli dans son rôle de successeur du chaud-bouillant In Rock. Exit la trilogie mythique! Il y a quand même peu de cas similaires chez les grands groupes pendant leur âge d'or.

Fireball ou No, No, No ne sont pas de mauvais morceaux, mais ils ont quelque chose d'inabouti et sont surtout bien fades face aux brûlots d' In Rock. Le countrysant Anyone's Daughter est une erreur de casting, le groupe l'a reconnu.

On a aussi l'impression que beaucoup de passages, de digressions, avaient des visées progressives (des interviews de l'époque dans Best ou Rock&Folk le confirment). Mais le résultat n'est pas du tout convaincant et n'ont servi qu'à affadir l'album. Fireball a été fait dans l'urgence, entre deux tournées, sous la pression de la maison de disque, Blackmore n'est pas loin de le détester.

Seul Strange Kind Of Woman, seulement sorti en single à l'époque, retrouve un peu l'état de grâce de l'album précédent.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 novembre 2003
Fireball marque la maturité de Deep Purple ; certes un peu moins "Hard" qu'In rock, mais beaucoup plus étoffé en terme de création musicale où l'on s'aperçoit de la puissance de création de Deep Purple, à l'aise dans tous les registres. Il suffit d'écouter No, no, no ou encore Fools pour se convaincre et enfin admettre que Deep Purple est réellement un groupe de 5 musiciens hors-pair capables du meilleur... La consécration arrivera avec l'album "Machine Head", le plus abouti...
(...)
11 commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 août 2013
Un brin de nostalgie de mon enfance lorsque j'écoute les morceaux de cet album. A recommander à tous les quinquagénaires
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

3,30 €
7,00 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici