Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Cloud Drive Photos cliquez_ici. nav_BTS17CE Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles
1
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:20,74 €+ Livraison gratuite avec Amazon Prime

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Bonne idée que de réunir sur un seul disque ces deux sonates pour piano et violoncelle. D'abord parce que le genre n'a pas été celui le plus retenu dans ce que la musique romantique a produit et qu'il est écrasé par les oeuvres des monstres sacrés que sont Beethoven et Brahms. Ensuite, parce que, en dehors de ce que ces deux génies ont produit, il faut bien avouer que seules les deux sonates d'Alkan et de Chopin méritent véritablement notre attention par leur innovation, leur qualité mélodique, l'équilibre qu'elles ont su trouver entre les deux instruments alors que les deux compositeurs figuraient parmi l'élite pianistique du moment et que la tentation aurait pu être forte de privilégier le piano pour ramener le violoncelle au rang de maigrelet accompagnateur. Rien de tout cela ici. Enfin parce qu'elles ont toutes deux été écrites pour et créées par un ami commun à Alkan et Chopin, le sieur Franchomme, meilleur virtuose violoncelliste français de l'époque et professeur au Conservatoire de Paris comme les deux compères que furent Alkan et Chopin.

Le pianiste anglais Steven Osborne s'est déjà fait le porte-parole de la belle musique pour piano qu'a écrite Alkan, compositeur encore très largement méconnu et sous-estimé malgré la qualité indéniable de son catalogue assez restreint. Il trouve en Alban Gerhardt l'un des tous meilleurs violoncellistes allemands d'une technique irréprochable au service d'une belle musicalité et de la juste couleur. Le duo fonctionne alors à la perfection et nous fait passer un délicieux moment. On y découvre une sonate d'Alkan enchanteresse et joyeuse qui connut d'ailleurs un véritable triomphe en son temps avant de tomber injustement dans l'oubli. Celle de Chopin, plus connue, ne cessera d'étonner tant le compositeur aima y jouer avec les tonalités et les innovations qui déroutèrent beaucoup d'auditeurs d'alors.

Dommage que la prise de son soit assez mate mais on tient là, avec l'autre version du duo franco-français Bertrand/Amoyel, la version de référence.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)