Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici Cloud Drive Photos nav_BTS17CE En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici



Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 12 juin 2013
Pour ce qui est du film c'est un chef que nous à fait Christopher Nolan. Nous retrouvons le film avec les conséquences des actions de Batman (Christian Bale) sur Gotham City. Cette fois ci, il devra faire face à une nouvel menace le Joker, ici interprété à la perfection par Heath Ledger dans ce qui semble être le rôle de sa vie. Le film nous montre les difficulté des chois que doit faire un (super) héros et ses conséquence. Et le film tient la route avec 4 intrigue différente le tout un rythme effréné !

Pour ce qui est du produit en lui même, c'est une sorte de livret ayant sur le 2ème de couverture le CD1 (film) et le CD2 (Bonus) en BD et sur la 3ème de couverture le CD1 (film) et le CD2 (Bonus) en DVD, ce qui à son utilité si on le regarde chez un pote qui n'a pas de lecteur BD. Le livret quand à lui est collé entre la partie BD et la partie DVD.
Tout ceci pour 15€ !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
On est loin des Batman de Tim Burton et des Georges Clooney.... Bienvenue dans un monde sombre et dur. Ce film est de loin mon préféré des batmans, Christian Bale colle au personnage et Heath Ledger est époustouflant en Joker complètement timbré.... (quoi que..)
La noirceur et l'atmosphère pesante du film laisse quand même la place à quelques répliques humoristiques bien senties.
Je ne sais pas si une suite est prévue, j'espère qu'elle sera aussi réussie
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 avril 2009
J'aurais mis 5 étoiles après le premier visionnage, 3 après le troisième. Voilà donc ma moyenne. 4.

Le problème de ce Batman (et de Begins), aussi parfait et supérieur soit-il à n'importe quel autre film de superhéros, c'est que les personnages sont creux. Ce sont des idées, idéologies à qui on a donné une enveloppe corporelle, ils n'ont pas d'existence propre.
Ainsi, comme Matrix ou le Seigneur des anneaux, après quelques visionnages (là où d'autres films gagnent en richesse) le Chevalier Noir s'appauvrit. Ne reste qu'une succession d'images hantées par des dialogues vides.

Reste que, la première fois, et la deuxième aussi, j'ai adoré. J'ai adoré que Nolan nous offre du grand spectacle de luxe, loin des Spiderman et X-men et Hulk faits à la va-vite, sans inspiration ni talent ni même souci du travail bien fait. Nolan ne se contente pas d'aligner les méchants avec une trame à prétexte, il donne une signification aux rôles, il ose mettre un propos dans un film pour ado et adulescents, et un propos pas si bête, ni manichéen.
Reste des images sublimes, comme cette confrontation entre Batman et le Joker, puis le Joker et Double Face, ou encore la fin, lorsque Gary Oldman parle de Batman à son fils pour finir sur ces mots "The Dark Knight". Un frisson me parcoure alors, touchant en moi une corde qui ne vibre plus depuis longtemps ; l'émerveillement naïf. La magie a opéré. La machine est parfaitement rodée, les derniers mots sont comme la cerise sur le gâteau, l'apothéose de ce film intelligent, brillant même sur presque tous les points.

Dommage qu'il soit vide.
11 commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un Batman de plus, avec un joker bien maquillé et des personnages torturés qui cherchent à nous faire dire que "Ah là là, Batman est de plus en plus sombre"... Et c'est vrai qu'on n'est pas là pour rigoler : il y a un type déguisé en chauve-souris qui court après les criminels la nuit, dans une mégapole, mais c'est du sérieux, hein.

La vraie nouveauté dans ce volet, en plus d'un esthétisme particulièrement soigné, est l'opacité du scénario qui croule sous un déluge de scènes d'actions rapides, voire désordonnées. Crissements, explosions, on en prend plein la tête c'est sûr, même si on ne sait pas toujours pourquoi. De temps en temps - ouf - une pause pour quelques phrases courtes, dramatiques, tenant lieu de dialogues, puis ça repart. Quand vient le générique de fin, on se sent vaguement perplexe, engourdi, et une semaine plus tard tout est oublié.

Bref, une daube américaine qui se donne des airs de tragédie grecque pour faire bien, mais qui demeure avant tout destinée aux amateurs de clips et de jeux vidéo violents. Tenez, faites le test : demandez aux gens qui l'ont aimé de vous raconter le film et vous verrez.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 novembre 2015
et le plus puissant de la trilogie Batman de Christopher Nolan, et cela avant sa descente vers des films sans grand intérêt. Mais si le film est à la hauteur, ce n'est pas le cas de la galette sur lequel il se trouve.
Edition sans son HD avec un bon vieux Dolby digital poussif sur lequel on entend pas grand-chose quand il parle pour surtout entendre la musique et des bruits de fond par moment.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 novembre 2016
J'avais déjà le film en DVD mais c'est vrai qu'à l'heure du numérique, il y a des façons plus simples de conserver un film SAUF : Quand vous aimez l'objet et là, il faut dire que les boitiers de métal c'est la classe !
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 novembre 2015
The Dark Knight was released on July 14, 2008, almost 6 months after Heath’s death. The film started filming on April 2, 2007 and finished filming on October 19, 2007. I personally found the plot weak and the casting (besides Heath, Michael Caine and Morgan Freeman) not quite convincing. The love story between Rachel and the other guy (I forgot his name, since his character is so easy to forget) has neither magic nor depth. I think it could have been much more interesting to explore the relationships between the characters and to tell much more of the Joker’s story instead of so many explosions, fights and guns. Nevertheless, it’s a good movie for teenagers (although very violent) and for people who love comic-book heroes. The special effects are spectacular, and the Joker and the music (Hans Zimmer and James Newton Howard) are definitely the best of the film. Heath’s portrayal of the Joker is so good that when he is not on screen the movie really goes down, and when he appears, one cannot take the eyes off of him. The Joker is so cool and brilliant that one really wants him to win the battle. Although not a fan of comic books, Heath said that “the character of the Joker was too good to turn down”. Heath wasn’t a fan of blockbuster movies neither, but the character was too attractive: “in this monster machine of a movie, popcorn movie … it was purely a character choice, I can honestly say that”. He thought that Jack Nicholson’s portrayal of the Joker was perfect (“To touch what Jack Nicholson did in Tim Burton’s world would be a crime”), and he never compared himself to Nicholson because he really believed that the worlds of Tim Burton and Christopher Nolan are completely different, and therefore, uncomparable: “It was an opportunity for a new version of the Joker”. Although Heath knew immediately after being asked to play the Joker how he wanted to do it (“I knew 5 seconds later exactly how to play it”), he locked himself up in a hotel room in London for 6 weeks in order to prepare his character, looking for the Joker’s voice and looking for his laugh: “I locked myself away for 6 weeks in a room and I kind of came up with this creep”. He wrote a diary about the Joker he was going to portray with notes, drawings and photos of old Batman Comics, hyenas and A Clockwork Orange. His father shows the diary in the great German TV series-Documentary Too Young to Die: Heath Ledger (S1, Ep. 3, July 28, 2012). I bought the Documentary in English from the producers of the show and I can say that it is the best documentary about Heath that I’ve seen. Kim Ledger says, showing “the Joker” diary: “He galvanized the upcoming character in his own mind. That was typical of Heath … this was just on a whole new level”. The diary ends with the words “Bye, bye”, which are, after Heath’s death, very painful. There are many stupid speculations about how portraying the Joker led Heath to exhaustion and death, but the truth is that, although the character required a high level of energy, “it was incredibly enjoyable”[39]. Heath said in many interviews that he had a lot of fun playing the Joker: “The Joker was … the most fun I ever had … probably ever will have playing a character”[40]. He described the Joker as a “dark, very nasty … psychopath, sociopath, mass-murdering clown”[41]. The Joker was not only evil but something else: “He’s not just gonna be scary … there are [a] few surprises, I think”. Sadly, Heath didn’t see any takes or parts of the film, because the producers were very secretive about it: “I think the movie is going to be awesome. I’m very excited for it. I haven’t seen anything. Nothing. They really don’t want anyone to see anything. It’s very secretive. But just from what I’ve seen first hand and just from what I’ve heard, I think it’s going to be good”. The movie is “In memory of our friends Heath Ledger and Conway Wickliffe”. Wickliffe (1966–2007) was killed on set while filming a test run.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 septembre 2009
Le procureur Harvey Dent semble être le fer-de-lance d'un renouveau à Gotham City. Bruce Wayne croit en lui et pense à ranger le costume au placard. Mais l'arrivée d'un nouveau criminel, le Joker, va tout changer.

Les deux premières fois, j'ai adoré ce film (en tant que divertissement de luxe, j'entends). On est loin des habituels blockbusters de super-héros où le scénario n'est qu'un prétexte à voir un ou plusieurs méchants combattre le gentil aux capacités surhumaines.
Les méchants ont de véritables objectifs et une raison d'être, le scénario se tient, et le casting est quand même plutôt alléchant (Christian Bale, Aaron Eckhart, Heath Ledger, Michael Caine, Morgan Freeman, Maggie Gyllenhaal).

À la manière du premier Matrix, The Dark Knight est un divertissement intelligemment fait, parsemé de réflexions artificielles mais très sympas pour un produit de ce genre.
Nolan soigne son film au niveau du montage (comme à son habitude, le film n'est pas linéaire), de l'ambiance, des éclairages sombres. Les scènes d'action sont spectaculaires (parfois un peu ridicule, mais c'est le genre qui veut ça), mais pas spectaculaires à la manière d'un Spiderman ou d'un Hulk où c'est la débauche d'effets spéciaux sans véritable mise en scène. Ici le budget est énorme aussi, mais dans les mains d'un réalisateur qui compte marquer les esprits.

Il y a eu beaucoup de foin autour de Heath Ledger (le Joker), acteur quasi-inconnu du grand public devenu du jour au lendemain, en partie grâce à sa mort (hélas) et de son rôle dans The Dark Knight, une sorte d'acteur de génie parti trop tôt. C'était ridicule et indécent.
Meilleur que le Joker de Jack Nicholson, a-t-on dit. Soyons honnête, ce n'était pas difficile. Dans le Batman de Burton, Nicholson est en roue libre (c'est rigolo mais pas exceptionnel), son maquillage et son costume ne sont pas très réussis, et ses dialogues non plus. Le deuxième Batman de Burton sera d'ailleurs beaucoup plus réjouissant à tous les points de vue.
Maintenant, un Jack Nicholson de 40 ans dirigé par Nolan, là je crois que ça aurait mis tout le monde d'accord. Rappelons-nous Shining. De plus il y aurait la touche d'humour qui manque terriblement à ce Dark Knight (c'est comme ça, Nicholson est incapable de jouer sérieusement un dément, il aime trop ça).

Bien entendu la composition de Heath Ledger est l'un des points forts du film, mais il ne faut pas oublier le travail autour du personnage ; son costume, son maquillage cradingue, ses dialogues, les scènes marquantes... Tout ça participe à la réussite du personnage, y'a pas juste Heath Ledger qui lui donne vie, même s'il le fait très bien.

Le problème de ce Batman (et de Begins), aussi parfait et supérieur soit-il à la plupart des films de superhéros, c'est que les personnages sont creux. Comme Matrix ou le Seigneur des anneaux, après quelques visionnages, là où d'autres films gagnent en richesse, le Chevalier Noir n'a plus rien à donner, si ce n'est une succession d'images sublimes hantées par des dialogues vides.

Et c'est là qu'on touche à la véritable force et la véritable faiblesse de ce film ; son terrible esprit de sérieux. Oh, il y a bien un peu d'humour lors des apparitions de Morgan Freeman et Michael Caine, mais c'est un humour discret, anecdotique, sans conséquence, l'humour subtil et feutré des salons de Madame la Comtesse.
Il manque le genre d'humour qui nous rappelle qu'un film avec un gars en collant noir, c'est pour rigoler, que ça n'existe pas dans la vraie vie.
Bien sûr, si on est pris dans le film, c'est parfait, on passe un très bon moment. Mais le film ne fait pas éternellement illusion, et il lui manque alors, cruellement, un second degré qui pourrait créer une complicité avec le spectateur averti, comme chez Burton, il lui manque un recul nécessaire.

Reste des scènes réjouissantes, comme cette confrontation entre Batman et le Joker au commissariat, puis le Joker et Double Face à l'hôpital, ou encore la fin, lorsque Gary Oldman parle de Batman à son fils pour finir sur ces mots "The Dark Knight".
Un frisson me parcoure alors, touchant en moi une corde qui ne vibre plus depuis longtemps ; l'émerveillement naïf de mon enfance, celui que je ressentais devant le Clash des Titans, le Septième Voyage de Sinbad.
La magie a opéré. La machine est parfaitement rodée, les derniers mots sont comme la cerise sur le gâteau, l'apothéose de ce film intelligent, brillant même (dans son genre) sur presque tous les points.

Dommage qu'il soit vide.
11 commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 mars 2009
bon film et superbes images.
dommage que le son en VF ne soit que du dolby digital, mais vu le nombre de langues sur ce BD, c'est sur qu'il n'y a plus de place pour une piste francaise en HD.

coté vidéo, RAS, le passage en mode IMAX n'est pas genant à mon sens
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 février 2009
Batman the Dark Knight est le meilleur des Batman pour le moment, le Joker y est époustouflant et le héro y est d'une noirceur d'âme comme on l'aime. Rien à dire du côté du film mais par contre, encore une fois, on a l'impression que les erreurs qu'il y a eu avec les DVD se répètent avec les Blu-Ray. Il n'y a qu'une piste française 5.1, même pas DTS pour un film de cette trempe sur un support de cette technologie. On se croit revenir au "bon vieux temps" du DVD. Par contre, en VO c'est un 5.1 TrueHD. Je trouve que pour des films récents et qui sortent en Blu-Ray cette erreur est inadmissible. Voilà pourquoi je ne met que 3 étoiles mais je le répète, le film est excellent.
0Commentaire| 32 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,56 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)