undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

3,8 sur 5 étoiles
16
3,8 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:20,23 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 3 novembre 2008
Bon, on ne va pas se la raconter : je suis un vieux fan de Marillion. 20 ans de bons et loyaux services. Donc on pourrait légitimement penser que je suis enclin à une critique partisane positive. D'autant que je précommande tous leurs album depuis qu'ils ont lancé le système.
Ce serait faire fi de l'exigence du "consommateur", même fidèle. D'autant que la concurrence est rude : Neal Morse, IQ, The Flower Kings, The Tangent, entre autres, font partie de mon univers musical. Du progressif de bonne facture, hein ?.
A chaque fois que je précommande, je suis excité comme une puce aux alentours de la date de livraison. Et puis le précieux paquet arrive, bien souvent après une attente impatiente qui ne va que crescendo.
Alors, happiness is the road ?
A la première écoute, j'ai eu l'impression qu'ils nous avaient refait le coup de marillion.com, radiation ou de tout ce qui avait précédé Marbles, après Brave bien entendu. J'avoue que si j'avais du donner mon avis à ce moment-là, ça aurait été Beyrouth. Alors on leur passe tout ? Non, je me souviens de Subterranea de IQ ; j'avais écouté le double cd, puis l'avais rangé, déçu et persuadé qu'on ne m'y reprendrait plus. Et puis je lui ai donné une seconde chance. Depuis Subterranea squatte ma platine...et c'est lui qui m'emmène courir le week-end en bord de Seine.
Je ne suis pas loin de penser qu'Happiness is the road prend le même chemin. Car écoute après écoute (je me suis forcé...au début), cette nouvelle mouture de H et sa bande n'en finit pas de m'enchanter. Ce n'est plus du progressif (qu'ils disent...), mais c'est du grand Marillion, à n'en pas douter.
Je ne suis pas un spécialiste de la technique musicale, donc je ne donnerai que mes impressions : la voix de H est sublime, toujours aussi poignante. Qui en doutait ? La plus grosse surprise pour moi, c'est la présence plus puissante, plus présente de la guitare de sieur Rothery. Enfin ! Car ça commençait à me lasser, un guitariste de cette trempe qui ne faisait plus que "zouing-zouing".
Pour conclure : c'est comme si Marillion avait voulu remettre les pendules à l'heure avec les albums évoqués plus haut. Une sorte de "attendez...revenez...c'est ça qu'on voulait vous jouer !". La claque ! C'est comme un bon camembert : laissez-le couler un peu (dans vos oreilles), sortez une bonne bouteille, du pain (du bon, à un euro vingt...;-)). Dégustez.
11 commentaire| 28 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
OK ! On me rétorquera que l'ère Marillion d'avec Fish est révolue depuis belle lurette... C'est vrai ! Il n'empêche que, sans vouloir faire de comparatif avec le passif du groupe (à quoi bon ?), le plaisir des premières oeuvres de ce groupe allait chaque fois crescendo. Voilà qui m'amène on constat suivant: Depuis Seasons End, premier album de l'ère Steve Hogarth, Marillion joue avec mes émotions comme avec un yoyo. En d'autres termes, mes plaisirs sont plus clairsemés. "Ça s'en va et ça revient, c'est fait de tout petits riens"... Comme disait l'autre. Il est aussi une chose qui n'en finit pas de me surprendre, c'est la cadence infernale à laquelle le groupe publie ses albums (un par an en moyenne... Quand il n'est pas double !). Ceci expliquant peut être cela. Toujours est-il que, si des albums comme "Season's end", Afraid Of Sunlight, l'excellentissime et définitif Anoraknophobia ou le très organique et épuré Somewhere Else avaient tous sû trouver grâce à mes oreilles, ce dernier (double) album ne parvient décidément pas à m'émouvoir.
C'est lent, c'est long, c'est mou (pour certains)... Je n'ai pas envie de vous amenez sur ce terrain là (trop facile). En revanche ! "Happiness..." m'ennuie souvent, et pour la simple raison que ces deux volumes ne semblent tourner qu'autour d'une seule et même personne, celle du chanteur.
Le talent, le métier des musiciens étant ce qu'il est, chacun d'entre eux parvient à colorer, comme il le peut, les délires poêtico Bodelérien de Steve. Ce dernier ayant décidément des tas de choses à exorciser et à dire, il chante... Beaucoup. Il chante, il chante, il chante, chaaaante !! Et puis comme véritablement la plume de H ne se tarie jamais, il ne laisse à aucun moment à l'auditeur le choix de s'installer dans une mélodie puisque aussitôt une autre la supplante.
Au milieu d'un tas de bonnes et belles idées, le tout prend donc la forme d'un véritable "bric à brac" à haute teneur mélan-colique (quand bien même la deuxième galette m'apparaîtrait comme étant la plus accrocheuse). Mais bon sang ! Ou sont les morceaux, les refrains, les vraies mélodies, le fil conducteur dans tout ça ???
La prochaine fois Mr Hogarth, ayez l'amabilité de revoir et de remiser vos... Prétentions. 08/20
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Mais comment ai je pu passer à côté de marillion pendant autant d'année? Après avoir écouté ce groupe dans les années 80 j'ai laché au changement de chanteur. Et l'autre jour, un peu par curiosité, je me suis retrouvé à leur concert à Bordeaux avec rien d'autre que "Lavender" comme titre en tête...
QUELLE CLAQUE! QUEL CONCERT! et QUEL ALBUM! Mieux que fantastique. Hyper introspectif, à la Tinderstick. Envouté pendant 2h de show sans connaitre le moindre titre. Les 20 ans de collaboration entre les 5 musiciens est visible et l'instant est magique. Le chanteur est ultra-charismatique, et l'on ne voit que lui. Bref, comment une scène musicale en pleine recherche peut-elle se passer d'un tel groupe??? Incompréhensible de voir la non médiatisation de Marillion avec des compositions d'une telle envergure.
Certains disent 20 ans de retard. Peut-être pourrait on dire 20 ans d'avance... En tout cas merci pour ce grand moment de rock progressif qui n'est pas sans rappeler quelques grands moments King Crimsonniens.
11 commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 mai 2009
Ancien pilier du renouveau progressif des années 80, Marillion, depuis bientôt 20 ans, s'est engagé sur une voie(x) beaucoup plus pop. L'arrivée du chanteur Steve Hoggard en 88 y a fait pour beaucoup. Deux décennies plus tard le groupe nous offre un somptueux album qui ravira sans aucun doute tous les fans du groupe même ceux de la première heure qui sont restés scotchés à la période Fish. En effet, "Happiness is the road" nous offre les deux facettes de la musique de Marillion et n'hésite pas sur certains morceaux à replonger dans un style plus progressif("Essence" ou encore le fabuleux "Real tears for sale" qui clôt l'album). Cet album là c'est de la poussière d'or. Happiness is Marillion...
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
La voix de H, les arrangements instrumentaux, envoutants et sensuels de Happiness is the Road me hantent encore alors que je viens de terminer le vol.1 Essence. Comme j'en redemande, je suis heureuse de pouvoir prolonger ce plaisir avec le vol.2 the hard shoulder... :°)

Essence se déguste d'un seul trait : ce n'est qu'un seul et long même morceau intense et épuré, porté par la basse précise et extrêmement affutée de Trewavas, en grande forme, et les arpèges et solis délicats, millimétrés, de la guitare de Rothery.
Les claviers, discrets mais à la fois omniprésents dans leur travail de soutien dramatique, posent l'ambiance intense et intimiste de cet extraordinaire opus. Rien à dire niveau percus, qui se font pop, jazzy, latinos..., c'est sublime.
Quant au chant de H., il est impérial : parfois flirtant avec des aigus sensibles, parfois grave, parfois à la limite du murmure, parfois lancinant, parfois emphatique, il se pose en lead-vocal caméléon, acteur/chanteur au service de la musique et des textes, et n'en fait jamais trop.

Bref, on retient son souffle en écoutant le magique Essence, oscillant sans cesse entre mélodies aux accents fragiles et longs crescendos qui prennent aux tripes. Non, vraiment, il faut avoir la sensibilité d'une théière pour ne pas avoir les poils qui se hérissent... !
Le vol.2 The Hard Shoulder est moins cohérent, on sent clairement la transition entre les morceaux, mais il n'y rien à jeter et contient de véritables perles (Asylum Satellite, the Man From Planet Marzipan...).

Pour terminer, je dirais qu'il n'y a rien de démonstratif dans Happiness is the road, rien qui déborde, tant dans le traitement progressif des morceaux que dans le songwriting modèle "grande classe", à faire pâlir d'envie n'importe quelle icône de la pop. Tout est délicat, efficace, intense, fouillé, et intemporel.
Marillion nous offre ici un album d'une richesse incroyable, aux teintes jazz, post-rock, pop, prog, et s'essayant à des trips qui font très Beattles, Beach Boys, et même "Motown" (si, si !), tout en gardant son identité : c'est bien du Marillion !

Rajoutez à ça une prod à faire chialer n'importe quelle enceinte un peu audiophile, et voilà le niveau de réussite atteint par ce CD. ^o^
11 commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 juin 2009
Marillion est le parfait exemple d'un groupe qui poursuit son bonhomme de chemin sans se soucier de l'air du temps. Jugez plutôt le groupe quitte EMI pour mieux prendre son destin en main. Marillion affiche une sérénité sans faille en n'hésitant pas à s'alièner les fans de la période Fish.
De plus le groupe a lancé une souscription à ses fans pour la réalisation de ce double-album avant de le sortir dans le commerce.
Le groupe propose pour le premier CD intitulé "Essence" qui n'est rien d'autre qu'un concept-album.
Les morceaux sont magnifiques, c'est un fabuleux voyage musical que nous convie le groupe emmené par le chant de Steve Hogarth, sa voix au fil des années est devenue plus profonde et plus expressive, elle s'est bonifiée tout au long des albums de Marillion pour atteindre le zénith sur cet opus. Tout est subtil, intemporel et épique. Les arrangements sont sublimes (une écoute au casque s'impose!!!).
Le groupe excelle dans un travail d'orfèvre avec des morceaux comme "This train of my life", "Essence", "Wrapped up in time" et "Nothing fills the hole". L'auditeur sent à chaque note le souci de la recherche grâce aux compos qui s'imbriquent les unes dans les autres.
Tout celà en créant une atmosphère de fond de piano et de tapisseries sonores d'une richesse inouïe. On notera toute la retenue de Steve Rothery dans ses notes qui sont d'une pureté exceptionnelle.
Pete Trewavas avec son jeu tout en rondeur délaissant la basse par occasion pour seconder Rothery avec bonheur à la guitare et que dire du style délié de Ian Mosley à la batterie.
En arrivant au bout de ce premier cd, le morceau "Happiness is the road" est gorgé de feeling avec des subtils touches de reggae avec la chanson cachée qui est un grand moment d'anthologie.
Le deuxième cd s'appelant "the hard shoulder" est tout aussi merveilleux.
La guitare de Rothery est plus bavarde et Marillion devient plus classique mais l'innovation est quand même de mise. Le cd commence avec "thunder fly". Il y a ensuite les deux morceaux pépites. le premier "Asylum satellite" avec des notes et des harmonies floydiennes délivrées par Rothery. Le deuxième "The man from the planet Marzipan" rien que son intro aux synthés de Mark Kelly est un véritable régal. On retiendra à l'instar de Hogarth son évolution aux claviers possède les mêmes qualificatifs.
Marillion se permet de faire du Beatles période "Revolver" sur les morceaux "Older than me" et "Throw me out".
Mention spéciale pour "Especially true" qui est une vision Marillionesque des USA. "Whatever is wrong with you" est un titre bien pêchu idéal pour être jouer en concert et le deuxième cd se conclut sur un bijou s'intitulant "Real tears for sale" trés pop et trés entrainant.
Le résultat est impressionnant Marillion nous délivre une oeuvre riche de diverses influences avec son rock progressif qui n'est plus une forme obligée.
Après les trés bons "Marbles" et "Somewhere else", Marillion nous a pondu "Happiness is the road" qui est un chef-d'oeuvre voire un monument.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 mai 2009
Alors aux vieux nostalgiques de Fish, cet album ne plaira guère....Mais il serait grand temps depuis 20 ans de comprendre que Marillion évolue et que Hoggarth apporte son lyrisme, sa verve qui s'accorde parfaitement aux riffs de Steve R, aux lignes de basses magnifiques de Peter Trevavas et aux harmonies claviers de Mark kelly (Comme l'atteste d'ailleurs lui même FIsh dans une récente interview). La batterie est comme souvent superbement rythmée entre cimballes et toms, grâce à Ian Mosley.
Cet album est grand, superbe, athmosphérique... mais il se mérite, il a besoin de plusieurs ecoutes, comme un vin il est complexe et se dévoile au fil des heures....Essence, dreamy street, this train is my life....c'est tout simplement EXCELLENT. Différent des autres, mais aussi bon. C 'est cela Marillion, d'excellents musiciens (que dire du live at L'olympia de Février 09 qui était magique dans une ambiance que j'ai rarement connue auparavant... Oh quel Out of this world on a eu droit !!!) qui se font plaisirs à jouer ensemble de la musique qui n'appartient qu'eux....Longue vie et vivement un autre Opus et un concert qui permettrait de refaire une passe sur une carrière (Fish et H) riche en musique de qualité.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 avril 2009
Fan de Marillion depuis le début de l'ère Steve Hogarth, j'avoue avoir un peu décroché après 1997 et "This Strange Engine". Je n'avais pas digéré le virage musical de "Radiation" mais pourtant, Marillion est un aimant trop puissant. Ce dernier double album est grand, très grand artistiquement. On y trouve tout ce que Marillion sait faire de mieux : des mélodies imparables, une émotion de tous les instants et la voix de H, toujours magnifique. Bref, vous aimiez Marillion...vous aimerez encore avec ce nouvel abum.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 avril 2013
Cet album nécessite de nombreuses écoutes pour en apprécier toutes les subtilités. La voix de Hogarth est toujours aussi habitée. Mais bon le niveau de Marble n'est pas atteint. Pour les fans pur et dur.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 novembre 2009
Bon album à écouter relax chez soi. En l'écoutant en voiture j'ai trouvé que c'était mou, pas assez rock, dommage pour cela.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

18,78 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)