undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles
11
4,5 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:28,46 €+ 2,49 € expédition
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Un album intimiste et tendu où les influences sont multiples : on peut reconnaître des bouts de TheCure ou de Depeche Mode... mais à la sauce Wilson, identifiable entre mille ! Ses effets Lo-Fi sur les voix et les guitares sont en effet toujours là, ses nappes synthétiques et ses ambiances éthérées et planantes sont également de la partie, plus denses et profondes que jamais (parfois ça vire au "mur du son" avec un impact de folie).
Egalement au rendez-vous, sa façon très psychédélique d'entremêler sons et mélodies, et puis son chant, évidemment, imposant son rythme et sa sombre mélancolie, qui termine de définir l'empreinte sonore de Steven Wilson.
De ce côté là, on est en terrain connu et la personnalité de Wilson transpire dans chaque morceau.

Cependant, ce n'est ni un album de Porcupine Tree, ni un album de Blackfield, ni un album de No-Man... Insurgentes réunit des ingrédients des différents projets de SW, mais y apporte quelque chose de plus : un accent jazz par-ci, une note electro/indus par-là, une référence à un groupe ou un genre de musique jusqu'alors non abordé, le tout tissé de psychédélisme d'une classe folle !

L'effet que me fait d'ailleurs Insurgentes dans sa démarche (et non pas dans son résultat) est le même que le projet Tomahawk de Mike Patton : un compositeur/interprète prend toutes les influences musicales qui l'ont marqué, met le tout dans un shaker, secoue un grand coup, et nous sert un album très varié, très riche, très dense et très "tendu", dont la cohérence est portée par l'univers sonore extrêmement fort du bonhomme...

Enfin, si je ne devais retenir qu'un seul morceau, ce serait : "No Twilight Within The Courts of The Sun" et ses guitares sublimes à la Omar Rodriguez-Lopez, sa montée tout en crescendo basée sur une rythmique basse/batterie à la King Crimson, et soudain, coupure nette et chant de Wilson inhabituel, intense et habité... et puis le passage instrumental psychologique de la 2ème partie du morceau, sa basse et son piano groovy, ses arpèges délicates, et le chœur de voix aériennes m'humidifient les yeux ! Le final, mur du son Porcupinien, est super puissant... :o

En fait, peu d'albums - même de PT - m'ont émue à ce point. J'ai le sentiment que Wilson a monté une marche certaine dans la gestion de l'émotion : Insurgentes est un projet accessible et complexe, touché par la grâce...

NB : A noter que la prod, une fois de plus, est sublime (surtout en 5.1) !
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
L'album solo de Steven Wilson est une expérience assez unique, une sorte de voyage vertical à bord d'un drôle d'ascenseur émotionnel! "Drôle", le mot est d'ailleurs mal choisi, car le-dit ascenseur a plutôt tendance à voguer systématiquement de haut en bas, à l'image de celui d'Angel Heart et de Louis Cipher. Insurgentes est en fait une plongée au cœur des abîmes, une virée aux enfers de l'âme particulièrement saisissante. La musique évoque évidemment certaines œuvres passées de Dark Steven, mais ce premier album solo avait visiblement pour but d'aller plus loin, de creuser, de jouer la profondeur. L'auteur s'y livre donc totalement, chasse ses fantômes et démons sous nos yeux effarés! Nos oreilles, elles, se régalent de ces silences assumés, de ces notes précieuses et absolument maîtrisées, mais elles doivent aussi gérer des secousses saturées aux limites de l'indus et des détours funèbres à vous glacer le sang. Bref, ceux pour qui la musique doit juste être jolie, ceux qui adorent siffloter des menuets, ceux-là doivent impérativement fuir l'album de Steven Wilson. Ceux qui, en revanche, osent aussi Mahler ou Stravinsky, ceux pour qui la musique doit aussi être folie, ceux-là sont les bienvenus au bal des ténèbres!
11 commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 juin 2009
Le premier titre (magnifique) Harmony Korine, résume très bien ce que sera le disque. Quelques notes de guitares égrenées, une voie douce, une atmosphère mélancolique à laquelle Steven Wilson nous a habitué puis, sur le refrain... l'explosion : un son saturé, profond, et une voix haut perchée qui se greffe par dessus. Frissons garantis.
Et tout le long du disque Steven Wilson continue à jouer sur une certaine tension, des contrastes, bien plus qu'il n'a pu le faire avec Porcupine Tree.
Certaines de ses influences explosent ici complètement: on sent notamment celle de Robert Fripp sur ce magnifique solo de guitare dissonant pendant toute la première partie de No Twilight Within The Courts of The Sun (Il y en avait déjà un sur Deadwing, mais bien moins réussi à mon goût). Une montée en puissance toute progressive mais phénoménale pour ouvrir sur le champ écorché de Wilson tel qu'on ne l'avait jamais entendu.
Je pourrais probablement vous faire un commentaire sur chaque chanson, mais écoutez plutôt par vous-même.

De plus, ce disque rassure quant à l'inspiration musicale de l'artiste. Après un Fear of a Blank Planet plaisant mais qui pouvait laisser penser que Steven Wilson n'avançait plus (je pense notamment aux accords de guitare de Sentimental, copiés sur ceux de Trains), on voit finalement ici qu'il n'a rien perdu de son inspiration.

Définitivement, l'un des compacts de Steven Wilson qui me touche le plus.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 mars 2009
Ce que Steven n'a pas pu ou pas voulu exprimer dans ses autres activités parallèles (No-Man, Porcupine Tree, Blackfield, Bass Communion, ...) ou dans ses autres travaux (avec Opeth, Marillion, Fish, Ephrat, ...), il les présente ici dans un univers reconnaissable et surprenant à la fois.
Oui on peut parler de voyage, on ferme les yeux on écoute et on est transporté dans son univers torturé, nostalgique, beau ...
A conseiller aux amateurs de prog en particulier mais aussi à tous les curieux eclectiques et éclairés ! Prenez le ticket et prenez un siège, prenez le temps de découvrir et de déguster les saveurs auditives de cet opus. Vous pourriez être surpris en premier lieu mais emballé ensuite !
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 avril 2009
Fan assez récent de Porcupine Tree et encore plus récent de Blackfield, je me suis jeté sans hésitation dans la découverte de cet album. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que je ne suis pas déçu. Au premier abord, certains morceaux sont assez déroutants, très éloignés de Porcupine Tree, et puis, petit à petit, on se laisse guider dans cet univers très sombre...Une sorte de psychédélisme noir. Mais tout est toujours majestueux chez Steven Wilson, même son désespoir. Alors, un conseil, plongez avec lui !
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 mars 2009
Ma petite métaphore sied parfaitement à ce cher Steven Wilson, cet homme est un arbre, ce qu'il propose est toujours solide, rassurant sur la qualité de son travail, le nombre de collaborations, de projets diverses et variés, de ses nombreux groupes sont autant de feuilles sur un arbre. Et notre chêne ne pliera pas encore cette fois-ci tant son travail emmerveille une fois de plus.
Je suis d'accord avec le commentateur qui dit que steven wilson n'a pas opéré de grands bouleversement dans sa musique , c'est vrai steven n'étonne pas sur cet album, on sait depuis longtemps de quoi il est capable pourtant il continue à nous bluffer et à avancer, c'est du pur wilson en plus introspectif, plus sombre et toujours cette faculté à nous balancer des sons venus de nulle part, des mélodies d'une beauté glaciale et prenante dont on ne peut se tromper sur l'identité de son géniteur.
Moi j'adhère totalement, laissez le temps aux compos de vous absorber, il est vrai que les premiers fans de porcupine tree auront plus de facilité à entrer dans ce disque, peu de grosses guitares, de pop song direct, de morceaux facilement accrocheurs comme sur les derniers porcupine tree, du steven wilson dans ce qu'il a de plus pur et sombre à nous offrir.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 avril 2009
Fan de Porcupine et de Backfield, j'ai été un peu déçu, à première écoute.
Certains titres semblaient moins convaincants que d'autres.
Après plusieurs écoutes, j'apprécie l'ensemble.
La diversité des titres peut desservir les plus "lents".
Mais, ce disque est vraiment très bon et je sais que je l'écouterai de très nombreuses fois avec un plaisir renouvelé.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Bon pas facile d'écrire un commentaire pour ce nouvel opus du prolixe Steven Wilson. Il nous délivre une galette intimiste avec un univers sonore caractéristique marqué de l'empreinte de Porcupine Tree, Blackfield, No Man et autres projets du maître. Donc à la première écoute on a un gout de déjà entendu et pourtant l'album fourmille d'arrangements aux petits oignons qui ne sont pas sans rappeler ce que faisait King Crimson. L'univers est sombre et mélancolique à l'image du booklet que je trouve superbe. La musique est complexe : on oscille entre la ballade et les guitares saturées, les arrangements sont l'oeuvre d'un grand professionnel qui s'est travailler derrière une table de mixage et créer une ambiance. Franchement des albums de cet qualité on en redemande ...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 mars 2009
Chose pour le moins logique : Wilson sort son premier album réellement estampillé Solo, je le pré-commande, m'attendant à une musique sans concession, complètement originale et libérée de ses propres conventions nommées Porcupine Tree, blackfield etc...

Résultat : c'est du Wilson, du très bon, qui va peut-être plus loin qu'avant, soit.

CEPENDANT, malgré les confidences éparses dans les interviews, Où Wilson confiait qu'il avait laissé tout un pan de sa personnalité inexprimée avant ça, je suis sceptique. Je n'ai pas trouvé quoi que ce soi qui n'ait pas été conçu avant. Le son, le mix, les structures progressives des morceaux, de même que l'atmosphère, certes très empreinte de sa patte, sentent le réchauffé. N'ayant pas peur des mots, Cet album solo, c'est du porcupine au micro-onde.

Dans ce cas, pourquoi je lui ai donné quatre étoiles ? Réponse : Il propulse plus loin que tous les autres projets auxquels Steven Wilson a participé. Et en cela, c'est une œuvre impressionnante, où tous les matériaux utilisés jadis sont réemployé mais dans leur état le plus pur, et dans leur cadre le plus intelligent. La construction de l'ensemble est impressionnante, aucun vide, le tout emmène loin, très loin. Vers le haut, par les sonorités oniriques bourrées de nappes de synthés ultra léchées ; mais aussi vers soi, on ne peut que contempler sa propre "adhésion" au monde fascinant de Wilson. On dirait du In Absentia épuré sur grand écran, avec des trains mais sans les autres trucs chiants à coté.

En bref, ne vous attendez pas à quelque chose de super original, Wilson n'atteignant pas un degré supérieur dans sa composition... mais n'est-il pas déjà au sommet de son art?
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 mars 2009
Décrire cet album de Steve Wilson, ce n'est pas l'exercice le plus facile à faire !
D'autres commentaires le font très bien, et résument parfaitement ce que je pense de cet opus. J'ajouterai juste que cet album va servir certainement de charnière entre un 'très abordable' FOABP et un nouveau PTree, et permettre à Steve d'aller encore plus loin. Car il va loin le bougre, et de plus en plus. Alors il faut suivre, et de plus en plus de fans suivent, c'est bon signe. Revenons à cet album solo, l'ambiance est certes sombre, mais pas trop finalement, il y a de très belles mélodies, des arrangements superbes, et Gavin est là pour remettre tout le monde dans le droit chemin, des fois que ça s'égare en chemin..... Steve explore son univers, il distille comme personne les accords de piano et de guitare, en fait cet album pourrait n'être qu'un morceau, si on excepte la petite fantaisie de son intro sur un morceau à la guitare un peu 'dissonnante'. Moi j'adore, pour les fans de PTRee, rassurez vous, certains morceaux sont bluffants de ressemblance.
Pour tous les autres, ouvrez cet opus et ne le lâchez plus, il vous envoûtera jusqu'à mettre vos petits neuronnes à l'épreuve , mais que c'est bon. Finalement je suis prêt à encore plus d'intimisme avec la musique de Steve, un piano , une guitare, la voix . Avec son talent comme ciment, c'est toujours très beau et bouleversant. Merci Steve. Maintenant on attend le nouveau PTree et la tournée.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

14,77 €
16,99 €
17,78 €
19,76 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)