undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
4
4,3 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:19,06 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 18 août 2009
Je croyais être resté scotché à une vieille et belle interprétation de Szeryng (1er enregistrement pour les connaisseurs). Et voila, je suis sous le charme de cet enregistrement de Mullova. C'est distingué, fin, et pourtant charpenté et présent. Pas de pathos, tant mieux, le contact avec la musique est plus immédiat. En fait, c'est tout simplement très, très beau. Un vrai plaisir.
0Commentaire| 20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Cet enregistrement des Sonates & Partitas de Bach sur cordes en boyau avec archet baroque marque une date importante dans la carrière de Viktoria Mullova (qui, après avoir été formée à Moscou dans la plus pure tradition soviétique, s'est tournée il y a quelques années vers l'interprétation "à l'ancienne") et il a bien des qualités: dans une prise de son claire et aérée, la violoniste nous propose une interprétation légère et raffinée de ces chefs d'oeuvre: son jeu, d'une remarquable assurance technique, n'est jamais pesant ni démonstratif; l'articulation est très soignée et les coups d'archets sont variés de telle sorte que la monotonie ne s'installe jamais. On a donc ici une lecture très pure et particulièrement maîtrisée.

Pourtant, comparé au premier enregistrement de Sigiswald Kuijken ou bien à celui d'Hélène Schmitt (Volume 1 et Volume 2), quelque chose manque à cet enregistrement. Quoi? L'engagement éperdu et l'émotion, qui sont ici trop bridés: tandis qu'en écoutant Kuijken ou Schmitt l'émotion est immédiate tant on a le sentiment de respirer dans un recueillement absolu avec l'interprète, en écoutant Mullova on reste malheureusement un petit peu à distance. Le meilleur exemple de ce recul se trouve dans la Chaconne, que Mullova allège et clarifie tellement que l'émotion ne parvient à s'épanouir que bien tard, dans les passages les plus évidemment bouleversants.

Ainsi, même s'il permet d'entendre ces oeuvres jouées avec beaucoup de délicatesse et avec une maîtrise technique que n'ont pas toujours les violonistes baroques, cet enregistrement ne me semble pas atteindre les sommets de ceux mentionnés plus haut.
0Commentaire| 19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Cet enregistrement de Viktoria Mullova devait être une réussite majeure. Tous les ingrédients étaient à priori réunis: la technique, l'engagement, la sensibilité, l'instrument baroque (avec la technique appriopriée apprise durant de longues années)...

A l'écoute, aucun de ces ingrédients ne se trouve individuellement démenti. En plus de cela, la prise de son est plus que correcte. Et pourtant cette version est une déception.

Contrairement à certains commentaires, je ne trouve pas que le problème soit un manque de fantaisie et une trop grande intériorité ou retenue. Je pense même que c'est le contraire qui s'est passé: en essayant de charger émotionellement et de varier les phrasés au détriment à la fois de la pulsation naturelle des pièces et du discours, Viktoria Mullova crée un certain vide, qui lui peut donner paradoxalement une impression de sécheresse. Ce défaut est particulièrement gênant dans la première partita mais on le retrouve aussi à des degrés divers tout au long de l'enregistrement.

Cet échec relatif (c'est quand même largement écoutable) prouve pour moi une chose:
La grande difficulté de ces oeuvres n'est pas vraiment dans la virtuosité (en particulier sur instruments baroques) mais plutôt dans l'appropriation de l'oeuvre qui va de pair avec le dévelopement d'un phrasé personnel à la fois en adéquation avec la technique propre de l'interprète et des exigences de l'oeuvre.

Il parait aberrant que la version de Lucy van Dael (figure historique du mouvement baroque mais pas réputée pour sa virtuosité) soit peut-être plus réussie que celle de la grande Viktoria Mullova.

Cela n'enlève rien à ses excellentes sonates pour violon et clavecin de Bach accompagnée de son complice Ottavio Dantone.
33 commentaires| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 mai 2009
Si la perfection existait Viktoria Mullova, dans ces Sonates et Partitas de Bach, l'aurait atteinte.
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)