undrgrnd Cliquez ici Litte Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles
3
4,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:49,90 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Je tempérerais quelque peu les propos de mon prédecesseur, en suggérant que ce que Sviatoslav Richter a gravé pour DG n'est pas ce qu'il a le mieux réussi. Ce bémol vaut également pour son grand rival russe Vladimir Horowitz et également pour Rudolf Serkin.
Peut être que le son très propre et moderne de DG ne convient pas tout à fait à ces trois grands maitres.
Ceci dit c'est Richter qui joue, cela veut dire que le niveau est toujours très très haut.
Cependant on peut préférer certaines gravures des concertos de Beethoven chez RCA (pour le premier) ou Praga (pour le troisième).
Par contre les Schumann enregistrés à cette période sont éblouissants concerto compris.
Une bonne entrée en matière (et pas trop onéreuse) dans l'univers de cet immense pianiste et musicien.
Au curieux d'aller ensuite fouiller pour trouver tel ou tel enregistrement du maitre, plus rare mais peut être plus fidèle au toucher à la fois puissant et tendre de Richter. Je pense notamment à tout ce qu'il a gravé pour la marque soviètique Olympia ou chez Praga, enregistrements qui se font malheureusement de plus en plus rares.
0Commentaire| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 novembre 2009
L'un des plus grands pianistes du 20ème siècle, Sviatoslav Richter (1915-1997) a enregistré 9 albums pour D.G. entre 1956 et 1962. Les 9 disques (en soliste ou en concerto) maintenant disponibles ensemble et, pour la première fois, à un petit prix.

Richter, artiste brillant reste une personnalité énigmatique, son style de vie refusait toute médiatisation ; il domine la scène musicale classique pendant de nombreuses années et maitrise un jeu terriblement "russe" dans presque tous les styles, de Bach aux oeuvres du 20e siècle. Son répertoire touche à l'ensemble de la littérature pour piano, mais il se montre particulièrement remarquable dans ses interprétations de Rachmaninov, de Prokofiev, de Ravel, de Chopin et de Beethoven et paradoxalement de Schubert, faisant ressortir chez ce dernier une profondeur insondable.

Magnifiquement présentés, les albums sont reproduits dans leur pochette d'origine avec la reproduction originale de chaque vinyl sur les CD.

Les bests :

Debussy:
Préludes - Book 1: No. 2, Voiles
Préludes - Book 1: No. 3, Le vent dans la plaine
Préludes - Book 1: No. 5, Les collines d'

Rachmaninov:
Piano Concerto No. 2 in C minor, Op. 18
Warsaw Philharmonic Orchestra, Witold Rowicki

Prelude Op. 32 No. 1 in C major
Prelude Op. 32 No. 2 in B flat minor
Prelude Op. 23 No. 2 in B flat major
Prelude Op. 23 No. 4 in D major
Prelude Op. 23 No. 5 in G minor
Prelude Op. 23 No. 7 in C minor
Prelude Op. 32 No. 12 in G sharp minor

Schubert:
Allegretto in C minor, D915
Ländler in A major

Tchaikovsky:
Piano Concerto No. 1 in B flat minor, Op. 23
Wiener Symphoniker, Herbert von Karajan

Dernier des grands artistes russes de son époque à être autorisé à se produire à l'étrangern un de ses défenseurs (immense pianiste également) Emil Gilels, qui après un triomphe aux États-Unis déclara aux journalistes "Attendez seulement d'entendre Richter!". Il ne sera autorisé à se produire à l'Ouest qu'en mai 1960 à Helsinkiet connaîtra ensuite la célébrité à l'Ouest après une tournée triomphale aux États-Unis fin 1960.

Ce coffret résume bien l'artiste, son jeu et son époque.
11 commentaire| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 mai 2015
Quitte à me répéter, le début des années 60, c'est la meilleure période de Richter. Nous le retrouvons ici, et dans des conditions d'enregistrement enfin à sa mesure, la prodigieuse diversité de son talent, la puissance et le raffinement dans l'expression, qui ne nuisent jamais à la structure profonde de l'œuvre. Les Rachmaninov n'ont pas été égalés. Les quelques Bach sont bien supérieurs à son intégrale ultérieure du Clavier. Schumann a toujours été une musique qui lui allait comme un gant, sans parler des Prokofiev et des Debussy. Aussi bien en studio qu'en récital, un grand moment de piano et ...de musique !
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus