Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici Levy Cloud Drive Photos cliquez_ici. Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles
144
4,4 sur 5 étoiles
Format: Blu-ray|Modifier
Prix:6,59 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Plus qu'un tandem c'est une équipe fidèle et embarquée qui exalte les réminiscences de l'enfance dans tout ce qu'elle a de pur, de dépouillé, d'excusable comme de non excusé... L'exagération au pinacle de l'esprit déjanté de Tim Burton, que son acteur fétiche Johnny Deep joue comme "surjoue" (pour beaucoup) sur le fil d'un rasoir qui jamais ne tranche l'innocence des expressions ou des images, et nous laisse bouche bée. Car toujours elles s'unissent au service d'une réalité qui se fond dans l'irréalisme des scènes qui s'enchainent, pour magnifier les chimères d'un réalisateur mature dont la candeur nous émerveille bien au delà de ses décors contrastés.

Entre grisaille des paysages sombres sous la neige et vivacité des couleurs sucrées, très édulcorées, qui dansent sous les accords de Dany Elfman qui n'a pas son pareil pour scander le claquement des bulles de savons qui explosent en mille feux d'artifice, Tim Burton nous offre encore une fois son univers personnel qui fait mouche..oupah... Cette équipe dont son épouse Héléna Boham Parker fait partie intégrante que ce soit discrètement ou plus effrontément, avec ici L'Arthur des Minimoys en petit gars sensible et pétri de bonnes valeurs qui vont atteindre l'âme endormie et rebelle de Willy Wonka... Car c'est un bonhomme noyé sous ses fontaines de chocolat qui ne le touchent plus, engourdi qu'il est dans ses inventions qu'il ne gère plus pour le plaisir...

Un point de moins que pour Edward aux mains d'argent qui pour moi reste l'étoile la plus scintillante et fantasque de ce que Tim Burton nous a livré dans le genre, tant dans la candeur, l'émotivité, le jeu de rôle mais aussi l'histoire, les valeurs et les répercussions qui ont enrichi mon âme d'enfant...
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Plus qu'un tandem c'est une équipe fidèle et embarquée qui exalte les réminiscences de l'enfance dans tout ce qu'elle a de pur, de dépouillé, d'excusable comme de non excusé... L'exagération au pinacle de l'esprit déjanté de Tim Burton, que son acteur fétiche Johnny Deep joue comme "surjoue" (pour beaucoup) sur le fil d'un rasoir qui jamais ne tranche l'innocence des expressions ou des images, et nous laisse bouche bée. Car toujours elles s'unissent au service d'une réalité qui se fond dans l'irréalisme des scènes qui s'enchainent, pour magnifier les chimères d'un réalisateur mature dont la candeur nous émerveille bien au delà de ses décors contrastés.

Entre grisaille des paysages sombres sous la neige et vivacité des couleurs sucrées, très édulcorées, qui dansent sous les accords de Dany Elfman qui n'a pas son pareil pour scander le claquement des bulles de savons qui explosent en mille feux d'artifice, Tim Burton nous offre encore une fois son univers personnel qui fait mouche..oupah... Cette équipe dont son épouse Héléna Boham Parker fait partie intégrante que ce soit discrètement ou plus effrontément, avec ici L'Arthur des Minimoys en petit gars sensible et pétri de bonnes valeurs qui vont atteindre l'âme endormie et rebelle de Willy Wonka... Car c'est un bonhomme noyé sous ses fontaines de chocolat qui ne le touchent plus, engourdi qu'il est dans ses inventions qu'il ne gère plus pour le plaisir...

Un point de moins que pour Edward aux mains d'argent qui pour moi reste l'étoile la plus scintillante et fantasque de ce que Tim Burton nous a livré dans le genre, tant dans la candeur, l'émotivité, le jeu de rôle mais aussi l'histoire, les valeurs et les répercussions qui ont enrichi mon âme d'enfant...
55 commentaires| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 décembre 2014
"Charlie et la chocolaterie", sorti en 2005 et réalisé par Tim Burton (Le réalisateur de "Sleepy Hollow", "Batman", "Big Fish", "Beetlejuice", "Edward aux mains d'argent", "Frankenweenie" et "Dark Shadows" entre autres...), est une nouvelle adaptation cinématographique du roman du même nom de Roald Dahl après celle sortie en 1971. Ce remake très réussi, et qui remporta un franc succès au cinéma, est un merveilleux conte qui fera rêver aussi bien les petits que les grands! Le film nous raconte les aventures de Charlie, un jeune garçon issu d'une famille aux revenus modestes, qui a gagné le droit, avec quatre autres enfants, de visiter l'usine de chocolat du célèbre et mystérieux Willy Wonka, grâce au ticket doré qu'il a trouvé en achetant une tablette de chocolat. En pénétrant dans l'usine, il va découvrir un monde incroyable et surréaliste, peuplé de drôles de créatures et de gourmandises, et rencontrer enfin Willy Wonka, un personnage loufoque et charismatique à souhait! L'histoire est intéressante à suivre et ne manque pas d'humour ni d'émotion. Encore une fois, Tim Burton nous emporte dans un monde enchanteur et poétique, mais cette fois-ci, cette poésie peut être partagée avec toute la famille. Le film possède des décors magnifiques et colorés ainsi qu'un rythme soutenu, on ne s'ennuie jamais. Il ne faut pas s'attendre à voir des scènes d'action nerveuses et autres morceaux de bravoure spectaculaires, il n'y en a pas, ce film a été fait dans le seul but d'émerveiller le public! Les effets spéciaux sont très réussis et les chansons sont très sympathiques et entraînantes. Le casting est parfait, en particulier Johnny Depp, l'acteur fétiche de Tim Burton, qui est excellent dans le rôle de Willy Wonka, un personnage farfelu et attachant à souhait! C'est clairement lui l'atout majeur du film! Le reste du casting n'est pas mal non plus, on notera également la présence du jeune Freddy Highmore, Helena Bonham Carter, Noah Taylor et de Christopher Lee. Bref, sans être le meilleur ni le plus beau film de Tim Burton, "Charlie et la chocolaterie" est un conte magnifique qui comblera toute la famille. Un divertissement efficace, drôle et émouvant à voir absolument!

Le blu-ray offre une superbe qualité d'image, digne du support HD. Les couleurs sont belles et l'image est très propre et nette. Rien à dire, c'est bien mieux que le DVD et vraiment pas mal pour un film de 9 ans! Au niveau du son, la VF est proposée en 5.1 DD, comme sur le DVD. Si ce son est de bonne qualité, on aurait quand même préféré avoir le 5.1 Dolby True HD de la VO.

En bref, ce remake de "Charlie et la chocolaterie" par Tim Burton est une vraie réussite! Un conte très beau qui réveillera l'âme d'enfant qui sommeille en chacun de nous. Aussi bien les petits que les grands seront transportés par cet univers où le chocolat et autres confiseries sont omniprésents! Le film contient tout ce qu'il faut pour passer un agréable moment en famille devant la télévision : Une histoire très belle avec une belle morale, des décors et costumes vraiment superbes, un rythme soutenu, des effets spéciaux très spectaculaires, un casting impeccable, de l'humour et beaucoup d'émotion. Un excellent divertissement qui comblera un large public. Le blu-ray est de bonne qualité. Un achat sûr.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 avril 2006
Etant fan de Tim Burton, je n'ai pu passer à côté de Charlie et la chocolaterie...Tim Burton/Roald Dahl (l'auteur du livre) est un bon mélange, ils ont un même état d'esprit, cela donne quelquechose de décalé et drôle! Les musiques y sont vraiment entrainantes et encore une fois drôles, pas cucul/gnangnan du tout...On chante, on rit , on verse sa p'tite larme, bref je ne m'en lasse pas!
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 juillet 2015
Je ne fais pas de commentaire sur le film c'est 5/5. La c'est l'édition qui mérite un jugement, le boitier est splendide en forme de tablette de chocolat et son ticket d'or, il colle bien au film, bravo c'est bien vu. Certains vont encore râler pour la bande son VF qui reste hélas en DD 5.1 et non en HD, je les comprends et suis d'accord avec eux, mais bon on est en France, ne pas l'oublier, Warner connait très bien le marché ringard de notre pays encore au DVD en majorité, donc logique, fallait pas s'attendre à autre chose. J’achèterai cette édition rien que pour le packaging très réussi.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 avril 2007
Il me semblait bien difficile de parvenir à restituer l''univers si admirablement suggéré par la magnifique plume de Roald Dahl dans son livre tout en magie et en poésie.

En visionnant ce film, force est de constater que Tim Burton a largement été à la hauteur du texte en veillant de plus à une respectable fidélité.

La bien singulière personnalité de M. Wonka qui prend, dans le livre, un côté de plus en plus troublant est ici largement entretenue et exploitée par l''excellente interprétation de Johnny Depp. Un personnage assez inaccessible qui évolue obscurément au cours de l''histoire sans pour autant dévoiler ses aspirations profondes ce qui laisse aussi au spectateur le choix de sa propre interprétation.

Les enfants autour de Charlie, heureux lauréats aux personnalités bien disparates et fort peu sympathiques, sont on ne peut plus méprisables. Tim Burton les ridiculise avec délectation.

Une adaptation magique emplie de poésie, tout autant que peut l''être le livre. Du grand art !

Un véritable bonheur à partager petits et grands.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 août 2015
Le steelbook est très bien pensé il reprend le ticket d'or du film cependant pas de cadre ni de débossage et d'embossage un peu dommage. Concernant le film c'est simple ils ont juste repri l'édition des anciens bluray amaray avec une simple vf en dolby digital 5.1. La qualitée de l'image n'a pas de changement aussi.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 octobre 2015
While Tim Burton was marrying Johnny Depp to a corpse in the most lurid and lascivious funeral wedding he could imagine, he was working in a bath of chocolate with five children, three boys and two girls accompanied by one parent each, two fathers, two mothers and one grandfather, Charlie’s. The game, the lottery, the sweepstake of this film is nothing but the visit of a chocolate factory worked only by machines and we will discover later a new species of brownish humans who are all, absolutely all midgets, though we can never be sure with Tim Burton. Maybe their shrunken state is nothing but a visual special effect.

This film settles accounts with the industrial world seen as pure exploitation of workers as long as they cannot be replaced by machines and then of machines as long as they can work as well as or slightly better than men, knowing that machines cannot go on strike and cannot steal industrial secrets and industrial property to sell them to competitors. We live in a horrible world, don’t we? At the same time he comes to terms with the industrial folly of some entrepreneurs, those who have a lot of enterprising spirit, even if at times that entrepreneurship sounds like the undertaking of workers by undertakers six feet under.

And a whole city can live at times on only one or two factories of this type and it will die if modern technology enables the boss, the owner, the industrialist, the master to get rid of all his slaves. And the film shows that contrast between the rich and powerful on one foot and the poor and closely-knit families on the other foot, by setting one of these families, with a son, a father and a mother, two grandfathers and two grandmothers, in a derelict house, a slum indeed, in a piece a wasteland on the margin, border or outskirt of the main city built around the famous chocolate factory.

After settling his own social vision that will develop all along, Tim Burton has to settle some personal accounts with fathers. I will overlook the national accounts against Germans, Bristishers and some others. Charlie is lucky because he has two loving parents and four loving grandparents. But Charlie is Tim Burton’s dream of a family and this dream is here so much attached to poverty in financial and material means that we doubt Tim Burton has ever experienced the warmth and richness of this family in heartfelt emotions, empathy and plain love. We may even think it is too much on both sides: a caricature? Maybe. But Charlie Bucket is the happiest child in the world who is loved by six people and loves the very same six people. No way for Mr. Willy Wonka to take that child away from his parents and his family. Charlie flatly refuses to follow Willy Wonka and take over the factory if he cannot take his family along.

But to make sure we understand the message against fathers and eventually for fathers, Tim Burton provides Willy Wonka with a dentist of a father who is a monster of cold dentistry and technology for the hygiene of his son’s teeth. The child is tortured with hygienic and orthopedic dentistry or just as much hygienic dental orthopedics which sounds like some squarely angular Police Department of tooth cavities. The child, Mr. Willy Wonka, will make his life and fortune in sweets and chocolates to pester, spite and reject his father who had never loved him with sweetness and honey pie affection.

And Tim Burton will arrange an ending that will reconcile the two father and son enemies. But that’s for you to see how.

Then to say something of the factory itself, it is a paradise of all kinds of sweet delicious pleasures and sights managed by the little brown midgets who can do everything from taking care of the parks and gardens, of the machines and robots, but also of the music and dances. We have thus a ballet of special effects to select the winner out of five. Easy task! One is a glutton and as such he will take a bath in the chocolate river and end up in a chocolate bar. Another one is a vain little girl whose vanity will cost her a happy swelling future, as big as an enormous balloon full of the hot air of her vanity. The third one is a vindictive boy who can only attack, assault and aggress anyone, Mr. Willy Wonka among others, and he will end up flattened down to the thickness of a sheet of paper, and slightly elongated. The fourth one is a girl and she is so spoilt that she requests, demands and orders her father to provide her with anything she suddenly wants. She just went too far and decided to take one of the trained nut-cracking squirrels of the factory who will find her to be a bad nut and she will end down more than up with her father down under in the garbage hole.

Only Charlie and his grandfather will survive the tests because he is polite, intelligent and empathetic. He understands the suffering of our Mr. Willy Wonka but he refuses to patronize him and he answers his authoritarian paternalism with a negative answer and after a while he accepts to be the go-between with Mr. Willy Wonka’s unsatisfied and dissatisfied past. And that was a biting decision to take because how could he have trusted such a frustrated and miserable man who did not know his father loved him though this father had never said, expressed or told him so.

So pick your handkerchief young boys and young girls, and older ones too, and shed a tear or two on poor Mr. Willy Wonka saved from perdition by a boy under ten. He sure deserves the chocolate factory. God bless the child! Yet that is not really necessary because the child has been blessed by himself and his selfish character.

Dr Jacques COULARDEAU
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 avril 2016
Acheté comme cadeau pour ma famille en Australie.
Le DVD ne marche pas à la lecture sur un lecteur DVD BluRay (à savoir que l'Australie et l'Europe font partie du même code).
Je tente alors mon ordinateur, pour ensuite brancher l'ordinateur à la télévision pour qu'ils puissent au moins en profiter une fois... Le DVD n'est même pas détecté...

Payer un Blu Ray (et non un DVD) pour s'assurer qu'il puisse être lu ici et payer en prime des frais de port qui sont, qui plus est, bien plus élevé étant donné le lieu de livraison, je suis ravie !

Sinon bien évidemment je connais le film qui est une merveille et le packaging est assez original. Dommage que personne ne puisse en profiter ! (La jackette en anglais, le DVD écrit en espagnol + le derrière du DVD en français me font me demander d'où vient ce Blu Ray finalement ?)
11 commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 avril 2010
D'ordinaire peu fan de Johnny Depp ou Tim Burton, je me suis risquée à aller voir ce film au cinema.
Et là, j'ai été séduite.
Par l'histoire, les décors, les personnages, les couleurs, le côté totalement fou ...bref, ce film m'a plu!
Dédicace spéciale aux chansons, hilarantes. Cela m'a fait changer d'opinion sur l'acteur et le réalisateur.
A voir, revoir, sans modération !
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus