undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

  • Coda
  • Commentaires client

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
19
4,3 sur 5 étoiles
Format: Téléchargement MP3|Modifier
Prix:10,32 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Deux ans après la mort de John Henry Bonham, décès qui mis fin à la carrière extraordinaire de Led Zeppelin, James Patrick Page se décida à fouiller dans ses tiroirs remplis de bandes pour en extirper les quelques pépites qui figurent sur ce disque.
Ces chutes vont du III à Presence, des titres qui auraient mérité de figurer sur nimporte lequels de ces albums, de "We're Gonna Groove" à "Ozone Baby" du trépidant "Darlene" à l'invincible "Wearing And Tearing", tous ces titres emmené tambour battant par la frappe lourde mais toujours sur le qui vive de Bonzo, des titres qui nous feront regretter une fois de plus la fin du grand dirigeable.
Avec une perle, "I can't Quite you Babe", enregistré lors d'un "sound check", une version d'apocalypse, brute et sans floriture, un peu bancale mais tellement spontanée, une version terrible digne d'un des trois meilleurs groupes de scène de tous les temps, et cette version elle valait à l'époque plus que tout "The Songs Remains The Same".
Heureusement que "How the West has Won" et the "BBC Sessions" sont sortis depuis.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 août 2003
sorti deux ans après la mort de John Bonham, Coda est un court album d'inédits et de versions live rares. Page, qui a produit l'album, voulait rendre hommage à son batteur en mixant l'instrument très en avant. Mais au-delà du phénoménal tour de force qu'est "bonzo's montreux", un solo construit, musical et arrangé, d'autres compos sont superbes. "Darlene" est une sorte de single en puissance, avec un piano sautillant ; "wearing and tearing" est le morceau le plus heavy jamais sorti de led zep ; "poor tom" rappelle la finesse de led zep III...
Bref, ça valait le coup de sortir ces bandes des archives, ce que Jimmy Page sait très bien faire (cf "how the west was won")!
0Commentaire| 43 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Led Zeppelin sortira un album franchement en-dessous de tout en 1979 (IN THROUGH THE OUT DOOR), puis John Bonham (devenu alcoolique lourd et cocaïnomane compulsif) décédera de ses excès, mettant un terme à l’aventure Led Zeppelin. Ses anciens comparses, qui savaient quel batteur irremplaçable il était, ne se reformeront jamais (seuls trois concerts verront Page/Plant/Jones reprendre les armes ensembles).
Paru dans le but de rassasier les fans et de contrer les bootleggers à l’affût, CODA est une compilation de chutes de studio. Ironiquement, et cas très rare, celle-ci est largement supérieure à leur dernier album. Et encore plus drôle : les trois chansons datant de l’enregistrement du susnommé dernier disque sont bien meilleures que toutes celles qui figurent dessus ! Ainsi, WEARING AND TEARING est un vrai canon qui retrouve et compulse les riffs et l’énergie de PRESENCE, OZONE BABY aurait pu devenir le hit qui manquait à l’album, et DARLENE est un brûlot rock n’roll qui aurait bien booster l’affaire… De plus, CODA offre le plaisir de retrouver Led Zep à la grande époque 69-72 (WE'RE GONNA GROOVE, POOR TOM, WALTER'S WALK) et trouve même moyen de rendre les honneurs à Bonham, le temps d’un BONZO'S MONTREUX tout en solos. A avoir absolument.
Tops : WEARING AND TEARING, OZONE BABY, DARLENE, WE'RE GONNA GROOVE, WALTER'S WALK
0Commentaire| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 mars 2014
Le premier album était le Led Zeppelin I, le dernier sera ''Coda'', c'est l'alpha et l'oméga pour l'un des plus grands groupes de l'histoire du rock qui devient un mythe. Faire un album complet avec des chutes de studio, qui pourrait très bien être un album à part entière, en dit long sur la qualité et l'inspiration de ce qui unissait Page, Plant, Jones et Bonham. Le premier titre, ''Were gonna groove'' est une reprise géniale, un titre puissant qui ouvre l'album comme ''immigrant song'' ouvrait Led Zeppelin III. Puis une version livre de ''I can quite you babe'', peut-être meilleure que la version studio du premier album... Puis un titre folk remarquable, ''Poor Tom'', dont on a peine à croire qu'il ait été exclu des albums précédents. De nouveau un titre rock puissant, ''Walter's Walk'', de l'époque de Houses of the holy... Et la suite repose essentiellement sur les titres abandonnés de In through the outdoor: certains fans, demeurés attachés à leur vision originelle du groupe vont jusqu'à estimer ces titres bien meilleurs que ceux retenus pour le dernier album ! Ils sont certes très ''zeppeliniens'' (Wearing & Tearing'', ''Darlene'', ''Ozone Baby''). On peut même entendre un fabuleux instrumental de batterie : ''Bonzo's Montreux''.
Un album qu'on écoute avec un sentiment ambiguë : la joie amère de découvrir des titres inédits merveilleux... qui seraient restés méconnus si le groupe n'avait pas disparu...
0Commentaire| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
La compilation des restes de Led Zeppelin augmentée à l'occasion de la série des "ulimate remasters" ? Une bonne occasion pour replonger dans la musique du plus grand groupe de hard rock de tous les temps.
On commencera à regarder l'objet, très classe dans son étui cartonné rappelant les bons vieux vinyles d'antan, tout en se demandant le pourquoi de trois galettes si courtes. Ok, séparer l'album initialement sorti des bonus en lui réservant sa propre entité est une bonne idée même si Coda ne dure que 33 petites minutes, mais pourquoi deux disques bonus quand leur temps total n'est que de 64 minutes ? Pour faire riche en espérant que les potentiels acheteurs ne sachent pas additionner les minutes ? Pour séparer ce qui aurait pu être sur Coda de ce qui n'a jamais été même considéré ? Simplement pour suivre la même sélection que l'édition de cire noire sortie conjointement ? Une autre raison que le mystique Jimmy Page aurait sorti de son chapeau ? On se questionne sans vraiment jamais trouver la réponse mais, franchement, on ne voit pas...
Evidemment, l'intérêt de tout ceci est ailleurs, dans la façon dont la musique déjà connue est proposée avec un son plus beau, plus actuel sensé dépasser même celui du support d'époque, en fait juste un peu plus puissant, plus en basse et en volume avec tout de même un spectre élargi permettant de goûter les performances du quatuor avec encore plus de confort et de précision. Comparé à la précédente édition cd, la première, expédiée sans l'avis du groupe était une disgrâce, on préfère l'oublier, c'est un gain qui vaudra surtout sur les équipements audiophiles. Et la musique, vous demanderez-vous... On connaissait déjà Coda conçu originellement pour contrecarrer les très nombreux bootlegs live et studio circulant du matériel d'un groupe désormais défunt (pour les tristes raisons que l'on sait), mélange de chutes de studio et d'extraits live dont le fameux Bonzo's Montreux en hommage au grand disparu, on découvre 15 pistes supplémentaires allant de l'offre explicative de ce qui fut accompli (mix en progrès, alternatifs ou pas tout à fait encore dégrossis), aux inédits que proposait déjà la premier bon remaster (celui de 1998, 4 titres au total, tous d'excellente tenue), enfin à ceux qu'on n'avait pas encore eu l'occasion d'entendre (sauf si on avait un bootleg sur lequel, etc.) et qui, sans jamais surprendre, parce qu'on connaît toutes les cordes du groupe du hard rock au blues en passant par la folk ou des tentations progressives et world, contentera largement le fan. On citera, pour l'exemple, les deux titres enregistrés par le Bombay Orchestra, Friends et Four Hands, fournissant la version raga que le groupe se fera une joie de compléter ou d'amender ses troisièmes et quatrièmes albums. Tout n'est pas aussi exotique mais rien, parce qu'il y a l'archiviste en chef (Jimmy !) aux commandes et qu'il sait ce qu'il veut laisser à la postérité.
Outre un format fantaisiste faisant privilégier la version dématérialisée à celle du support physique quand on en vient à vouloir l'écouter (en FLAC maison, ça le fait ! Mais présentement, avec l'audio-rip Amazon, vous n'aurez que du MP3, na !), ce Coda réinventé est une excellente nouvelle pour ceux qui en veulent toujours plus de cet immense groupe que fut Led Zeppelin, une constante de la série des Deluxe du groupe mais probablement le plus consistant du lot, et avec la qualité, évidemment ! Et donc ? Recommandé, bien-sûr !

CD 1 - Original Album
1. We're Gonna Groove 2:37
2. Poor Tom 3:02
3. I Can't Quit You Baby 4:18
4. Walter's Walk 4:31
5. Ozone Baby 3:36
6. Darlene 5:06
7. Bonzo's Montreux 4:22
8. Wearing and Tearing 5:27

CD 2 - Bonus
1. We're Gonna Groove (Alternate Mix) 2:40
2. If It Keeps On Raining (Rough Mix) 4:11
3. Bonzo's Montreux (Mix Construction in Progress) 4:57
4. Baby Come On Home 4:30
5. Sugar Mama (Mix) 2:50
6. Poor Tom (Instrumental Mix) 2:16
7. Travelling Riverside Blues (BBC Session) 5:08
8. Hey, Hey, What Can I Do 3:52

CD 3 - Bonus
1. Four Hands (Four Sticks) (Bombay Orchestra) 4:43
2. Friends (Bombay Orchestra) 4:25
3. St. Tristan's Sword (Rough Mix) 5:40
4. Desire (The Wanton Song) (Rough Mix) 4:08
5. Bring It On Home (Rough Mix) 2:32
6. Walter's Walk (Rough Mix) 3:18
7. Everybody Makes It Through (In the Light) (Rough Mix) 8:31

John Bonham ' drums, percussion
John Paul Jones ' bass guitar, piano, keyboards
Jimmy Page ' acoustic and electric guitars, electronic treatments
Robert Plant ' lead vocals, harmonica
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce commentaire porte exclusivement sur la réédition de cet album, sous la forme de l'édition "DeLuxe 3 CDs" de 2015.
La présentation du produit fournie par amazon.fr donne les détails de la génèse de cet album, le dernier "enregistré en studio" de ce groupe qui pendant plusieurs années au cours des années 1970 a occupé la place de plus grand groupe de rock du monde et qui s'est séparé après le décès de son phénoménal et indépassable batteur John BONHAM en 1980. 'Coda' fut accueilli diversement tant par la critique que par le public "rock", par encore habitué au reconditionnement permanent et systématique de vieux enregistrements plus ou moins inédits qui est aujourd'hui la norme. Dans le cas de Led Zeppelin, à l'époque, le message officiel, rappelons-le, c'est qu'il y avait peu ou pas de chutes de studio (outtakes), tout étant amélioré et utilisé au fur et à mesure quitte à publier un double album. Pas de déchet. 'Coda' fut donc une surprise en 1982. Que dire alors de la série de rééditions "DeLuxe" et de toutes ses versions de travail ajoutées par Jimmy PAGE à chaque album studio réédité en 2014-2015 ? A fortiori, que dire face à un 'Coda', à l'origine un quasi "mini LP" de par sa durée d'écoute, qui se voit transformé en triple CD !?
D'abord que la somme des trois CD offre un temps total d'écoute de 100 minutes environ, soit de quoi remplir un CD et quart. Le premier CD garde le découpage et le programme du 'Coda' original, déjà abondamment commenté par ailleurs. Les deux autres forment une finalement séduisante "voiture balai" des rééditions "DeLuxe" qui précèdent celles de 'Coda'.
Le CD2 présente plusieurs versions alternatives de chansons du CD1 (comme ula version instrumentale de 'Poor Tom', et quelques inédits tels qu'un 'Baby Come On Home' très R&B, rendu particulièrement "churchy" par l'orgue qui l'accompagne. Il intègre également la version de 'Travelling Riverside Blues'. Pour être agréable, la version de travail de 'When The Levee Breaks' n'a pas le jeu de batterie légendaire de la version de référence (qui m'évoquera toujours une espèce de mammouth dotée de swing), 'Bonzo's Montreux' a reçu un peu moins de traficotage en studio que la version du 'Coda' originale.
Le CD3 nous transporte tout d'abord à Mumbai (ex Bombay) pour des sessions mythiques que Led Zeppelin y avait tenues mais qui furent abandonnées. Pour 'Friends', il y a même un conducteur voix de Robert Plant. L'instrumental 'St. Tristan's Sword' nous fait hésiter : jam en studio, répétition ? 'Desire' se présente en version très allégée, à l'inverse des versions sauvages et féroces de 'Bring It On Home' et de 'Walter's Walk'. Le final 'Everybody Makes It Through' est tout juste à mi chemin de ce qui allait devenir 'In The Light'.
Rangés dans une pochette en carton qui s'ouvre en trois volets, accompagnés d'un livret de 18 pages avec photographies (N&B et couleurs) et crédits des enregistrements (qui s'étendent sur une dizaine d'années), ces CD composés de bric et de broc mais au son techniquement impeccable s'adressent bien entendu en priorité aux fans de Led Zeppelin.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 décembre 2015
Ne serait-ce que pour les versions de Four Sticks et Friends enregistrées en 72 à Bombay, l'achat est justifié!
comme tous les autres coffrets, finition exemplaire, relief sur le mot "Coda", superbe livret, merci M. Page pour ces rééditions!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 décembre 2015
super coffret correspond a mes attentes, surtout le pack super deluxe. prix correcte pour ce pack. encore viva led zeppelin!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 septembre 2015
et oui ,les "inédits" tant attendu ne sont pas légion dans ce dernier "remasterage"...excepté "sugar mama",tout le reste était déjà plus ou moins connu et les versions "bombay" sont déjà sorties sur l'album "no quater"!donc,pour de l'inédit on repassera! je me souviens d'une interview de jimmy page paru dans best ou rock &folk a la sortie de "coda" en novembre 1982 qui disait qu'avec cet album ,il n'y avait plus rien à attendre de nouveau sur le "zep" ,car tout était sur les disques...et voilà que 33 ans après,comme par enchantement ,il nous retrouve tout plein de nouveautés...qui en fait ne sont que les versions de travail des chansons que nous connaissons tous...alors es ce réellement pour les fans ,ou pour le porte monnaie de mr page? ,
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 septembre 2015
Là il y a VRAIMENT des inédits contrairement au reste des réeditions,a part le live à Paris du premier.Trois cd qui n'en font que deux au temps.Mais c vraiment bien.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)