undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
11
4,3 sur 5 étoiles
Format: Téléchargement MP3|Modifier
Prix:5,49 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Le portrait de Bill Evans sur la pochette est austère, c'est le moins qu'on puisse dire... Son esthétique, aussi musicale, aussi lumineuse et lyrique soit-elle, l’est tout autant. Il faut se faire l’oreille, et si vous êtes nouveau dans le jazz, prendre le temps et réécouter ce disque qui vous deviendra indispensable. Dans le monde du jazz, Portrait in Jazz est une borne, un repère. A l'écoute de ce disque à la fois confidentiel et intimiste, l'art du pianiste prend par ailleurs tout son sens (son essor, son épanouissement), même si d’aucuns diront que l’art de Bill Evans s’est davantage épanoui au cours de la décennie suivante. Il s'agit bien sûr du premier enregistrement studio avec « LA » rythmique de rêve (Scott LaFaro à la contrebasse et Paul Motian à la batterie)...

Nous sommes en décembre 1959, soit quelques mois après la session légendaire de Miles (Kind of Blue). C'est aussi à cette époque que les premières lettres de noblesse furent écrites dans la formule reine du jazz (le trio de piano/contrebasse/batterie). Ce trio, c’est bien entendu la quintessence du trio jazz. Suivront trois pépites absolument indispensables, tout aussi indispensables que ce Portrait in Jazz : Explorations (gravé en février 1961, puis le diptyque capté au Village Vanguard, Waltz for Debby et Sunday at the Village Vanguard en juin 1961.

Bien sûr, il y eut d'autres pianistes et d'autres trios tout aussi remarquables à cette époque. Je songe notamment à ceux de Lennie Tristano et d'Ahmad Jamal ou encore à celui d'Oscar Peterson. Mais Bill Evans allait bouleverser le format en ce sens qu'un collectif ne se réduisait plus à un pianiste accompagné d'un contrebassiste et d'un batteur, mais de trois musiciens, trois voix, trois interlocuteurs s'intégrant parfaitement dans un triangle parfaitement équilatéral. La place tenue par Scott LaFaro est à ce point singulière. Quant à Paul Motian, batteur fin et coloriste, l'on sait la grande carrière qu'il eut par la suite...

Par ailleurs, il est bon de rappeler que ce trio historique a influencé des générations de pianiste, de Keith Jarrett à Herbie Hancock en passant par Michel Petrucciani, Chick Corea, Fred Hersch ou encore Kenny Werner). Le lyrisme, la sensibilité à fleur de peau, l'écriture et l'interprétation des thèmes sont à ce point inouïs (versions atemporelles de « When I Fall In Love » et « What Is This Thing Called Love? », deux versions carrément surprenantes). On retrouve bien sûr « Blue In Green » (thème sublime et inoubliable, immortalisé lors de la fameuse session de Kind Of Blue), « Autumn Leaves » (les feuilles mortes) et enfin le magnifique « Someday My Prince Will Come » qui deviendra le titre même d'un album de Miles...

Quant à Orin Keepnews, le producteur qui a inspiré le pianiste pour un titre sous forme d'anagramme (« Re: Person I Knew » et dont on peut trouver une merveilleuse version ici...), il est l'heureux instigateur de cette réédition de luxe parue chez Riverside et qu'il ne faut surtout pas manquer. N'ayons pas peur des mots: plus de quarante ans après les faits, l'ex-boss du label légendaire fait montre de talent et d'inspiration. La remastérisation est parfaite mettant en valeur chaque instrument (clarté et sonorité inouïes), les notes de pochette originales sont lisibles et donnent pas mal de renseignements.

Dans le livret sont inclues de nouvelles photos, toutes tirées de la session, ainsi que de nouvelles indications sur cet enregistrement mythique... On y apprend par exemple que la paternité de « Blue In Green » revient non pas à Miles mais bien à Bill Evans. Un soir, le sorcier noir demanda au pianiste de composer un morceau en Do mineur et en Sol Majeur. Ce n'étaient là que les seules indications. Bill y a travaillé toute la nuit (lors de la session légendaire) et rapporta ce thème inoubliable. Aussi, l'excellente idée de cette réédition, c'est de trouver les prises alternatives tout à fin de la galette, ce qui ne gâche pas l'écoute. Avec de pareilles sonorités merveilleusement restituées, l'auditeur prend alors toute la mesure de ce chef-d'oeuvre atemporel et forcément inoubliable.

______________________________________________________________________

Un conseil : évitez certaines éditions au rabais, procurez-vous donc l'édition « Keepnews Collection » (publiée par le label Riverside en 2009). Cette édition Riverside Keepnews (Fantasy Record sur le site amazon) est celle qu'il faut privilégier car elle est superbement remastérisée (et parce que y sont inclus les notes de livret originales ainsi que de nouveaux commentaires par le producteur de cette session historique).
11 commentaire| 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Cet album est celui paru en version originale chez Riverside, issu de sessions enregistrées à New York le 28 décembre 1959. La notice indique que les prises ont été réalisées juste avant l'avènement de la stéréo. La remastérisation excellente ne pervertit pas la qualité technique, notamment dans "Autum leaves" laissé en mono.
Sur le fond, une évidence, ces titres sont à la source de générations de jazzmen. Le format trio donne à la fois un caractère intimiste en dans le même temps une portée accrue aux trois solistes que les différents morceaux mettent à l'honneur. Que dire du piano de Bill Evans, sinon que dans ces prises, il se révèle extraordinaire, disons le génial. A la basse Scott Lafaro fait des prodiges en compagnie d'une rythmique fabuleuse de Paul Motian.
Loin de toute exégèse jazzistique pointue, mon audition est celle d'un amateur qui apprécie au plus haut point ces mélodies superbes, intemporelles. Placez simplement le cd dans votre lecteur et laissez opérer la magie. Dès les premières notes la tonalité suave est donnée. Le point d'orgue est à chaque page. Evidemment "Autum leaves", célébrissime, vient compléter les prises originales.
Un disque indispensable dans la cdthèque jazz.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 avril 2007
Amateurs de piano et de jazz, achetez-le vite ! Le grand Bill Evans dévoile ici son talent ainsi que celui de tout le trio. Pour moi c'est une des plus belles oeuvres d'Evans, toutes les morceaux sont bons mais j'ai vraiment adoré Autumn Leaves, mais écoutez-le vous verrez !

Certains critiqueront la facilité technique des morceaux du pianiste mais

ici ce n'est pas cela qui compte mais la beauté des improvisations !
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 avril 2015
Amateurs de jazz, faîte gaffe, l'édition à privilégier est celle avec le bandeau rouge avec l'inscription Stéréo. C'est l'édition d'Orin Keepnews, qui vient de nous quitter cette année. RIP. Pour le reste inutile de revenir sur ce qui a été dit, ça l'a été admirablement fait par Guillaume Belhomme (chronique amazon) et par bien d'autres amateurs. Un must 5 étoiles largement mérité. Mais encore une fois, attention à toutes ces éditions qui pullulent sur le marché et qui ne font pas honneur au disque en question (même chose pour le Full House de Wes Montgomery par exemple).
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 août 2014
Musicalement, c'est impeccable, Bill Evans, c'est du grand piano et son trio touche à la perfection.
Par contre question info, cette edition Hallmark est archi nulle ! Aucune notes de pochette, sans compter les musiciens qui ne sont même pas crédités ! Une honte.
Alors c'est vrai que ce n'est pas cher, mais je vais le racheter pour quelques euros de plus....mais dans sa version Riverside.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 avril 2014
Quand on aime , on reste sans voix ou sans mot

Bill reste ; malgres quelques jeunes pousses parmi le Panthéon surtout dans son style ( j'aime aussi le lyrisme de Keith , l(exubérance d e Thélionus , la profondeur de Steve ,
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 décembre 2015
Pas vraiment le meilleur de Bill Evans mais un CD qui se laisse écouter tout de même avec un certain plaisir.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 janvier 2011
Excellent album.
Si vous avez la chance de posséder une platine vinyle, vous aurez alors l'avantage de vous croire dans un piano bar.
Quoi qu'il en soit, je recommande vivement cet album.
Une référence de Bill Evans.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 août 2014
La boîte du premier CD commandé est arrivée très abîmée (packaging inapproprié)
Un nouveau CD a aussitôt été envoyé par le vendeur, sans sollicitation, et a été reçu en parfait état.
Attention toutefois à l'emballage, qui malgré le fait d'avoir été amélioré, semble toujours un peu léger.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 juin 2014
Conforme à mes attentes. Mélancolie et blues. Mélodies qui vous parlent. Il a aussi avantageusement collaboré à l'album "Kind of Blue" de Miles Davis.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,23 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)