Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Cloud Drive Photos cliquez_ici. nav_BTS17CE Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo



Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 19 septembre 2015
Fan de la première heure, je considère cet album comme étant le meilleur avec le suivant "Killers". J'ai dû le racheter car le mien acheté à sa sortie, était trop usé ! C'est le vrai Maiden, avec un Paul di'Anno sauvage, violent... punk à souhait !!!
11 commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 mars 2017
Après une période progressive (« Somewhere in Time », « Seventh son of a seventh son ») et un « No prayer for the dying » de transition en demie-teinte, la Vierge de Fer nous revient à ce qu’elle sait faire de mieux avec un album résolument ancré New Wave of British HeavyMetal. Ce 9ème CD démarre sans crier gare avec l’énervé « Be quick or be dead » et poursuit sur sa lancée avec « From here to Eternity » (ces 2 titres ayant d’ailleurs servi de singles initiaux). La tension retombe avec « Afraid to shoot strangers », et s’en suivent toute une succession de titres sympathiques (la power ballad « Wasting love »; l’expérimental « The apparition », composé sans refrain)…Jusqu’au morceau éponyme, devenu un hymne très attendu lors des concerts du groupe. Pierre angulaire dans la carrière discographique des Anglais, cette galette signe également la dernière collaboration studio avec Bruce Dickinson, avant son retour gagnant en 1999.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 mars 2017
Après 2 bons premiers albums, la Vierge de Fer passe à la vitesse supérieure et accède enfin à la reconnaissance tant méritée et acquiert le statut de Leader de la New Wave of British HeavyMetal. Au micro, Paul Di’Anno cède sa place (pour le meilleur…) à l’ex-Samson Bruce « Bruce Bruce » Dickinson. Ce CD, classique parmi les classiques, contient 2 des plus grands Hits de la bande à Steve Harris (le titre éponyme « The number of the Beast » et « Hallowed be thy name ») que le groupe a longtemps joué en rappel aux cotés du morceau référence « Iron Maiden ». On a aussi quelques morceaux plus légers (« Invaders », « Run to the hills », « Gangland »), alternant avec des chansons plus consistantes («The prisoner », « 22 Acacia avenue »).
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 mars 2017
Après 2 bons premiers albums, la Vierge de Fer passe à la vitesse supérieure et accède enfin à la reconnaissance tant méritée et acquiert le statut de Leader de la New Wave of British HeavyMetal. Au micro, Paul Di’Anno cède sa place (pour le meilleur…) à l’ex-Samson Bruce « Bruce Bruce » Dickinson. Ce CD, classique parmi les classiques, contient 2 des plus grands Hits de la bande à Steve Harris (le titre éponyme « The number of the Beast » et « Hallowed be thy name ») que le groupe a longtemps joué en rappel aux cotés du morceau référence « Iron Maiden ». On a aussi quelques morceaux plus légers (« Invaders », « Run to the hills », « Gangland »), alternant avec des chansons plus consistantes («The prisoner », « 22 Acacia avenue »).
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 mars 2017
Après le très Heavy “Powerslave” et la tournée marathon à succès qui s’en suivit, Iron Maiden surprit ses fans avec cet album lorgnant vers le Rock Progressif. Des titres alambiqués en moyenne plus longs qu’à l’accoutumée, un son plus éthéré et une pochette envoyant Eddy (et le groupe tout entier) dans le Futur. Un virage qui trouva sa confirmation avec le LP suivant, « Seventh son of a seventh son ».
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 octobre 2012
On pourra toujours disserter sur le côté mercantile de la démarche du groupe et de sa maison de disque à rééditer éternellement les albums de la Vierge de Fer (une première réédition des albums en 1995 suivie d’une deuxième réédition en 1998 accompagnées au fil des ans par moult best of et live) force est de constater que cette nouvelle édition au format vinyle a de quoi séduire les fans.

Présenté dans une pochette « gatefold » (s’ouvrant en deux), il est évident que ce pressage a bénéficié d’un soin particulier afin de lui apporter un aspect luxueux et collector : vinyle picture disc (illustré évidemment par les artworks de Derek Riggs) de 180g, pochette de protection avec les paroles des chansons et illustrée par une photo grand format (dommage que ce ne soit pas un cliché inédit mais une photo figurant déjà dans le livret de la réédition CD), pochette gatefold de luxe et, petit détail ultracollector, un obi « pour faire comme les pressages japonais ».

Du côté du son, il est agréable d’écouter un nouveau pressage qui apporte évidemment de la fraîcheur par rapport à la première édition au sillon trentenaire et usé par de nombreuses écoutes passionnées. Par contre, la contrepartie du choix du format picture disc entraîne inévitablement une baisse de la qualité de reproduction des morceaux. D’ailleurs il est précisé sur la pochette : « Ces disques ont été fabriqués en incluant une image sur les vinyles. Ce procédé de fabrication peut influencer la qualité du son ». Au final, c’est un bel objet collector pour les fans mais pas l’édition ultime pour les audiophiles.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 novembre 2012
En fan de Maiden depuis 20 ans, oreille toujours à la recherche d'un bon son rock et amateur/collectionneur de vinyles, je ne pouvais pas manquer la première parution de cette nouvelle collection que nous propose Iron Maiden.
Pensez-vous !!! De beaux picture discs, un OBI (les amateurs comprendront), des picture disc, .... Tout pour plaire !!! Sauf que ...

Visuellement, cinq sur cinq. Le rendu graphique de la pochette de Derek Riggs est magnifique, l'OBI est assez classe. Le dos de la pochette est retravaillé et rend très bien. L'intérieur (c'est une pochette double ouvrante) nous offre une photo pas foncièrement indispensable mais de belle qualité. La sous-pochette nous offre une photo du groupe (avec Clive, Dennis et Paul) au musée de madame Tussaud (un peu kitsch mais d'époque) et les paroles. Beau travail là aussi. Sortir le disque de la pochette amène un frisson de bonheur, clairement !!! Les visuels des singles (Running free et Sanctuary) sont superbes, le rendu est magistral....
STOP !!!! N'allez pas plus loin. La suite ne vaut plus le coup.
Parce que quand on pose le disque sur la platine, qu'on dépose délicatement le diamant dessus, on sombre dans l'horreur.
Alors certes le prix de vente (vingtaine d'euro) est celui d'un disque neuf "classique" (pas un picture), et on a une pièce visuellement parfaite pour le prix mais le but d'un disque, y compris d'un picture, est avant tout (à mon humble avis) d'être écouté, non ???? En ce qui me concerne, j'ai tenu deux morceaux avant de remettre le disque dans sa pochette et de retourner chercher une version plus "ancienne" de l'album avec un son "normal". Bruit de fond (le fameux "cylindre"), mélasse sonore sans bon mixage, ... C'est totalement indigeste !

Je me suis offert "Iron Maiden" et "Killers", en partie pour voir ce qu'allait donner la série, je m'arrêterai là. Et me contenterai de mes versions chinées sur le Net et les bourses aux disques.
Pour le prix, que les amateurs de son cherchent plutôt des éditions "d'époque" des albums de la Vierge de Fer plutôt que ces picture magnifiques mais inécoutables.
22 commentaires| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 août 2013
Picture disque magnifique, super album de Maiden, on retrouve le son d'origine pour les plus vieux albums.
Eddy fait toujours autant son effet
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Juste un mot sur ce vinyle (je ne vais pas refaire ici une critique de l'album, il est simplement mythique). Il s'agit du dessin original de Derek Riggs de 1980 et non celui modifié de la version remasterisée de l'album de 1998. Quitte à refaire sa collection de vinyle, autant avoir l'artwork original ! Le vinyle est pressé en 180g et est d'excellente facture. Le son est parfait.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 octobre 2014
SUPER ET TRES BONNE QUALITE. SUPER VENDEUR TRES SERIEUX ET JE COMPRENDS MIEUX CES INQUIETUDES POUR LUI. C'EST MOI QUI AI OUBLIE DE FAIRE LES EVALUATION
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)