Cliquez ici Cliquez ici GNOXmas Cloud Drive Photos En savoir plus Cliquez ici En savoir plus En savoir plus cliquez_ici cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles
22
Communique (Remastered)
Format: Téléchargement MP3|Modifier
Prix:8,99 €

le 5 mars 2017
Un petit coup de nostalgie qui m'a fait acheter cet album...je ne regrette pas c'était bon à l'époque ça l'est toujours aujourd'hui , j'adore et j'ai revu déjà 2 fois Mark Knopfler en concert depuis la fin de DS et les deux fois je me suis régalé !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 4 mai 2017
2eme album de Dire Straits absolument parfait ! Comme Making Movies, a posséder absolument !!
Marck Knopfler au sommet de sa guitare (ou de son art) ;)
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 4 novembre 2009
C'est le deuxième album de Knopfler avec son groupe Dire Straits : c'est un vrai "classique" de la musique rock;
Chacune des chansons est une pur joyau musical : il y a bien sûr les titres les plus connus comme "once upon a time in the west", mais toutes les autres chansons possèdent des qualités intrinsèques qui en font de petits chefs d'oeuvre.
Les ambiances musicales sont variées, les tempi aussi, et en même temps les compositions de Knopfler sont issues d'une synthèse réussie d'influences rock, de country, de folk, de blues, mais à la sauce Knopfler, ce qui confère une unité stylistique aux compositions de cet album.

Le personnel du Dire Straits original et de la première époque comprend le frère de Mark, David Knopfler, le très efficace bassiste John Illsley et le formidable batteur Pick Withers, avec son jeu tout en finesse.
La rythmique (basse / guitare / batterie) est carrée tout en étant élégante, les mélodies sont originales et superbes, et le jeu de guitare de Mark Knopfler est étincelant, brillant, flamboyant de bout en bout. Chaque solo est un modèle à la fois aux niveaux mélodique ("horizontalement"), harmonique ("verticalement") et rythmique. Toutes les particularités et les ressources du jeu à la guitare (et plus spécifiquement du jeu aux doigts à la main droite en "finger picking") sont mobilisées de façon magistrale par Knopfler : les jeunes et moins jeunes qui pratiquent la guitare ont tout à gagner d'une écoute attentive de cet album au niveau du jeu guitaristique!!!
Le son de Knopfler à cette époque est clair comme le cristal (merci les Fender Stratocaster), jouant à la fois sur les attaques des notes propres à la Strato mais aussi sur le sustain, interminable. Les effets de "violonning" gommant l'attaque du son grâce à une pédale de volume sont des modèles du genres, imitant à merveille les sons sortant d'une pedal steel guitar propre à la country music.

Les réécoutes successives ne lassent pas (ou peu), mieux, on (re)découvre des subtilités qui étaient auparavant inouîes, ce qui est le signe indéniable d'un disque que l'on peut qualifier d' "incontournable" (en empruntant le terme utilisé par le philosophe Heidegger, à propos d'un sujet qui n'a rien à voir avec Dire Straits, je vous rassure).

Communiqué est donc un album rock à posséder absolument!
0Commentaire| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 5 juillet 2017
CHRONIQUE DE BRUNO TARAVANT MAGAZINE ROCK&FOLK
555 DISQUES, 1954-2014 SOIXANTE ANS DE ROCK'N'ROLL (Rock & Folk HS n° 30 décembre 2014-janvier 2015) - Page 100
DIRE STRAITS
"Communiqué"
[1979]
"Communiqué", avec l'accent français, le moins évident du groupuscule appelé à devenir le plus gros vendeur et bourreur de stades de la décennie 80, accentuait en essai lisse transformé le pli du bon goût honni. Sous couverture bleu pastel, ondé de sentiment océanique, le 33 tours éthéré, loin de redresser le tir du manifeste en coup de barre rock’n'roll, évasait encore les contours musicaux Knopfler en fluidité cool jusqu'à l'eurythmie. Avec ce "Communiqué", cependant, en neuf plages medium alchimiques, Mark le confrère/ reporter commence à labelliser sa scénographie grand-largue : scénarisation épique, panoramiques progressive folk en dolhy sensurround, morceaux de bravoure, ralentis et coups de théâtre chromatiques vibrato. A son nirvana "Follow Me Home", transsubstanciant les emblématiques "Angels Of Mercy", "News", "Lady Writer" ou "Portobello Belle", le Dire Straits 2 philosophal, gorgé de langueur, flottant littéralement entre deux eaux de rock, s'évapore en marine. L'inspiration de la chose, planante (horreur !), évoquait une dissolution sur quelque grève lointaine d' « Embarquement pour Cythère » binaire aux Bahamas. C'étaient là, mine de rien — ajoutant au charme délétère de la chose — les adieux aux armes du Dire Straits qu'on préfère. Tels les Rolling Stones de la légende disparaissant coûte que coûte avec la Brian Jones touch amortie ineffable d' "Aftermath", Dire Straits à son plus bricolé "laid-back" — Mark Knopfler disait « Charlie Christian » ou « Chet Atkins », mais on entendait "JJ Cale", point — s'abolit en "Communiqué", note bleue du nuancier. Après quoi rien ne sera plus pareil. Mark change de cap, de ton, de tempo, braque, fait ronfler sa plus belle Norton sur son « lit déplumés », évince le trop gracile David, cuirasse le filet de son en machine synthé-rock FM d'opéra westem-spaghetti morriconisant. Esquissant le cross-over du tiers album recadré au titre édifiant, "Making Movies", "Once Upon A Time In The West" en ouverture de focale et "Follow Me Home" en "The End" fastueux, "Communiqué" reste au couchant comme aux limbes. Moins un grand disque qu'un ancrage, une Genèse fin et début fondus. L'empreinte — comme on parle "détrempe" en dessin — survit à la vision.

Vous avez aimé ce disque ? Ce(s) titre(s) pourrai(en)t vous intéresser :
Dire Straits - Dire Straits (1st LP) (1978)
Dire Straits - Brothers in Arms (1985)
Dire Straits - On Every Street (1991)
Notting Hillbillies (The) - Missing... Presumed Having A Good Time (1990)

Dans ce numéro de R&F nous aurions aimé lire la (les) chronique(s) de (1979) :
AC/DC - Highway To Hell
Castelhemis - Mots Croisés
Iggy Pop - New Values
Judas Priest - Unleashed In The East
Kiss - Dynasty
Point Blank - Airplay
Rory Gallagher - Top Priority
Thin Lizzy - Black Rose
UFO - Strangers In The Night
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 25 avril 2012
CHRONIQUE DE HERVE PICART MAGAZINE BEST AOUT 1979 N° 133 Page 78
2° Album 1979 33T Réf : Vertigo 9102 031
J'entends déjà à propos de ce deuxième album de Dire Straits, les commentaires de ceux qui ne voulurent pas parler du premier : du style "ils ont refait la même chose ! c'est toujours pareil ! ils n'ont pas beaucoup d'avenir ! c'est le groupe d'un coup !" Que d'inepties, vraiment, alors que "Communiqué" est encore plus beau et plus réussi que le premier disque de ces nouveaux venus, inattendus. Ce groupe a su se créer, du premier coup, un style personnel et se creuser son propre créneau dans une actualité musicale saturée. Il fait à présent mûrir cette personnalité, et qui oserait s'en plaindre, vraiment, car l'originalité et la fraîcheur des Straits sont un mets trop précieux pour être boudés. Seuls les jaloux et les aigris peuvent faire grief à ce groupe de se contenter d'être lui-même (ce qui est énorme, car il est unique en son genre, et donc infiniment recherchable).
"Communiqué" est, par rapport au premier album, d'une part plus équilibré dans la mesure où il n'est pas dominé par un morceau-roi comme "Sultans Of Swing", où il se montre au contraire intéressant par chaque morceau, preuve d'un approfondissement du savoir-composer de Mark Knopler, qui continue par ailleurs à dominer le groupe tant par ses vocaux nonchalants, mais insinuants, que par sa guitare, encore plus volubile et gracieuse qu'auparavant. Plus musical aussi dans la mesure où les morceaux ne se contentent pas de leur seul style pour persuader, mais reposent sur des stratégies plus raffinées au niveau mélodique, avec de subtiles montées d'intensité comme sur le fantastique
"Where Do You Think You're Going ?", et des thèmes plus fermés, telle celle de "Single-Handed Sailor". Les Straits
montre avec ce deuxième album un savoir-faire (savoir-dire ?) en progrès, qui rend leur musique plus efficace, plus pleine, tout en ne lui ôtant rien de ses désormais légendaires délicatesses. Toujours aussi sudiste, toujours aussi charmeur, le groupe évolue vraiment vers une plus grande maîtrise et une meilleure utilisation d'une personnalité musicale offerte à l'état brut dans le premier album. De ce fait, la production de l'album est plus sobre, parce que cette musique plus forte nécessite moins d'effets hi-fi que la mouture initiale. Jerry Wexler et Barry Beckett ont mis le groupe en son d'une façon plus directe que Rhett Davies, mais ce que l'on perd en fioritures acoustiques est largement compensé par le gain en classe de la musique elle-même. Tout cela fit de "Communiqué" un disque encore plus attachant et séduisant que le précédent album, et de Dire Straits un groupe qui passe sans problème du statut d'espoir à celui (déjà) de grand maître. Et tout cela en douceur, en tendresse. La musique pure existe encore.
11 commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 20 mars 2011
Tout le monde sait,tout au moins ceux dont l'oreille (musicale et avertie)est tournée vers le vaste monde du Rock,que cet album était une nouvelle fois, un pur chef-d'oeuvre Dire Straitsien!Je ne vais donc pas me complaire dans de nouveaux et inutiles propos dithyrambiques...
J'inviterai donc celles et ceux,rares certainement,et qui n'ont pas encore goûté aux délices d'une Fender charnelle et aérienne interpréter des compositions d'anthologie,à découvrir ce paradis musical,aujourd'hui disparu...
Laissez vous emporter par la rythmique soudainement endiablée de "Where do you think I'm going", celle de "Lady writer" ou encore le lancinant et swinguant "Angel of mercy"...Sans oublier la légendaire intro "once upon a time in the west" ni,bien sûr,l'incontournable "communiqué"!
Mais comment faisaient ils?Où allaient ils donc chercher cette inspiration?Le (Grand)talent a t il donc disparu vers la fin des années 80?
Quoiqu'il en soit, il nous reste au moins tous ces fabuleux héritages,intemporels et éternels...Comme les Mythes...

Long live Rock!

JoëL BONHOMME
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
MEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 3 avril 2013
Avec ce second album, dès 1979, Dire Straits démontre qu'il est bien un très grand groupe de Rock, avec les titres :
- "Once upon a time in the west" ;
- "News" ;
- "Where do you think you're going".
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 13 janvier 2010
Pour reprendre ce qui a déjà été fort bien dit par steelguitar, cet album est un joyau musical qu'il faut absolument posséder, ou du moins avoir écouté au moins une fois dans sa vie.

2ème album du groupe, il est d'une qualité tout à fait comparable au premier (album éponyme : "Dire Straits"), qui était déjà un chef-d'oeuvre musical d'une perfection absolue. C'est dire à quel point il est excellent.

Je retiendrai en particulier le sublime "Lady Writer" et ses parties solos endiablées, ainsi que le somptueux et magistral "Once upon a time in the west", qui sont sans doute les morceaux de l'album qui témoignent le plus de la virtuosité et du caractère unique du jeu guitaristique de Mark Knopfler.

Puis l'émouvant "Where do you think you're going?", et les magnifiques "Single Handed Sailor", "News" et "Portobello Belle", même si cette dernière sera chantée un peu différemment (mieux) par Knopfler par la suite, notamment dans la version live disponible sur la compilation "Money For Nothing".

Cet album est peut-être très légèrement en-dessous de "Dire Straits", car contrairement à ce dernier, il contient quelques titres pas tout à fait convaincants (Communiqué, Follow me home). Mais il n'en reste pas moins exceptionnel et un digne successeur du premier album. Une sorte de "Dire Straits" bis, pour ceux qui auraient réussi à se lasser d'écouter le premier en boucle.

Bref, joyau musical.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 23 mai 2003
"Communiqué" est le "next best" après l'album avec Sultans of Swing. Un peu plus flegmatique que le premier, c'est vrai. Mais pour les puristes - dont je suis - c'est le "original sound". Un son incisif et cru, sorti tout droit des tripes ; au même titre que l'était le son de Police, qui fit son apparition au même moment, avec Outlandos d'Amour suivi de Message in the Bottle.
Les albums suivant (à part celui avec Chet Atkins !) sont beaucoup plus "peaufinés" ; ce qui leur enlève peut-être un peu du charme qui faisait l'originalité du groupe.
11 commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 13 août 2017
Un album sublime sorti en 1979 à écouter encore et encore. Le génial Mark Knopfler toujours au sommet de son art.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus


Les client ont également visualisé ces articles

Once Upon A Time In The West
1,29 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)