undrgrnd Cliquez ici Litte Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles
79
4,7 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:8,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 14 avril 2011
J' avais 14 ans en 1962, lorsque les Beatles sont arrivés, et donc 21 lorsqu'ils se sont séparés. C'est dire si j' ai vécu toute l'histoire......Du choc de la première chanson entendue en cachette au fond du dortoir de mon collège.....toute mon adolescence traversée avec le transistor collé à l'oreille .....et l'album Abbey Road, qui clôture l'aventure au moment où, moi-même, je quitte l'adolescence (et donc l'insouciance)pour entrer dans la vie active....

je ne suis pas assez savant pour décider si cet album est le meilleur ou non, tout ce que je sais c'est que je l'aime...infiniment, que j'aime ce qu'ont fait ces 4 lascars tout au long de leur carrière, et que je ne peux pas me remettre de leur disparition....pas plus que je ne peux me remettre d'avoir perdu....ma jeunesse...

Mon avis n'est pas celui d'un expert, mais d'un fan.....seulement un fan....
44 commentaires| 38 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 octobre 2000
Les meilleures couvertures des disques des Beatles sont aussi les meilleurs albums, étrange non? 'Abbey Road' est le vrai dernier disque des Beatles et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils sont partis en beauté. Soyons honnetes, le maitre d'oeuvre de ce disque est (encore une fois) Mc Cartney. L'idée du Medley de la face B c'est lui. Les compositions de Mc Cartney figurant dans ce medley sont très belles, les arrangements qu'il a réalisé (toujours en collaboratoion avec George Martin) sont très réussis. Pour ce medley Lennon ne s'est pas beaucoup investi. D'ailleurs quantitativement sa participation à l'album est moindre que Mc Cartney (comme pour 'Sgt Pepper') mais reconnaissons que qualitativement, il répond globalement présent (comme pour 'Sgt Pepper'!). Le disque s'ouvre quand meme sur "Come together" une de ses meilleures compositions qu'il affectionne d'ailleurs tout particulièrement. "I want you" est un autre chef d'oeuvre Lennonien bien que moins accessible. Il y a aussi "Because" et ses multiples harmonies vocales ou encore le délirant "Sun king" (comme quoi il a quand meme participé au medley)... Revenons à Mc Cartney qui se déchaine (trop?) avec "Maxwell silver hammer" et "Oh! darling" (dans deux styles différents). Le medley comme dit plus haut est splendide et toutes les compositions de Mc Cartney sont de haut niveau. Enfin, parlons de George Harrison. Bien que l'album ne comprenne que seulement deux de ses compositions, celles-ci sont d'un niveau quasi-inégalé dans le reste de sa carrière. Harrison est au sommet avec "Something", chanson d'amour qui est le morceau des Beatles le plus repris derrière "Yesterday" et "Here comes the sun", ballade magnifique. Sachant enfin que Ringo Starr nous gratifie d'une chanson de sa composition des plus agréable "Octopus's garden", il est aisé de comprendre que cet album soit rentré dans la légende. Certains se demandent meme si 'Abbey Road' n'est pas meilleur que 'Sgt Pepper'.
0Commentaire| 62 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 décembre 2006
Une oeuvre aussi riche, aussi puissante ne peut que nous couper le souffle.

Ces quatre musiciens se retrouvent pour un dernier tour, à la demande de Paul McCartney, qui ne veut en aucun cas terminer sa carrière Beatléyienne sur Let It Be ,les nombreux conflits avec Phil spector, producteur de ce dernier, ayant été plus qu'importants, Il souhaite faire en pleine conscience, une dernière oeuvre, qui resterait comme un testament musical.

Il demande à George Martin de reprendre du service, et indique à John lennon, george harrison et ringo starr, son souhait de travailler une dernière fois avec eux.

Etrangement, ils eurent très peu de pression pour réaliser ce dernier opus, et ils passèrent même quelques bons moments ensemble.

Il y eu quelques divergences musicales, lennon ne voulant pas de cette face enchainée et McCartney lui, insistant pour inclure cette nouveauté, voulant créer ainsi, une sorte d'opéra rock.

La pomme fut coupée en deux, lennon aura sa première face et McCartney sa deusième enchainée.

George harrison se moquait de tout celà, trop occupé à préparer son premier opus solo (all things must pass) et ringo starr était ravi de revoir "ces monstres" évoluer avec lui.

Mais ce qui est à noter, c'est que les quatre de liverpool, vont produire chacun leur tour, des titres mémorables, parmi les meilleurs qu'ils auront jamais fait.

Abbey road est plus qu'un simple disque, c'est une oeuvre majeur, qui a marqué et marquera encore longtemps la musique contemporaine.
0Commentaire| 38 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 mai 2011
Je n'ai rien à ajouter sur un tel chef-d'oeuvre ,tout a été dit et redit... Selon moi,si vous voulez vous faire une vraie opinion sur des disques cultes(tels que celui-là)qui ont marqués les années 60/70,je vous conseil vivement de lire les commentaires (dignes de ce nom et bien meilleurs que les miens) de la personne qui se fait appeler "JEAN-CLAUDE les années rock 60/70" qui a,à mon avis un vrai regard objectif (loin de certaines foutaises qu'il m'arrive de lire!),il a un vrai talent,et on sent là le vrai passionné !!! Salut! ...de rien...c'est gratuit! (sincère en tout cas...) Marc.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Si on devait décrire Abbey Road en un mot ? Immense !
Mais ce n'est pas assez, ce n'est pas rendre justice à l'immense album (le dernier enregistré par les Beatles même si Let It Be le suivra dans les magasins), la palpitante collection, le parfait ensemble que la magnifique équipe, parce qu'il ne faut oublier ni George Martin, plus qu'un producteur, assurément, ni Billy Preston venu glisser son Hammond sur deux titres, et pas des moindres !, le Something de George Harrison et le I Want You (She's So Heavy) de Lennon.
Musicalement, c'est comme un Double Blanc qui aurait trouvé une cohérence, aurait resserré sa tracklist à l'essentiel. Ho, bien sûr, on pourra démettre certaines compositions plus légères que la moyenne (le Maxwell's Silver Hammer de McCartney, l'Octopus Garden de Ringo, aussi compositeur et pianiste sur le coup !) mais, d'une, on a besoin de légèreté, de deux, c'est si bien troussé, si fun et frais qu'on ne peut décemment qu'y prendre un immense plaisir. Une autre supposée faiblesse dans la cuirasse ? Oh! Darling (McCartney encore) et ses flaveurs de rock 50s, mais lui aussi est bon, très bon. A part ça, Abbey Road est une Rolls ! Come Together dont on ne se lasse pas, Something qui fera le bonheur de Sinatra mais jamais autant que celui de George, I Want You (She's So Heavy) où Lennon trippe et hard-rocke à la fois, Here Comes the Sun ou le triomphe ensoleillé de Cool Georgie, un compositeur trop souvent mésestimé. Et la suite !, cette fantastique suite fomentée par McCartney et Martin à la barre des précieux arrangements et savants enchainements... Un paradis pop, ni plus ni moins.
Qu'on ne s'étonne pas, aujourd'hui encore, du persistant succès des Beatles, de Rubber Soul à Sgt. Pepper, du White Album à ce divin Abbey Road, pour ne citer que les plus marquants, les plus historiques, il ont presque tout inventé, ou transcendé ce qu'ils avaient recyclé d'ailleurs (on a le droit de recycler, ça s'appelle avoir des influences). Ha ! Et la version remasterisée, juste l'album dans sa grâce originelle, est parfaite ! Abbey Road ? Si tu ne l'as pas, tu as raté ta vie !

1. Come Together 4:20
2. Something 3:03
3. Maxwell's Silver Hammer 3:27
4. Oh! Darling 3:26
5. Octopus's Garden 2:51
6. I Want You (She's So Heavy) 7:47
7. Here Comes the Sun 3:05
8. Because 2:45
9. You Never Give Me Your Money 4:02
10. Sun King 2:26
11. Mean Mr. Mustard 1:06
12. Polythene Pam 1:12
13. She Came in Through the Bathroom Window 1:57
14. Golden Slumbers 1:31
15. Carry That Weight 1:36
16. The End 2:05
17. Her Majesty 0:23

John Lennon - vocals; acoustic (six and twelve-string) and electric guitars; acoustic and electric pianos; Hammond organ and Moog synthesizer; white noise generator and sound effects; percussion
Paul McCartney - vocals; acoustic, electric and bass guitars; acoustic and electric pianos; Hammond organ and Moog synthesizer; sound effects; handclaps and percussion
George Harrison - vocals; acoustic, electric and bass guitars; Hammond organ, harmonium and Moog synthesizer; handclaps and percussion
Ringo Starr - drums, handclaps and percussion; background vocals; lead vocals and piano (on "Octopus's Garden")
&
George Martin - piano; electric harpsichord, electronic organ, harmonium and percussion
Billy Preston - Hammond organ (on "Something" and "I Want You (She's So Heavy)")
Mal Evans - "anvil" (on "Maxwell's Silver Hammer")
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 mars 2004
S'il y a des personnes qui se demandent encore pourquoi The Beatles est devenu un "groupe légendaire" qu'ils écoutent d'urgence cet album... et prennent la route de l'abbaye beatlesienne.
Le disque s'ouvre sur le cultissime "Come together" qui résume à lui seul l'album : morceau calme mais d'une puissance phénoménal avec une montée progressive puis un atterrissage tout en douceur. C'est cette même construction qui fait d'Abbey Road un véritable chef d'oeuvre. Bien sûr certains reprocheront la descente Mac Cartneyienne des derniers morceaux ("Golden Slumbers" et ses envolées lyriques comme seul notre Paulo sait le faire), mais il faut au moins ça pour se remettre de la claque prise par des bombes comme "I Want You (She's So Heavy)", "You Never Give Me Your Money" et "Polythene Pam".
Difficile de parler d'un album qui a été encensé des milliers de fois, mais s'il fallait emmener un seul disque sur une île déserte, je prendrai celui-ci. A chaque écoute, j'éprouve autant de plaisir et j'ai l'impression de découvrir quelque chose.
Sans cet album la musique que nous écoutons aujourd'hui n'aurait pas le même son.
0Commentaire| 19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Malgré la fin de carrière approchante du groupe et le désordre qui régnait déjà entre ses membres, ce qui frappe dans ce disque est surtout la continuité et l'homogénéité qui lient tous ces titres entre eux. Bien sûr, les Beatles n'ont pas attendu Abbey Road pour jouer en groupe (sic) mais ici, leur passé commun se conjugue à leurs histoires personnelles pour donner un des tous meilleurs de leur discographie (s'il en existe un qui ne soit pas bien...). Jusqu'à la pochette de l'album, tout est grandiose. Mythique. A plus d'un titre.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 septembre 2009
Il y a beaucoup de choses à dire au sujet d'Abbey Road. Ce n'est pas le dernier album des Beatles a être sorti (Let It Be, en 1970, possède ce titre), mais c'est, en revanche, le dernier à avoir été enregistré. En effet, Let It Be est un sauvetage, de la part du producteur Phil Spector, des titres enregistrés durant les sessions d'un album qui aurait porté le nom de Get Back. Les sessions, immortalisées par un film méconnu, tourneront vinaigre. Histoire de ne pas se séparer sur un échec, les Beatles enregistrent, dans le mythique studio d'Abbey Road, Londres, qui les a vu démarrer, l'album Abbey Road. Leur chant du cygne. Sur ce disque, bien qu'on sente à tout instant la fin arriver, on sent aussi que le groupe a tout donné, a tenté d'oublier les rancoeurs et les crises pour livrer une musique inoubliable.

Abbey Road, c'est 47 minutes d'une musique intensément rock et pop. Abbey Road, c'est aussi et surtout sa pochette mégaculte, reprises à de maintes occasions (Red Hot Chili Peppers, même McCartney pour son Paul Is Live), photo prise au passage piéton situé en face des studios. Photo remplie d'indices pour alimenter une rumeur aussi amusante que fondamentalement stupide : McCartney serait mort dans un accident de bagnole en 1965 et remplacé, depuis, par un sosie. L'arrêt des concerts des Beatles depuis 1966 s'expliquerait ainsi, selon cette rumeur débile. La pochette, comme celle de Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band, fourmille(rait) d'indices. Pour Abbey Road, c'est le pompon : Macca est pieds-nus, comme un mort qu'on enterre selon certaines traditions. Le groupe est en une sorte de procession. Macca tient sa clope de la main droite, lui qui est gaucher, et a les yeux fermés. La voiture, au fond, est immatriculée LMW28IF, ce qui signifierait Living McCartney Would 28 If : si Macca ne serait pas mort, il aurait alors 28 ans. Macca avait en effet 28 ans en 1969. Ou 27. Rhâââ, je ne sais plus. M'embrouillent, avec leurs conneries. Au fait, au sujet de cette voiture, elle ressemblerait à un fourgon funéraire...Ah, ce qu'on rigole, devant tant d'imagination !

Bon, causons peu, mais causons bien, et causons musique. Abbey Road se paie le luxe de démarrer par deux classiques absolus des Beatles, Come Together et Something. La première est un pastiche/plagiat éhonté du You Can't Catch Me de Chuck Berry (que Lennon reprendra en 1975 sur son album solo Rock And Roll), et est portée par une ligne de basse (de Macca) grandiose, et un phrasé tout aussi grandiose de Lennon. Something, elle, est le moment de gloire de George Harrison. Première de ses chansons à bénéficier d'une sortie 45-tours, en face A (quand une de ses chansons sortait en single, c'était en face B, comme The Inner Light). Que dire ? Merveille que Frank Sinatra reprendra, ainsi que Joe Cocker. La plus belle chanson de Harrison avec les Beatles, avec Here Comes The Sun et While My Guitar Gently Weeps. Et You've Got To Hide Your Love Away, aussi, excusez.
Maxwell's Silver Hammer et Oh ! Darling, deux chansons de Macca, suivent. Si la première est assez amusante, mais aussi plutôt moyenne, et parle d'un serial-killer au marteau (bang bang !), la seconde est un blues incroyable sur lequel Macca hurle comme un damné. Puis Octopus's Garden, la plaisanterie écrite et interprétée par Ringo Starr. Quoi, ce n'est pas une plaisanterie ? Mais pourtant, je vous assure que c'est extrêmement difficile de ne pas rigoler comme un énarque en l'écoutant ! Les 'glouglouglou' aquatiques dans le bridge, la voix amusante de Rrrrrrrringo, l'ambiance décontractée du bulbe...Amusant, mais très mineur. Un nanar musical, quoi ! Après ce moment de délire, I Want You (She's So Heavy) de Lennon, plus de 7 minutes infernales dédiées à Yoko Ono (sacrée Grande Prêtresse de l'Ordre des Salopes selon pas mal de fans du groupe), achève la face A. Se terminant brutalement à 7,44 (selon les ordres de Lennon), la chanson possède un riff qui sera repris par Pink Floyd sur In The Flesh ? (1979, The Wall). Et est, accessoirement, la toute dernière chanson enregistrée par le groupe au complet. Historiquement, la carrière des Beatles se termine sur la fin brutale de ce titre hypnotique.

La face A comportait 6 titres, donc. La B, elle, en comporte 11...ou 3, c'est selon. Cette seconde face démarre par le Here Comes The Sun de Harrison, l'alternative aux tranquilisants, une merveille qui redonne du baume au coeur, et que Georgie Boy a composée, un jour de relaxation, dans le jardin de la belle baraque de son pote Eric Clapton. Y à pas à dire, c'est sacrément beau. Puis le Because de Lennon, inoubliable, inspirée par Beethoven (Sonate au clair de lune) jouée à l'envers au piano, par Yoko. Trois voix de Lennon, Macca et Harrison, enregistrées trois fois, ce qui donne...neuf voix sur le morceau. Monumental.

Puis on passe au grand moment de Abbey Road : le medley. Séparé en pistes audio distinctes en CD, le medley démarre avec le You Never Give Me Your Money de Macca, chanson complète et superbe. Puis trois compositions de Lennon, inachevées, Sun King, Mean Mr Mustard et Polythene Pam, qui sont tour à tour relaxantes, énergiques ou tout simplement heavy. Macca, après ces courts titres, reprend le flambeau avec She Came In Through The Bathroom Window, qui possède un titre aussi ridicule que la musique est bluesy (Joe Cocker la reprendra, gage de qualité), puis la belle ballade Golden Slumbers qui donnerait presque envie de s'endormir (sommeils dorés). Puis Carry That Weight, et un The End mythique et portant bien son titre (avec même un mini-solo de batterie de Ringo, exceptionnel car unique dans la carrière des Beatles). And in the end, the love you take is equal to the love you make. Fin de Abbey Road. Fin ? Non. Attendez quelques secondes, et le premier morceau caché de l'histoire de la musique, Her Majesty, 23 secondes acoustiques chantées par Macca, déboule, en guise de sucrerie finale, non créditée sur le vinyle d'époque, mais bénéficiant de crédit et d'une plage audio séparée sur le CD (17 titres en tout, donc).
Chant du cygne des Fab Four, Abbey Road (simplement crédité The Beatles sur la tranche vinyle) est leur album studio le plus vendu, et probablement leur plus connu. Une pure merveille, pop et rock, qui laisse cependant un arrière-goût triste, mélancolique. C'est la fin du plus grand groupe de l'histoire de la musique internationale. Les fans de l'époque auront encore le rescapé Let It Be pour se consoler, mais Let It Be, massacré en partie par les arrangements spectoriens, sera une bien piètre pierre tombale...

Alors Abbey Road, pour l'éternité des siècles, forever and ever.
22 commentaires| 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 octobre 2004
George Martin dit qu'Abbey road est son album préféré...Difficile d'être plus royaliste que l'arrangeur des Beatles ! Une suggestion : écoutez bien le tout dernier titre Her Majesty, c'est nettement plus subtile et plus drôle que la charge des Sex Pistol. Les fab four avaient mis la barre très très haut en tirant leur révérence :-)
0Commentaire| 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 août 2002
S'il est un groupe dont il est quasiment impossible de citer son album préféré,c'est bien les Beatles, et celui ci pourrait être tout simplement leur premier Best Of. Toute leur carrière est résumée dans cet album, le rock, les mélodies incontournables, les arrangements somptueux ou carrément dépouillés, tout y est. Ils nous ont fait avec ce disque, regretter encore plus amèrement leur dissolution. La magie était toujours présente.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)