undrgrnd Cliquez ici HPALLL nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,8 sur 5 étoiles
4
3,8 sur 5 étoiles

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Après plusieurs menus travaux, il faut bien vivre, "Desperate" (1947) est la première vraie réussite de Anthony Mann. Son précédent polar, "Railroaded" (1947), en était la répétition.

Un camionneur, incarné par Steve Brodie, embarqué malgré lui dans un hold-up qui causera la mort d' un policier doit se mettre à l' abris avec sa femme enceinte, la belle Audrey Long.

Cette histoire classique permet à Mann de filmer plusieurs moments de bravoure.
Le passage à tabac de Brodie sous une unique lampe se balançant au plafond et sous le regard de Raymond Burr. Les gros plans de Burr, de son complice et de Brodie attendant la sonnerie d' un réveil matin. Le réglement de compte final dans une cage d' escalier...

Burr est impressionnant. C'est l' une de ses premières apparitions. Tellement massif qu' il n' arrête pas de se cogner aux bords de l' écran. Tellement sur les nerfs qu' il tape sur tout ce qui est vivant et qui le contredit. On va faire griller son petit frère sur une chaise électrique pour le meurtre du flic et Raymond, il est pas content.

Superbe image noir et blanc de George E.Diskant.
Version française.Version anglaise sous-titrée française.
Durée 73 minutes. Une leçon de cinéma.
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 26 juillet 2012
Desperate s'inscrit dans la lignée de films comme Le faux coupable. Ici le héros est à la fois traqué par la police mais également par une clique de malfrats dont le chef, joué par Raymond Burr, lui impute la condamnation à mort de son jeune frère. Bien sûr, depuis sa réalisation fin des années quarante, le spectateur a eu l'occasion de voir et revoir moult films et séries calqués sur ce schéma (l'exemple le plus célèbre étant Le fugitif). Ce qui rend celui-ci intéressant est le travail de Mann et de son chef opérateur sur les jeux de lumière avec de superbes effets notamment dans la scène finale qui m'a évoqué certains plans d'Hitchcock dans Vertigo. Et puis, bien qu'un certain nombre d'idées n'aient pas été exploitées jusqu'au bout (je songe à la présence de l'enfant espion du début du film) Desperate offre l'occasion de frayer avec de bons mais méconnus comédiens dont la lumineuse Audrey Long encore de ce monde au moment où je tape ces lignes.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Avec Desperate, Anthony Mann réalise un très bon film noir sur le thème d'un homme honnête entraîné dans un engrenage, qui cherche avant tout à en préserver la femme qu'il aime et l'enfant qu'elle porte.

Ancien GI démobilisé après la deuxième guerre mondiale, devenu petit entrepreneur de transport, Steve Randall travaille dur pour faire vivre sa jeune et jolie femme avec laquelle il est marié depuis 4 mois. Sur le point de fêter ses 4 mois de mariage, il est contacté pour remplacer un camionneur moyennant une bonne rémunération. Il prend en charge le transport qui s'avère être en réalité commandité par des gangsters pour évacuer le butin d'un hold-up. L'affaire se passe mal. En voulant alerter un policier, Steve Randall fait tout échouer, provoque le meurtre du policier par le jeune frère du patron de la bande, qui se fait arrêter par la police et risque la peine capitale.

Le chef de la bande menace notre brave camionneur de défigurer sa femme s'il ne se reconnaît pas coupable du meurtre du policier. Commence alors une course poursuite entre le gang menée par son chef inquiétant, admirablement joué par Raymond Burr, et le jeune couple en fuite.

Desperate n'est pas le premier film d'Anthony Mann, mais le premier dont il était fier et qu'il estimait être réussi.

Effectivement, c'est un film noir solide, bien mené, plein de rebondissements, avec un scénario très structuré et logique, une très bonne photographie organisant une alternance expressioniste d'ombre et de lumière que l'on doit à George Diskant, et des scènes qui marquent, comme celle du tesson de bouteille dont Burr menace Steve Brady pour bien lui faire comprendre ce qui pourrait arriver à sa femme, scène filmée d'une telle façon que c'est le spectateur qui se sent menacé physiquement.

Le héros et sa femme vont de fuite en fuite et à chaque fois qu'ils se croient en sûreté, le danger les menace à nouveau.

Ce film est le premier d'une série de films noirs très réussis d'Anthony Mann, tournés de façon très rapprochée entre 1947 et 1949 Railroaded (1947), la Brigade du Suicide (1947), Marché de Brutes (1948), Incident de frontière (1949) et la Rue de la Mort (1949).
22 commentaires| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 mars 2010
j'ai acheté ce DVD car il est très bien noté par les commentaires
cependant j'ai été un peu décue
On a l'impression que le réalisateur ne prend pas le temps de faire de liens entre les scènes. très bonne lumière cependant film à voir quand même
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)