undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
4
4,0 sur 5 étoiles
Prix:7,79 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Ce film, qui se situe à mi-chemin entre le cinéma expressioniste allemand et le film noir américain, est une oeuvre à rédécouvrir absolument et urgemment. Mis en scène par Ingster, qui ne dirigea que 3 films, superbement photographie par Nicholas Musuraca dans la tradition expressioniste, bénéficiant de la présence de Peter Lorre et d'Elisha Cook Jr, ce film atteint son point culminant avec la séquence du cauchemar, superbe !
0Commentaire| 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce très court film tend un miroir au faux coupable qui somnole en chacun de nous. Plus qu'une enquête il présente une très adroite réflexion sur le poids des circonstances et des mots qui peuvent à tout moment faire basculer le destin d'un homme vers l'erreur judiciaire. La superbe photographie au service d'un scénario elliptique (le dénouement aurait gagné à être davantage travaillé) atteint son apogée dans une séquence onirique qui m'a fait songer à celle de La clinique du docteur Edwards. Peter Lorre, comme à son habitude, campe un personnage à la fois enfantin et maléfique auquel le spectateur, presque malgré lui, s'attache. Au total une nouvelle pépite sombre et méconnue de la RKo qui gagne à être découverte.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 février 2016
Réalisé par un metteur en scène tombé dans les oubliettes du cinéma (Boris Ingster, 3 longs-métrages), L'Inconnu du troisième étage est sans doute le premier film noir américain, avant Le Faucon maltais. Les éclairages contrastés rappelant l'expressionnisme y sont pour beaucoup - il faut saluer le travail du chef-opérateur Nicholas Musuraca - et la prestation de Peter Lorre (il faut voir son air éploré) est magistrale. Ce film aborde plusieurs thèmes (injustice, culpabilité, idée que le mal est présent dans le cœur de tous les hommes, d'une manière ou d'une autre) qui ne sont pas éloignés des préoccupations de Fritz Lang. Il y a à ce propos une très belle séquence onirique, cauchemardesque, lorsque le journaliste jusque-là sûr de lui est en proie au doute ... C'est dire si ce petit film méconnu réalisé par un réalisateur totalement inconnu est intéressant.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 avril 2012
Pour un film de 1940 il a très bien resisté, et il n'est pas du tout ultrapassé par le temps.J'ai apprécié les commentaires d'introduction de Serge Bromberg, qui nous attire l'attention sur certaines scènes du film. Donc on le regarde avec un esprit critique. Je l'ai aimé beaucoup, car on peut aussi faire un parallèle avec notre société d'aujourd'hui et dans ce film de 72 ans, on voit beaucoup d'aspects de la vie courante qui semblent actuels, donc il n'a pas veilli de tout. Il est agréable à regarder, belle photographie noir et blanc, il dure 63 minutes de plaisir de belles images.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici