undrgrnd RentreeLitteraire Cliquez ici nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles
5
4,4 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
3
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Téléchargement MP3|Modifier
Prix:10,90 €

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 28 janvier 2010
J'ai toujours aimé ce disque ; contrairement aux ''critiques-rock'', avec du recul , je le classerai même en 3ème,
après les deux premiers ; un grand album dans son ensemble , de toute façon c'est le dernier du groupe ! La suite
(FM), n'ait pourtant pas si mauvaise , mais , évidemment Paul est parti ... '' Desolation Angels '' A REDECOUVRIR !
66 commentaires| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 novembre 2010
J'ai découvert Bad Company grâce à "She brings me love" sur la bande-son d'un épisode de Supernatural, un gros coup de coeur qui a abouti à l'achat de cet album que j'adore littéralement !!
Que dire de plus .... l'essayer c'est l'adopter ? Sans nul doute !
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 mars 2009
Déoslation Angels sort le 17 mars 1979, c'est le cinquième album de Bad Company, il a été enregistré aux studios Ridge Farm en Angleterre et auto-produit par le groupe. Il restera pour les fans le dernier bon album du groupe et grimpera même dans les charts américains jusqu'à la troisième place.
Même si les journaux musicaux de l'époque le descendent en flammes, force est de constater qu'avec un peu de recul on se rend compte qu'il contient un bon nombre de classiques.
Tout d'abord, deux singles : "rock'n'roll fantasy" de Rodgers, le dernier grand tube du groupe, et "gone gone gone" signé Boz Burrell qui s'affirme sur cet album comme un excellent compositeur, ensuite les autres titres sont tout aussi bons "crazy circles", "evil wind" tout deux signés Rodgers, "Oh Atlanta" signé Ralphs et "rhythm machine" de Burrell et Kirke.
Au final, un trés bon disque , qui n'est pas réservé uniquement pour les fans.

Retrouvez BAD CO et bien d'autres sur Le Déblocnot' : ledeblocnot.blogspot.com
22 commentaires| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Deux ans après le décevant Burnin' Sky, album qui marque un recul de Bad Company, Kirke, Ralphs, Rodgers et Burrell résistent à la vague disco et new wave puis reviennent à la charge avec Angels Desolation (1979), en reconduisant ce qui leur sied le mieux, le blues-rock. Ok, c'est du déjà vu, déjà entendu et leur mid-tempo commence à être un peu rabat-joie, mais il y a encore matière à se satisfaire d'une écoute cohérente. L'irrésistible Gone Gone Gone de Boz Burrell, Oh Atlanta, She Brings Me Love, Lonely For Your Love (Rodgers met à forte contribution son organe vocal), Take The Time, Evil Wind, Rhythm Machine, l'acoustique Crazy Circles et surtout le formidable Rock'n'Roll Fantasy sont les derniers beaux barouds d'honneur d'une formation qui va s'éteindre progressivement. Pour l'heure, ce disque (qui fait 3 au Billboard), au nom inspiré du roman de Jack Kerouac, est très recommandable. C'est la dernière fois que Bad Company comparaît à un niveau aussi intéressant. Depuis sa parution, il est certifié double platine... si ça peut vous donner une indication...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 mai 2011
CHRONIQUE DE HERVE PICART MAGAZINE BEST AVRIL 1979 N° 129 Page 78
5° Album 1978 33T Réf : WEA 59408
On les croyait bel et bien disparus, et voilà que les aristocrates voyous de Bad Company reviennent sans crier gare avec un nouvel album. Ils étaient partis avant le punk et le disco, ils reviennent après la tourmente, et sont toujours pareils, dans la suite directe de leurs précédents albums. Seule concession aux modes,
"Rhythm machine" emprunte le classique rythme disco et sa basse canonique, ce sera sans doute le "Miss you" ou le "One chain" de Bad Co. Pour le reste, l'on a l'impression que le groupe est hors du temps, qu'il n'évolue même pas suivant une ligne personnelle, d'où le contraste saisissant que crée "Desolation Angels" avec l'environnement musical actuel. Et alors qu'on pourrait croire que le groupe va faire dépassé et vieillot, son absence quasi totale d'opportunisme fait qu'il garde intactes sa vigueur et sa magie. Car c'est un groupe magique, comme Dire Straits, il joue une musique simple et directe, même si elle n'est pas ordinaire, et parvient à la faire sonner avec une richesse, une profondeur que les groupes les plus sophistiqués du rock, genre Eagles ou Foreigner, n'atteignent même pas. Précis, net, efficace, Bad Co gagne encore la partie.
Il faut se retirer de la tête que Bad Co est un groupe de hard rock. Il est plutôt à affilier à ces groupes américains qui produisent un rock propre et félin, genre Foreigner. Ici pas de riffs métalliques, mais des thèmes d'une puissance de SEDUCTION incroyable, comme "Rock'n'roll fantasy" qui fera sans doute un tube aux states. Ici, pas de rentre-dedans saisissant, mais une tranquille et parfaitement efficace alternance de rocks swinguants et de ballades ondoyantes. Tout cela est sans surprises ni audaces, mais tellement au point, tellement bien vécu par Paul Rodgers (qui chante toujours aussi bien, le bougre) et Mick Ralphs (qui sonne toujours aussi clair), que l'on rentre à fond dans ce rock simple et luxueux à la fois. Si le groupe n'est définitivement pas d'actualité, il est unique, et donc précieux et donc irremplaçable par le style même qu'il a crée. Il n'y a pas d'autre Bad Co
alors qu'il y a des pelletées de hard groups ou de punk groups. Cette unicité fait toute la valeur du groupe, qui est grande, toujours.
55 commentaires| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici