undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles
15
4,5 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:8,08 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 11 septembre 2009
On était sans nouvelle de Paddy McAloon depuis 2007,date de la réedition de Steve McQueen dans laquelle il réinterprétait certains titres de cet album.
Atteint de la maladie de Ménieres,Paddy McAloon devenait quasiment sourd et aveugle,ce qui l'avait amené à mettre sa carrière en pause.Aprés un The Gunman and Other Stories de 2001 et l'album solo I Trawl The Megahertz de 2003 qui nous avaient laissé un peu sur notre faim,voici le retour en grand forme de Prefab Sprout avec un album concept en forme de déclaration d'amour à la musique et à la transcendance... Les titres parlent pour eux.
C'est également une déclaration d'amour à la production eighties de Thomas Dolby ,toujours fidèle derrière les manettes... Il est à craindre que ce son accepte mal l'assaut du temps.
Mais pourquoi se priver de retrouver la voix chaude de Paddy McAloon, de la richesse mélodique digne d'un XTC,d'un groupe qui n'a jamais commis un véritable mauvais album ?
Proche des ambiances d'Andromeda Heights,c'est ici la mélancolie qui s'exprime avec une visible volonté du leader de Prefab Sprout de montrer qu'il est là et bien là...
A la fois spontané,direct et complexe,c'est un album long en bouche qui se bonifie à chaque écoute et demande à être apprivoisé pour mieux révéler sa richesse.

Pour ceux qui aiment la Pop sophistiquée (XTC,Super Furry Animals,Trash Can Sinatras,Pet Shop Boys),voici le retour d'un groupe injustement mésestimé des années 80...

Petites perles > Music Is A Princess,Meet The New Mozart,Angel Of Love

A écouter au casque pour en découvrir toutes les nuances...

Bonne écoute
33 commentaires| 20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 octobre 2009
Combien d'années avons-nous du attendre ce chef d'oeuvre ? Pas loin de 17 années... Cet album fut initialement écrit aux alentours de 1992-1993, et resta simplement une démo rangée dans les armoires de Paddy McAloon, le chanteur de ce groupe ô combien exceptionnel. Ressortit récemment, il a été complètement reconstruit à l'aide des technologies musicales actuelles qui enluminent chaque pièce musicale. Cet album qui était censé être la suite de « Jordan The comeback » contient des joyaux inespérés. Des mélodies magnifiques, des lyriques impressionants, des chansons pop totalement vertigineuses, de l'émotion.. Paddy McAloon est un des meilleurs songwriter qui n'aie jamais existé.. Totalement sublime..et comme dirait Paddy..une expérience spirituelle..

Contrairement à ce qui est écrit précédemment, la production n'est pas de Thomas Dolby mais de Calum Malcolm. On peut aussi y entendre quelque fois la voix lointaine de Wendy Smith, quelques roulements de batterie de Neil Conti, mais une majeure partie des sons proviennent de synthétiseurs. Cela n'enlève rien à ce nouveau monument de la musique. La seule chose que l'on puisse regretter, c'est que le groupe n'ait pas réellement joué dans cet album, y est évidement référencé et que malheureusement il y ait peu d'espoir de revoir ce groupe fabuleux sur scène.
A noter que Paddy possède un grand nombre de démos qui n'ont jamais été publiées et qui peut-être un jour réapparaitront... Espérons le..

Aussi, de très belles paroles de Paddy dans le booklet, se référant a Brian Wilson période « Smile », source d'inspiration continue depuis des années.

Incontournable
0Commentaire| 17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Depuis 8 ans, ce `nouvel album' des Prefab (si on exclut l'opus perso en 2003 avec un Paddy pas en super forme) a été attendu par de nombreux amateurs de musique de très bonne facture. Une fois l'album livré, la recette rassure, claviers, percussions et la voie quasi angélique de Paddy McAloon.

Voix angélique, car d'anges, on va beaucoup entendre parler dans cet album qui donne le ton de la référence divine dès l'intro du 1er morceau : « ...god said, let music be my voice ».

La plupart des titres et des textes font référence au lien que PMcA établit entre divin entre musique et dieu, thème cher à PMA.

Cet album offre une expérience plaisante tant la déclinaison du thème est superbement accomplie. Car, malgré le martellement pénible de ses convictions religieuses, Paddy déchausse les gros sabots et prouve à nouveau qu'il mérite son statut de meilleur auteur compositeur. Les morceaux et textes sont ciselés, même si la production parfois un poil lourde comme le catéchisme, fait sortir de la boîte quelques osties démodées, là un fond de saxo ou un peu d'harmonica.

Ceci s'explique par l'âge quasi biblique des morceaux de ce nouvel album, retrouvés sur des parchemins datés au carbone 14, de... 1993.
Les Prefab nous avaient habitués à cette mécanique de faire suivre des albums récents par des projets plus anciens comme `Protest Songs'.

En fait Paddy McAloon a réalisé cet album seul en studio et nous replonge dans un/son univers chaleureux avec une sonorité légèrement surannée. La voix de PMcA très mise en avant des instruments peut paraitre un peu trop précieuse (sifflante) pour un ou deux morceaux.

La maladie de Paddy semble l'éloigner (définitivement ?) des studios et à l'écoute de cette splendide flèche de cathédrale, on ne peut que le regretter. Malgré cela, considérons que c'est l'album bonus et la messe est dite.

De ce prêchi-prêcha, on pourra opposer à ce brillant artiste que par la seule et géniale création humaine, sans intervention divine, la musique ouvre des voies grâce auxquelles chacun trouve l'inspiration/aspiration qui lui sied pour aller de l'avant, voire pour s'élever de sa propre condition.

`Let there be music', ...oui absolument, mais sans besoin de messe.

Fabien Jacquot - Asnières sur Seine
0Commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 février 2012
Fan inconditionnel de ce groupe bien trop méconnu, me voilà confronter à cet ultime opus. Quelle déception !
Au final, cet album n'a rien d'un album de Prefab Sprout: Paddy Mac Aloon est seul aux manettes et a ressorti de vieilles bandes de 2001 qu'il remixe dans son propre et luxueux studio, "Andromeda Heights". Intention louable, sauf qu'à l'écoute, on a la sensation d'écouter de simples démos avec un budget plus que limité. Comparé à celui, astronomique, de l'album précédent (du même nom que le studio), on tombe de très haut.
Qu'avons-nous là... Des samples et des boucles de basse/batterie, des claviers aux sonorités vraiment très cheap (on a l'impression d'écouter du synthé Bontempi); bref, que du faux. Pas de guitares, ni électriques, ni acoustiques, ce qui parait invraisemblable de la part de Paddy Mc Aloon (on en entend un peu sur un morceau mais on se demande finalement si ce n'est pas un sample), pas de cordes, pas de cuivres, pas de choristes (reviens Wendy)...
Bref, il manque de vrais musiciens; et si le reste du groupe ne pouvait être présent, il aurait été judicieux d'en inviter.
Drôle de démarche...
On imagine sans mal ce qu'aurait pu être cet album, enregistré "normalement"; car le talent d'écriture de Paddy est bien là. Mais il manque tout le reste.
J'ai acheté cet album car les critiques ont été plutôt bonnes à la sortie; vous l'avez compris, pour moi, c'est raté.
Je m'en vais retourner réécouter "Steve Mac Queen", "From Langley Park to Memphis" et "Jordan: the Comeback", histoire de se consoler.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 avril 2010
Bon, sous peine de jouer les Monsieur-je-sais-tout, remettons les choses en place par rapport aux autres évaluations:
1) Thomas Dolby ou Calum Malcolm? PERSONNE n'a "produit" (en français: réalisé) cet album, puisque ce disque est une succession de démos (en français: maquettes) qui, hélas pour l'amateur d'arrangements sublimes, sont restées à l'état de maquettes. Le seul réalisateur artistique est donc Paddy Mc Aloon. En revanche, Calum Malcolm a "nettoyé" les bandes pour améliorer le son.
2) Reprocher les paroles axées sur le divin sous prétexte que notre artiste chéri est maintenant aveugle et en partie sourd est un étrange anachronisme, puisque, comme il l'est écrit dans d'autres commentaires, les enregistrements dates du début des années 90!

Sinon, que constate-t-on en lisant les commentaires précédents? Une admiration évidente pour la musique de ce "groupe" (PS, c'est surtout Paddy McAloon, auteur-compositeur-musicien-interprète), certainement un des artistes phares de la pop ambitieuse, avec les Beach Boys (cité longuement dans le livret de l'album) ou l'indépassable Burt Bacharach (non! Ce n'est pas du easy listening, une fois pour toutes!), autre influence de l'ami Paddy.
Donc, avec deux décennies de retard, nous apprenons, tout émus, qu'après "Jordan: The Come Back", un de ses chefs d'oeuvre, Mr McAloon a composé d'autres petites merveilles, pleines de divin, ce qui ne surprend guère quand on se souvient de certains textes de l'album sus-nommé, où l'on entend même... Dieu parler (!) au début de "One of the Broken", et de façon très convaincante. Il faut bien garder ce titre en tête avant d'accuser l'artiste de "catéchisme" (ah! les Français et leur détestation de la religion!), car on l'entend envoyer les grenouilles de bénitier et autres prosélytes aller se faire voir, et surtout aller soigner les gens brisés (the broken) plutôt que de l'embêter, lui.
Donc, l'album lie le sublime, qu'il veut atteindre, et le divin: ce n'est pas un problème, du moment que cela fonctionne, et ici, mon Dieu (!) que ça fonctionne! Soyons clair: avec "Let's Change the World with Music", et malgré les limites évidentes du home-studio par rapport aux arrangements minutieux patinés à l'ombre des studios pendant des journées entières, nous avons là une des grandes réussites de PS, comme le sont "Steve McQueen", "Jordan..." et le bouleversant, car le plus délicat, et de loin "Andromeda Heights", qui, lui, lie chanson après chanson l'infini de l'amour et celui des étoiles.
Pour finir: comme toujours chez PS, il faut prendre le temps de plusieurs écoutes, jusqu'à ce que - c'est paradoxal ! - l'évidence de cette musique vous tombe dessus (il m'en a fallu personnellement quatre, mais depuis, je pleure à chaque écoute de "Music Is A Princess" ou de "Earth: The Story So Far"). Ensuite, comme toutes les belles histoires d'amour, c'est pour la vie!

PS: par rapport à ce qui est dit de son album principalement instrumental, "I Trawl the Megaherz", deux remarques: si! on l'entend chanter sur un morceau, un des derniers, et l'effet est saisissant: on a l'impression d'enfin retrouver un ami cher et perdu de vue, une voix précieuse et inimitable, c'est très beau. Deuxièmement, pas besoin d'être fan de PS pour aimer ce disque, il suffit d'aimer la musique mélodique contemporaire à la Michael Nyman, par exemple. Faites écouter le deuxième titre, "Esprit de Corps', à n'importe qui, et je vous parie que vous verrez son oeil s'allumer!
22 commentaires| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 février 2010
Prefab Sprout est un groupe british qui émergea dans les années 80, mais n'est pas pour autant un groupe des années 80, avec ce que cela implique d'ordinaire (lourdeur appuyée des compositions, gros son, emphase, pléthore instrumentale).

C'est même tout le contraire: un petit bijou pop échappant à la classification, sensible -naïf?-, exotique, nerveux, un poil maniéré et pourtant to-ta-le-ment authentique, mené par son leader Paddy MacAloon et sa muse Wendy Smith aux ponctuations vocales éthérées, plus le frérot Martin et Neil Conti aux percussions.

La musique de Prefab Sprout (patronyme impossible qui signifie jeune pousse, bourgeon préfabriqué) fut un enchantement d'optimisme et d'irrevérence tendre, d'ironie allégorique et parfois d'ambiances plus sombres, tout au long des albums essentiels que Paddy écrivit, produisit et chanta.

Du chef-d'œuvre "Steve MacQueen" aux incontournables "From Langley Park to Memphis", de "Jordan the ComeBack" à "Andromeda Heights", tout est bon dans le bourgeon, et même le moyen "The Gunman & Other Stories" de 2001 n'est pas à remiser au fond d'un tiroir. Emotion, talent d'écriture et voix "unmistakable" et originale du sieur Paddy (à la fois juvénile et affirmée, douce et puissante, mécanique et chaude pour mieux flirter avec la Soul... De Memphis, justement comme l'indique l'album qui nous y fait aboutir en provenance directe de Langley Park), énergie, rythme, poésie, incroyables et superbes mélodies ont fait de ce bourgeon une plante merveilleuse et musicalement immense dont les ramures ont été largement ignorées par la France (comme d'hab, mis à part quelques critiques et fans botanistes éclairés qui ont su dénicher la floraison exceptionnelle de ce groupe et lui sont restés depuis fidèles), plante qu'on a vu avec une infinie tristesse se faner et se flétrir avec la double maladie qui affecta MacAloon il y a quelques années.

L'histoire est tragique. MacAloon est devenu presque aveugle, et a perdu dans la foulée (un malheur n'arrive jamais seul) une partie de ses facultés auditives à la suite de troubles de Ménieres (il n'entend plus le son des basses par exemple). Pour faire simple, Paddy s'est alors retiré du monde en tirant sa réverence avec un album solo en 2003 "I Trawl the Megahertz" (où il ne chante pas, ayant délégué la chose à l'actrice US Yvonne Connors, qui intervient au cours de cet album majoritairement instrumental par petites touches parlées-chantées-murmurées, un album pas inintéresant mais assez déconcertant pour ne pas être indispensable non plus aux non-fans du groupe). Après ces Megahertz, on continuait à écouter les perles de Prefab Sprout, la larme à l'œil à l'idée qu'il n'y aurait probablement plus jamais de nouveau disque du groupe, à part les compiles et les best of.

Et donc vient l'excellente surprise de ce " Let's Change the World with Music", qui fait partie de tout un ensemble de futurs CDs à paraître, composés par ce farceur de Paddy et gardés au fond du coffre, et que McAloon a apparemment décidé de faire fleurir comme le printemps qui revient. Très bonne nouvelle, et si ce "Let's change the world" augure de la suite, on a pas fini d'adorer Prefab Sprout.

Très énergisant, superbe mélodiquement, des roulements de piano ombrageux qui corsent certaines pistes ("Ride", une des meilleures de l'album), "Let's Change " est un très grand cru de Paddy MacAloon -d'accord, plus un album solo qu'autre chose-, mais fleurant bon tout de même le bourgeon préfabriqué.
Pour infos, les meilleures pistes, toutes étincelantes : "Ride", donc", et puis "God Watch over You", "Music is a Princess", "Falling in Love", et la martelée et irrésistible "Sweet Gospel Music".

Détail: les rosbifs-speaking listeners auront remarqué que toutes ces pistes parlent de Dieu et de son amour si inspirant pour l'ami Paddy. L'est tombé dans le bénitier, le King of Rockn'roll, ou quoi, nous sommes-nous demandé, passablement décontenancés?
Ben oui.
Indéniablement.
Bon, passés les premiers gloussements, faisons l'effort de nous poser la question: à sa place, si l'on était musicien et artiste, c'est à dire vivant dans l'exacerbation totale des sens, et que ceux-ci venaient à nous manquer brutalement -cécité partielle, surdité avérée-, on ferait quoi? Suicide? La gnole? Dieu? Paddy MacAloon a choisi la troisième version, choix qui attirera les inévitables haussements d'épaule de beaucoup (dont moi), mais au final on ne va pas s'en plaindre, égoïstement, puisque la musique est toujours aussi géniale, et Prefab Sprout continue.

Alors, oublions les bondieuseries, et laissons la musique de Paddy changer notre monde. Grâce à MacAloon et sa musique, c'est sûr qu'il va vite nous afficher une meilleure tronche, ce monde de brutes. Avec l'air béat et le sourire aux lèvres, comme lorsqu'on vient d'entendre de l'excellente musique.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 avril 2015
Chanteur et mélodiste génial paddy mc aloon nous délivre un nouveau chef d'œuvre de pop music d'une pure beauté artistique à ranger parmi les meilleurs albums de tous les temps; Longue vie à toi Paddy !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 juillet 2012
un groupe lyrique qui ne s'est jamais écarté de la clé de voûte d'un morceau : l'architecture mélodique et harmonique... un esprit à découvrir en chanson française chez Christophe Ameline
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 août 2010
dernier album du groupe,jolies mélodies,ne vaut pas l'album the come back, mais se laisse écouté avec plaisir,le soir prés d'un bon feu de cheminée.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 juin 2013
Rien d'autre/ Nothing Else but Prefab Sprout.
Je vieillis avec tous les jours sauf le dimanche où je me repose.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

17,89 €
6,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)