undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

3,6 sur 5 étoiles
22
3,6 sur 5 étoiles
Format: Blu-ray|Modifier
Prix:8,55 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

« Whatever Works » est une comédie ironique sur l'importance du hasard et l'absence totale de sens à donner à la vie. Woody Allen illustre ce propos à travers les mésaventures existentielles et sentimentales de Boris (Larry David), un physicien new-yorkais de génie, dont la vie est bouleversée par une rencontre fortuite avec la jeune Melodie St. Ann Celestine (Evan Rachel Wood), tout juste débarquée à Manhattan, après avoir quitté son Mississipi natal (et sa ville d'Eden - sic -, tout un symbole...).

La confrontation entre Boris et Melodie est absolument savoureuse et particulièrement drôle. Larry David incarne son rôle dans un registre très proche de celui de Woody Allen, lorsqu'il est acteur, en faisant étalage d'hypocondrie et d'angoisse mortifère. Evan Rachel Wood est charmante et très convaincante dans sa manière de vouloir bien faire sans rien comprendre aux théories de Boris sur l'univers et sur la vie. Leur chasse aux clichés fait aussi beaucoup rire. Le film prend une dimension plus parodique avec l'arrivée à New-York des parents de Mélodie. Allen oppose alors avec jubilation l'océan qui sépare l'Amérique profonde des milieux artistiques branchés de la côte Est. Le scénario fait preuve d'un bon rythme, ponctué par une ambiance musicale très jazzy. La manière dont Boris s'adresse au spectateur du film peut surprendre, mais passe finalement très bien.

« Whatever Works » a toute les caractéristiques d'un film classique et réussi de Woody Allen. Malgré des dialogues très aiguisés, le traitement des thèmes abordés reste néanmoins trop superficiel et léger. On a l'impression que le film avance parfois en roue libre, cédant à la facilité, ce qui le laisse finalement à distance respectable des plus grands chefs d'oeuvre du réalisateur de « Manhattan ».
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 avril 2010
Si Woody Allen ne fait pas l'acteur dans ce film, tout se passe comme s'il en était tout de même le personnage principal ! Avec Larry David il a trouvé une doublure plus vraie que nature, qui donne à ce récit burlesque et volubile ce qu'il faut de fantaisie, d'humour et de non conformisme. Whatever works comme dit joliment le titre...
Située dans les quartiers branchés de New-York, nimbée dans une ambiance très jazzy, cette petite satire sociétale en forme de comédie, reprend les grands thèmes de la mythologie allenienne : égocentrisme teinté d'autodérision, d'intellectualisme et d'un zeste de psychanalyse, éloge de la libération des moeurs, charge contre les mentalités conservatrices... Mais grâce à une pléiade d'acteurs inspirés, ce qui pourrait n'être qu'un exercice de style convenu, donne un joli petit film plein de brio et de spontanéité. Tout le monde est bon, même si on retient particulièrement la composition fraiche et candide d'Evan Rachel Wood, celle pétillante de Patricia Clarkson, et bien sûr la prestation impeccable de Larry David qui démontre ici une vraie nature comique.
22 commentaires| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 janvier 2010
Ce film se laisse regarder avec plaisir - si on aime Woody Allen - allergiques à l'auteur s'abstenir. On y trouve les thèmes qui lui sont chers, et ses recettes habituelles : un zeste d'autodérision, une bonne pincée de misogynie et un regard toujours acéré sur les travers de certains de ses contemporains des milieux artistiques branchés!
L'actrice féminine est tout à fait craquante, et joue les (fausses?) nunuches avec conviction et naturel.
C'est plaisant et divertissant, un peu bavard parfois...Du pur Woody, quoi!
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 avril 2010
Très bon film, divertissant, qui nous accroche dès les premières minutes grâce à notre génie presque prix nobelliste. Beaucoup de fraîcheur et de naïveté grâce à la candide Evan Rachel Wood.
Rien à dire, si ce n'est pourquoi le prix du DVD, au lieu de baisser, ne fait qu'augmenter sur ce site ? (Sachant que je l'ai acheté à 9,99€).
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 mai 2015
Tourmenté par l’ulcère, transcendé par la misanthropie et le mécontentement permanent, Boris Yellnikoff chauve, boiteux, divorcé, suicidé raté, professeur d’échecs intolérant, irascible physicien distant, prétentieux déchu et cloitré, voit toute cette panoplie négative s’effriter suite à la rencontre la plus improbable qui soit.
Une nunuche jeune, belle et naturelle apparue soudainement dans l’existence d’un pestiféré, entretient dans un premier temps les constats réactionnaires d’un vieux ronchon lui permettant de conserver sa différence, pour enfin obtenir la restauration d’un état oublié, un savoir vivre en groupe respectueux et tolérant.
Un QI monstrueux, solitaire et dépressif, en guerre contre le monde entier, réfugié dans un mépris considérant ses contemporains comme des vers de terre, est rapatrié dans le monde des vivants par une simple d’esprit désirant être la femme d’un génie.
"Whatever Works" outre son aspect décelant un manque antinomique commun et son unification par le mariage, entre deux composants d’une génération différente, est une comédie douce amère, révélatrice de l’échec d’un monde uniquement basé sur l’entretien dans le temps des institutions politiques, morales et religieuses, dont les têtes pensantes sont périodiquement remplacées.
Cet état de soumission perpétuel envers un régime pédagogique où nos comportements sont préformatés par des procédures d’éthiques, crée la révolte de certains individus, décelant en interne une personnalité propre et créative, exclues d’un parcours imposé par l’obligation de plaire et surtout d’entretenir une machinerie collective bien pensante et dominatrice .
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 février 2014
...de woody allen. Surtout par le contraste entre ce vieil homme acariatre et philosophe...un autre Woddy en quelque sorte...et cette décapante jolie lolita qui vient lui coller aux basques...et ailleurs....Un vrai régal. Les acteurs sont excellents et les dialogues croustillants.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 mars 2010
Ce film, si je fais qu'y penser, je me sens mieux ! Quel bonheur, cet oeuvre de Woody Allen. Je l'ai regardé trois fois et chaque fois j'ai découvert d'autres vérités véritables, crachées par Boris - le personnage principal qui nous amène dans une réalité désastreuse, mais libre et lumineuse à la fois ! Une histoire romantique dans un New York idéalisé. Bref, le bonheur. J'en voudrais encore et encore...
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 janvier 2010
Ce film m'a étonné. L'histoire part de manière tout à fait banale pour ensuite tomber dans une histoire totalement louffoque. Mention spéciale pour les dialogues et les répliques de notre misanthrope, superbement travaillés !

Un film a voir avec des amis et en famille, vous serez surpris par sa qualité !
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 décembre 2009
Loin de se reposer sur ses lauriers, Woody réinvente son style. Grâce à son excellent alter ego Larry David alias Boris Yellnikoff, physicien défroqué de son état qui va être entraîné sans surprise dans moult aventures rocambolesques surtout prétextes à gloser sur les mécaniques du coeur et de l'âme, Woody trouve la juste carburation. En étant moins bavard et pompeux que d'habitude, il emporte la conviction dans cette ode à la douce dérision, légère comme une coupe de bon champagne.

Le côté attendu de certaines situations a laissé sur la touche un certain nombre de spectateurs qui n'ont pas su goûter le troisième degré et le recul de Mister Allen. Personnellement, j'en suis ressorti enchanté !

God is gay !
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un bijou, un délice. Je mésestimais par avance, assez stupidement, ce Woody Allen relativement peu connu.
Quelle erreur de ma part : tout est formidable ici : les deux acteurs principaux, la délicieuse Evan Rachel Wood et le stupéfiant Larry David. Mais la mère de Melody (P. Clarkson, peu connue) est incroyable. La mise en scène - par exemple la scène introductive, quand Boris parle aux spectateurs) ou la voix off, est une perle.
Le film est très drôle, vif, les dialogues sont enjoués et très fins. Les acteurs sont formidables.
Bref un régal total.
On remarquera qu'avec l'âge, Woody Allen devient de plus en plus hitchcockien : ses héroïnes sont de superbes (jeunes) actrices blondes et subtiles, ici E.R. Wood.
Comme d'habitude chez Allen, aucun bonus. Et pas de sous-titres anglais. Dommage.
33 commentaires| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici