undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
2
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 20 décembre 2010
Le ballet de Roland Petit, créé en 1965, est filmé ici en 1996. La qualité de l'image est bonne, et la réalisation excellente (les plans sont longs et cadrés largement, permettant au spectateur de tout voir). Les décors et les costumes (d'Yves Saint-Laurent) sont assurément datés, mais restent efficaces. Visuellement, on est très loin du Moyen-Âge romantique, mais plutôt dans un univers entre Mondrian et Rouault.

L'action consiste en une succession de tableaux, où n'interviennent que quatre personnages (Esméralda, Quasimodo, Frollo, Phœbus). Il n'y a aucun personnage secondaire, et la foule des figurants (à l'exception des soldats) ne participe pas à l'action. Elle ne fait qu'amplifier, à la manière d'un chœur antique, le climat général. Je ne trouve pas très convaincantes ces danses collectives, dont le sens est souvent obscur, et qui sont toutes un peu statiques et un peu longues.

Les quatre interprètes principaux sont remarquables, et leurs duos et trios sont de grands moments. Les personnages de Frollo et de Phœbus sont les plus réussis chorégraphiquement, et leurs mouvements définissent parfaitement leur caractère. Laurent Hilaire est un Frollo passionné et glacial, et l'on ne peut pas oublier ses mouvements tranchants et précis. La parade prétentieuse de Phœbus est superbement rendue par Manuel Legris. Le personnage de Quasimodo est un peu moins convaincant, même si Nicolas Le Riche est irréprochable ; car il y a un paradoxe à faire interpréter un être hideux par un magnifique danseur ! Le personnage d'Esméralda est le moins réussi à mon avis. La chorégraphie de Roland Petit peint à merveille les passions des trois hommes. Mais Esméralda, objet de ces passions, devrait avoir une danse beaucoup plus fluide, en contraste complet avec celle des trois hommes. Et Isabelle Guérin, très grande danseuse assurément, est plus Minerve que Vénus, et son physique plutôt sec est aux antipodes de celui de Gina Lollobrigida (la meilleure Esméralda, dans un genre non dansé).

En fin de compte, une œuvre forte, mais une vision un peu monolithique du célèbre roman.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 août 2011
Je suis parfaitement d'accord avec le commentaire de bigtom, qui se limite cependant à l'aspect visuel. Ce ballet doit également beaucoup au compositeur Maurice Jarre qui signe là une prestation fort honorable. Les meilleures passages selon moi se retrouvent dans le premier acte, qui comporte plusieurs danses amples et fort animées, atteignant parfois une frénésie tribale grâce à une puissante combinaison de percussions. La qualité sonore est très satisfaisante bien que l'on perçoive à l'occasion quelques bruits provenant de l'immense assistance.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)