Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici RentreeScolaire Cloud Drive Photos En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles
16
4,8 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:25,36 €+ Livraison gratuite avec Amazon Prime


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Une précision d'abord : il s'agit bien d'"Orpheus und Eurydike", la version en allemand de l'opéra de Gluck, et ce n'est pas plus mal, la version française maltraitant un peu la prosodie de notre langue.

Créé en 1975, l'opéra-danse de Pina Bausch n'a pas pris une ride, ce qui est toujours un signe de haute qualité pour un spectacle. Mais c'est, à mes yeux, moins un opéra dansé, , comme le fameux Orfeo de Tisha Brown, qu'un ballet chanté et la différence n'est pas mince. Les chanteurs tiennent si peu de place sur la scène qu'ils pourraient tout aussi bien se tenir dans la fosse d'orchestre ; il n'y a qu'au moment de la mort d'Eurydice qu'ils jouent vraiment. On se trouve devant un travail chorégraphique tout différent de celui de Wayne McGregor avec "Acis and Galatea" de Händel. Ici le danseur n'est pas un double, parfois complice, parfois contradictoire, du chanteur, il est son incarnation pure et simple, il le remplace. Il est vrai que l'action dans l'opéra de Gluck est encore plus réduite que dans la sérénade de Händel. On pourrait le donner comme un oratorio, l'importance des choeurs le justifierait. Dans cette optique, la chorégraphie peut prendre la place de l'action dramatique et la sublimer.
Pina Bausch donne dans "Deuil" -lamentation sur la première mort d'Eurydice-, dans "Violence" -entrée d'Orphée aux Enfers-, moment d'intensité musicale et dramatique rare, avec ces trois danseurs en tabliers d'équarrisseurs, imageant génialement Cerbère, et dans "Paix" -vision idyllique des Champs élyséens-, toute la dimension de son talent qui était immense puisque, hélas, elle est morte depuis. Curieusement, c'est la partie la plus opératique de l'oeuvre, la confrontation d'Orphée et d'Eurydice lors de leur sortie des Enfers, et la mort définitive de celle-ci, qui m'a parue un peu faible, malgré la magnifique prestation de Marie-Agnès Gillot dansant Eurydice, peut-être parce que c'est aussi la partie la plus faible de la partition.
Pina Bausch a rejeté le happy end du XVIII° siècle pour nous laisser sur une double mort et la reprise du choeur initial de lamentation.

Maria Riccarda Wesseling chante Orphée, avec son timbre un peu mat, et sans essayer de viriliser sa voix, volontairement ou non, à tort ou à raison ? Chacun jugera. Le rôle très court d'Eurydice est magnifiquement chanté par Julia Kleiter, tandis que la voix enjôleuse de Sunhae Im incarne à merveille la légèreté de l'Amour. Le Balthasar-Neumann Ensemble et Choeur, sous la direction énergique de Thomas Hengelbrock, enflamme la musique de Gluck, tandis que le corps de ballet de l'Opéra de Paris brûle les planches. Un spectacle d'une beauté (les éclairages qui sculptent les corps, projettent des ombres immenses ), d'une intensité ou dramatique ou paradisiaque sidérantes, en un mot d'une puissance visuelle inoubliable. Au tombé de rideau le public, debout, hurle son bonheur, il y a de quoi.
22 commentaires| 23 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS REDACTEURS D'AVISle 12 décembre 2014
Les opéras des débuts sont parfois un peu statiques, donc ça peut présenter un intérêt d'ajouter un ballet, à condition que celui-ci s'accorde avec la musique et le livret. Il y a des contre-exemples, mais ici c'est le cas d'une réussite. Le ballet de Pina Bausch, expérimenté la première fois en 1975 à Wuppertal, a été présenté à nouveau au Palais Garnier à Paris en 2005, en langue allemande. L'enregistrement présenté ici date de 2008. On ne manque donc pas de versions linguistiques pour cet opéra. Après celle en italien, puis en français, du temps de Gluck, voici donc la version dans la langue du compositeur. A remarquer aussi que Pina Bausch a renoncé au happy end, convention du temps de Gluck mais susceptible de détruire la tension dramatique de l'oeuvre, et reste fidèle au mythe grec d'origine. Rappelons que dans la version de Gluck, Amour surgit à la fin pour rendre Eurydice à Orphée.
Les trois principaux personnages sont chacun représenté par un danseur et une voix, ces dernières étant habillées de noir et très discrètes au niveau scénique : Sunhae Im, soprano (Amour), Julia Kleiter, soprano (Eurydice) et Maria Riccarda Wesseling, mezzo-soprano (Orphée). La musique et les chants sont magnifiques. Peut-être faut-il réécouter plusieurs fois avant de vraiment s'en imprégner. Les talentueux danseurs, solistes et corps de ballet de l'Opéra de Paris, sont dirigés avec précision. Le son et les images sont de grande qualité en Blu-ray.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 avril 2010
Il y a tellement peu de ballet de Pina Bausch disponible en vidéo qu'on pourrait ne pas se monter difficile. Mais sans même considérer sa "rareté", cette œuvre, en elle-même est superbe. Le danseur principal "vit" le rôle, toute la troupe est inspirée et la musique est magnifique avec ces chanteuses qui accompagnent comme des fantômes les personnages. Et à la fin, ultime moment d'émotion, Pina Bausch elle-même vient saluer le public comme une frêle apparition. Vivement les autres ballets de Pina Bausch dont Café Muller" en DVD...
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 octobre 2015
J'ai acheté pour la première fois un dvd d'occasion après échange de mail pour m'en faire confirmer l'état, réponse rapide.
Dvd reçu en parfait état de présentation et de marche.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 avril 2012
une oeuvre exceptionnelle : chorégraphie et musiques sublimes et interprétations exceptionnelles.
la mort d'Euridice reste émouvante même après plusieurs vues du film
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 avril 2010
C'est tout merveilleux, parfait, ;\la danse, les danseurs, la musique splendide, les chanteurs, l'orchestre, TOUT PARFAIT.
Mis en cène, costumes et ilumination, minimaliste, comme il faut.
J'ai n'ais plus de paroles pour exprimer ma satisfaction.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 janvier 2011
Pina Bausch, en associant la danse au chant et à la musique, parvient à donner de la vie à cet opéra néo-classique un peu froid. Son idée de génie est d'associer à chaque personnage du drame un danseur; la beauté de la chorégraphie, l'élégance des gestes qui accompagnent le chant et la musique,l'intensité visuelle qui en résulte,font de cet opéra vu par Pina Bausch une oeuvre totale. On est là dans le sublime!
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 avril 2012
Un spectacle total et splendide.
Cet Orphée de Gluck est déjà une splendeur en soi, et cette mise en scène dansée ajoute encore de l'émotion à l'émotion.
Contrairement à ce qui a été dit plus haut, le chant en allemand s'intègre très bien dans ce spectacle, et surtout la prise de son est digne des meilleurs enregistrements que j'ai pu entendre sur un blu ray. Elle rend parfaitement hommage à cette belle musique et à l'orchestre qui l'interprète.
Une vraie réussite, un spectacle bouleversant de beauté.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 janvier 2010
Opéra de Christoph W.GLUCK - chants dans une traduction allemande - (sous-titrage Français)

Sur la belle musique de Gluck , cette légende de la Mythologie Grecque a inspiré à PINA BAUSCH un très beau spectacle de danse, magnifié par les talentueux danseurs : Solistes et Corps de Ballet de l'Opéra de Paris.

Ce ballet rentré dans le répertoire de l'Opéra de Paris en Mai 2005, repris en 2008, a été filmé à cette occasion et gravé en DVD (Parution fin 2009.)

L'Amour est MITEKI KUDO sa voix : Sunhae IM - soprano
Eurydice : Marie-Agnès GILLOT sa voix : Julia Kléter - soprano
Orphée : Yann BRIDARD sa voix : Maria Riccarda Wesseling - mezzo soprano

-(cette voix féminine, ne "colle" pas avec le physique du danseur, une voix de ténor aurait été plus plausible- une version pour ténor a été écrite par Gluck)

Bonne interprétation de l'Ensemble et Choeur Balthasar Neumann -direction : Thomas HENGELBROCK

PINA BAUSCH est décédée le 30 Juin 2009 à 68 ans à Wuppertal (allemagne) d'un cancer.
0Commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Orphée et Eurydice/C.W.Gluck/Dance opéra par Pina Bausch chorégraphe.Ballet de l’Opéra national de Paris/Thomas Hengelbrock/DVD
Un moment inoubliable de perfection esthétique : c’est en 1975 que Pina Bausch eut l’idée géniale de transformer l’opéra de Gluck en un opéra dansé mettant en avant ainsi l’intensité fusionnelle des époux Orphée et Eurydice.
Créée donc en 1975, puis délaissé un temps, cet opéra-danse a été présenté à nouveau au Palais Garnier en 2008.
Le dédoublement astucieux des rôles, avec un interprète dansant et l’autre chantant est une réussite.
Une poésie indicible émane de cette histoire d’amour mythique et tragique et la gestuelle, les éclairages, la musique de Gluck, tout est au rendez-vous pour faire de ce DVD un indispensable.
À noter la qualité de la présentation du DVD dans un album avec photos et biographie.
Magnifique.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

10,00 €
16,50 €
26,84 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici