undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles
5
4,6 sur 5 étoiles
5 étoiles
4
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Membran poursuit ses rééditions d'enregistrements tombés dans le domaine public en nous proposant cette fois une anthologie consacrée à la trop rare Clara Haskil, une des plus grandes pianistes du XXème siècle, à la santé tourmentée et au destin tragique. Née en 1895, très tôt atteinte d'une scoliose déformante, opérée plus tard d'une tumeur au cerveau, persécutée par le nazisme, son génie ne sera internationalement reconnu qu'à partir de 1950, avec le soutien de Pablo Casals. Jusqu'à sa mort accidentelle en 1960, elle nous offrira alors en 10 ans seulement un leg musical inestimable qui la placera définitivement au panthéon des reines du clavier.
On appréciera donc particulièrement de retrouver ici, dans des prises de son globalement correctes compte tenu de leur caractère historique, une collection de ses enregistrements des années cinquante (dont bon nombre de live), pour beaucoup depuis longtemps devenus légendaires.

Une bonne place est bien sûr réservée à Mozart, un des ses univers de prédilection. Ainsi retrouvons-nous les Concertos n°13, 19 et 20 avec le RIAS Symphonie Orchester conduit par l'ineffable Ferenc Fricsay (1953-54) ; des merveilles pures, intemporelles, indispensables. On y ajoutera un Concerto pour 2 pianos (plus le Concerto pour 2 pianos BWV1061 de Bach) avec la complicité idéale de Geza Anda (un autre grand mozartien), sous la direction cette fois d'Alceo Galliera à la tête du Philharmonia Orchestra (1956). Une sonate Kv330 diamantine complète ce programme mozartien (1957).

Un autre compositeur dignement représenté est Beethoven, avec à nouveau quelques merveilles : le Concerto n°3 capté malheureusement avec un orchestre moyen en 1950, et le Concerto n°4 avec à nouveau le RIAS Orchester (en 1954) mais sans Fricsay (à noter qu'il existe par ailleurs une version de ce concerto avec Karajan en 1952). Quelques trop rares sonates pour piano nous font regretter que la pianiste roumaine ne nous ait pas légué davantage de ce répertoire. Les sonates n°17 op.31/2 et n°18 op.31/3 (captées en 1955), sont des modèles absolus de limpidité, servies avec une omniprésente affabilité qui met plus encore en relief les moments flamboyants. La Sonate n°32 op.111 (1953) atteint de rares sommets, jouée quasiment sans pédale, avec un touché à faire pâlir d'envie. On pouvait bien entendu difficilement rendre hommage à Clara Haskil dans Beethoven sans évoquer son partenariat aussi miraculeux que légendaire avec Arthur Grumiaux; c'est fait avec la Sonate n°5 pour piano et violon "Le Printemps", un moment intemporel de sublime poésie, qui vous décidera à acquérir l'intégrale si vous ne la possédez pas encore (chez Decca, mais aussi à prix rikiki chez Brilliant Classics).

Autre compositeur de prédilection de la pianiste à la santé précaire : Robert Schumann, représenté ici par des captations live devenues mythiques : le Concerto op.54 sous la direction d'Ernest Ansermet à la tête de l'Orchestre de la Suisse Romande (1956), ainsi que l'album historique pour piano seul enregistré en 1954-55 : les Kinderszenen op.15 (sans doute les plus beaux qu'on puisse trouver !), les Waldszenen op.82, les Variations Abegg op.1, les Bunte Blätter op.99 et autres Albumblätter. Un répertoire où la délicatesse de la pianiste séraphique fait littéralement des merveilles, nous délivrant un message de musique pure.

Pour compléter ce portrait musical, nous retrouvons la Sonate n°21 D.960 de Schubert captée en 1951; les superbes 11 sonates de Scarlatti enregistrées en 1950; le Concerto pour piano BWV1056 de Bach avec Pablo Casals au Festival de Prades en 1950 (le festival qui permis enfin sa reconnaissance internationale); et enfin la Sonatine de Ravel, la Toccata BWV 914 de Bach et l'Etude pour les sonorités opposées de Debussy, tous enregistrés en 1953.

Accablée par le destin, Clara Haskil fit de sa faiblesse physique son atout majeur : un jeu d'une exceptionnelle tendresse, l'éloge de la douceur; une sobriété éthérée qui donnait l'impression que son jeu naissait hors du monde pour nous emmener dans un rêve. Bref, 10 cd de pur bonheur, par une grande dame qui jouait avec son âme au bout des doigts.
33 commentaires| 37 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
On devrait remercier la société "Membran" de nous offrir des rééditions d'enregistrements de pianistes disparus. Voici une compilation de 10 CD se voulant retracer l'oeuvre d'interprète de Clara Haskil.
Qui n'a jamais entendu cette pianiste, et ne craint pas de s'affranchir de la qualité parfois approximative de l'enregistrement, se doit de faire connaissance avec le jeu extraordinaire de cette artiste meurtrie par la vie, mais divine face à son clavier.
Elle excelle dans Mozart, le célébrissimme concerto n°19, l'émouvant N°20. Pour les afficionados de ce chef, Frenc Fricsay dirige pour la partie mozartienne des enregistrements le fabuleux orchestre de la RIAS. On se retrouve sans peine à Sainte Cecile, dans le Berlin des années 50, champ de ruines duquel par la grâce de ces artistes nait une musique admirable et sensible.

On trouvera dans cette compilation également Beethoven (concertos 3 et 4) mais surtout la sonate n°32 op.111 à comparer avec celle d'Arturo Benedetti Michelangeli. Celle de Clara Haskil est moins millimétrique, plus subtile, toute dans le touché, indubitablement plus humaine. On trouve également dans ce coffret un enregistrement reflet de son amitié artistique indeffectible avec Arthur Grumiaux sous la forme de la Sonate n°5 pour piano et violon "Le Printemps.

Enfin, il faut noter dans ce coffret les incroyables enregistrements de Schumann, le Concerto op.54 mais surtout les Kinderszenen op.15 qui sont à mon sens les premières notes de Clara Haskil à écouter tant elle y montre l'infinie subtilité de son jeu, sa nature non pas éthérée ou légère, mais au meilleur sens du terme "simple", c'est à dire de la juste simplicité d'émotions exposées par un touché aux nuances non travaillées mais intériorisées puis transmises en une expression pianistique toute en finesse et acuité.

Pour finir des enregistrements divers, de Schubert, Bach, Scarlatti et même Debussy.
Clara Haskil a eu un destin tragique, très faible physiquement, elle se révélait au sens propre du terme devant le clavier. Passée la seconde guerre mondiale elle enchanta le monde musical des années 50 par son art empreint d'une humanité profonde et d'une sensibilité rare.
Cette immense artiste, servie très correctement par ce coffret de 10 CD, doit entrer dans toute discothèque classique qui se respecte.
88 commentaires| 25 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 décembre 2010
J'ai adoré cette compilation qui n'est pourtant pas exhaustive mais contient de préceux live pas trop galvaudés. Quand disposerons-nous d'une intégrale digne de ce nom ? Périodiquement on découvre des enregistrements publics de Clara Haskil avec souvent des orchestres et des chefs improbables en particulier chez Mozart.
Clara Haskil se dépassait surtout en concert où elle était toujours meilleure qu'en studio.
Le son est trés variable d'un enregistrement à l'autre.
11 commentaire| 19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 janvier 2014
Ces enregistrements historiques ne valent pas pour la qualité d'enregistrement (pas mal de bruit de fond) mais pour l'incomparable pianiste qu'a été Clara Haskil interprétant ici ses compositeurs favoris dont les concerts pour piano et sonates de Mozart, Beethoven, Bach, Schubert, Schumann, Débussy et Ravel. J'ai adoré entre autres l'interprétation peu connue du concert pour deux pianos qu'elle interprète avec le pianiste Geza Anda, un régal.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 juin 2013
En un seul coffret, tout le talent de C. Haskil à un tel prix !!! C'est vraiment CADEAU. A réécouter avec toujours plus de découvertes à chaque fois.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,05 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici