undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
2
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:21,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 7 juin 2010
[ATTENTION : ce commentaire fait référence au seul album "Angel of Babylon" et non à l'édition boxset The Wicked Symphony/Angel Of Babylon - Deluxe Edition (2 CD digi pak + book + download coupon)]

Une fois apaisée l'angoisse de la déception et après l'extraordinaire bonheur procuré par l'écoute de « The Wicked Symphony » (voir mon commentaire sur ce disque), la suite « Angel Of Babylon » ne pouvait qu'être une nouvelle collection de joyaux ciselés par Tobias le Magnifique.
Gasp ! Quelle cruelle désillusion !
Beaucoup plus hétéroclite que « The Wicked Symphony » (et par là même, beaucoup moins cohérent), « Angel Of Babylon » aligne des morceaux parfois lumineux, souvent déroutants, toujours simplistes au regard de l'ambition déployée dans le précédent volet et laisse finalement une impression de 'trop peu'.
Ça n'avait pourtant pas si mal commencé : après une joute vocale presque a cappella entre Tobias Sammet, Jorn Lande et Russell Allen, une canonnade de batterie sonne la charge d'un « Stargazers » trépidant (aux refrains : Michael Kiske et l'injustement méconnu Oliver Hartmann). Le morceau-titre « Angel Of Babylon », sans briller par son originalité, est un bon moment de solide heavy metal à la Stratovarius, puis « Your Love Is Evil » lorgne plutôt vers le melodic rock musclé à la Danger Danger.
A ce moment-là de l'écoute, sans avoir été transporté, je ne m'étais pas non plus ennuyé. Mais j'en attendais davantage, en particulier du morceau suivant, cette rencontre avec le « Mountain King » en personne, le titanesque Jon Oliva, qui avait soulevé tant d'enthousiame aux auditions organisées pour la presse.
Gasp ! Quelle cruelle désillusion ! (encore)
Certes très fidèle à l'univers de l'ex-chanteur de Savatage (violon grinçant, clochettes macabres, guitares lourdes et tranchantes), « Death Is Just A Feeling » surprend, déroute mais sans finalement séduire. A partir de là, accablé par ce rendez-vous manqué, je vais écouter les morceaux se succéder, sans déplaisir mais sans conviction. Alors c'est vrai qu'ils offrent tous de plus ou moins bons moments (on ne naît pas sous la plume de feu de Tobias Sammet sans réchauffer un tant soit peu le coeur de l'auditeur), mais aucun ne parvient jamais à s'éléver jusqu'aux sommets olympiens de « The Wicked Symphony », le comble de la déception étant atteint avec le maladroit recyclage de « Promised Land », titre excellent mais déjà édité sur le EP « Lost In Space Part 2 » et dont a été « effacée » la prestation de Michael Kiske. Exceptions notables tout de même : l'envoûtant « Symphony Of Life », étrange mélange de guitares râpeuses, de majestueux choeurs d'opéra, de claviers dissonnants et de douce voix féminine (Cloudy Yang), et le final « Journey To Arcadia », à la fois mélancolique et emphatique.

En bref : un rendez-vous manqué, mais pas exempt de bons, voire de grands moments ; et le plaisir toujours intact de retrouver tous ces grands noms du métal aux côtés du superhéros Tobias Sammet.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 août 2010
Un album qui s'écoute sans sourciller ;-)
Du bon métal qui mélange différents artistes venus de plusieurs styles de metal
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

18,96 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)