undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles
1
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:12,27 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Armada (2005) est le dernier album de pur Black Metal réalisé par Keep of Kalessin (encore que le concept de pureté soit assez flou). Kolossus (2008) voyait déjà le groupe s'aventurer vers d'autres sonorités.
"Reptilian" va plus loin encore dans le domaine de la diversité.

Avec ce nouvel album, du côté des influences, on ne sait plus où donner de la tête. Car si l'assise reste bien Black dans l'ensemble (tempo hyper speed, phrasés agressifs), les détours du côté du Thrash, du Death voire même du Heavy symphonique, sont nombreux.
Dans le détail, l'album commence par "Dragon iconography", un titre au démarrage bien black, hyper speed jusqu'à sa partie finale, pleine de synthés. Les guitares sont très Thrash sur ce titre.
Le second titre, "The awakening", démarre dans la même lignée. Un black sympho bien speed. La partie centrale du titre risque d'en surprendre plus d'un avec des choeurs presque nightwishiens sur le refrain. Deux titres épiques (plus de 6 minutes chacun) pour une bonne mise en bouche.
Sur "Judgement", le Black est encore à l'honneur. Un Black plus abrasif, moins symphonique.
C'est sans doute le quatrième titre, "Dragontower", qui est le plus surprenant. Un titre assez court, un chant ni Black ni Death et un refrain à chantonner (ce qui, dans le Black, est aussi fréquent qu'une augmentation de salaire dans la fonction publique...)
Le sixième titre n'a pas grand chose de Black non plus. Ouverture acoustique, rythme lent, vocaux Death, refrain impressionnant, solo final bien fluide.
Retour au Black bien speed, symphonique et mélodique avec "The divine land". On notera tout au long de l'album que The Bon, le chanteur, utilise un large éventail de type de chants, ce qui confère à l'ensemble cette grande diversité.
Enfin le dernier titre, "Reptilian Majesty", long de ses 14 minutes, résume parfaitement tout l'album en proposant ce patchwork d'influences au sein d'un même morceau.

Au final, "Reptilian" est un album varié, bien produit, très bien exécuté par des musiciens au sommet de leur art et devient mon album préféré du groupe.
Excellent cru!
11 commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici